8 pics a week #58 (petits bonheurs de l’été)

Ces vacances n’ont vraiment pas ressemblé à ce qu’on avait  imaginé. Il aurait dû y avoir des balades dans la forêt landaise, des trempettes au lac ou à l’étang, des plongeons dans l’eau délicieusement fraîche de l’océan, des gaufres noyées de Nutella au Penon, des emplettes au marché, le chant des cigales, les soirées en famille, des frittes à l’ail, des infusions de gingembre, le sable dans les sandales et le gout du sel sur nos épaules.

Et puis voilà. En rentrant de ma semaine de formation de yoga, la Mini a commencé à être malade. Puis très malade. Et l’hôpital a finalement englouti nos vacances… Trois semaines à Bicêtre à espérer et attendre qu’elle reprenne suffisamment de forces pour rentrer.

Maintenant nous sommes tous de retour à la maison. La jolie Douce va mieux, heureusement. Un peu différente, mais bien présente malgré tout.

Je n’arrive pas à croire qu’on soit déjà fin aout, que la parenthèse estivale ait été engloutie aussi vite… Je me sens spoliée, frustrée de mes semaines sous les pins. On en a bavé, en plus. de mauvaises nouvelles en nuits hachées, loin de nos garçons.

Mais on a traversé ça plutôt bravement, et on a su malgré tout profiter de petits bonheurs.

Voir que les garçons s’amusaient vraiment beaucoup en vacances, étaient bien entourés et très occupés.

Chasser le Pokemon à l’hôpital ou à la maison. Y’a pas à dire, ça change quand même bien les idées d’aller chercher les bestioles, visiter les Pokestops et devenir le meilleur dresseur (jsuis niveau 23, je me la pète ou pas ? )

IMG_1018 (1)

Recevoir de la visite, des coups de fils, et de gentilles attentions… (merci Sarah de nous avoir noyées de cadeaux et de cornichons :-))

Apprécier la beauté de l’hôpital Bicètre. C’est quand même un endroit intéressant, vert et riche d’Histoire.

Se retrouver enfin à cinq à la maison ! GRAND bonheur

Après des semaines de sandwiches et de salades, se remettre à cuisiner et essayer de nouvelles recettes

 

 

Aller faire un tour à Babyland et crier de peur dans LE manège un peu « à sensations » du parc.

Voir que la Mini se redodufie à grande vitesse

Recevoir des amis, des fleurs, se régaler de cerises et de pop corn

Aller voir des copains, profiter de la petite piscine et faire la connaissance d’un bébé tout neuf

Oser partir à Disneyland tous ensemble, en plein été, et kiffer diaboliquement les attractions, l’ambiance, et les poissons dans le lac

Voilà… maintenant on prépare la rentrée, on colle les étiquettes sur les feutres, on cale les rendez-vous et on prévoit la prochaine hospi… bientôt on va replonger dans la vie « normale », mais on va faire notre possible pour profiter de nos derniers jours de grandes vacances et collectionner encore les petits bonheurs.

J’espère que de votre côté l’été aura été joyeux et plein de belles choses.

Je vous embrasse,

Amélie

 

De la nécessité de sourire

Quand j’avais 17 ans, ma mère a eu un accident de voiture. Elle est restée dans le coma quelques semaines, puis à l’hôpital pendant des mois.

Je ne m’en souviens plus très bien, mais je sais que j’ai été très malheureuse au moment de l’accident. Même si ma mère et moi ne nous entendions déjà pas tellement à l’époque. Nous avions peur pour sa vie, peur qu’elle ne se réveille pas, peur qu’elle se réveille avec des séquelles.

La violence et l’injustice des accidents est difficile à accepter. La situation me laissait d’autant plus perdue que ma mère, ma teigneuse, autoritaire, orgueilleuse de mère… me semblait jusque là invincible.

Le Noël de cette année-là fut étrange. Mon père a fait son possible pour que mon frère et moi passions de bonnes vacances, nous avons réveillonné, eu des cadeaux, regardé des films ensemble.

Et peut-être pendant ces vacances, peut-être aux suivantes, il nous a emmenés faire du snowboard. Le soleil brillait, la montagne (Cauterets, Luz Ardiden, je ne sais plus…) était belle, la neige était bonne. Nous avons profité de cette parenthèse, apprécié ce moment ensemble, pris des photos de nos bouilles souriantes devant le ciel bleu.

Des mois plus tard, quand ma mère a découvert ces photos, elle s’est mise dans une colère incroyable. Pendant qu’elle luttait à l’hôpital, nous allions nous amuser à la montagne ? Nous avions le sourire ? Indécent, égoïste, insupportable. Elle a pris ces photos, nos sourires, pour des preuves de notre désintérêt envers elle. Elle en a voulu à mon père, tout particulièrement, d’avoir organisé cette sortie.

Je savais bien, moi, à quel point nous avions été inquiets et malheureux. Combien j’avais pleuré, et tous les efforts de mon père. Mais elle m’a fait culpabiliser. Pendant longtemps j’ai eu honte de ce moment de bonheur à la montagne, de notre « indécence » à nous amuser pendant qu’elle souffrait.

Aujourd’hui je suis une maman, j’ai trois marmousets, dont une enfant gravement malade. La semaine dernière, nous avons failli la perdre, et aujourd’hui elle remonte doucement la pente.

La meilleure chose que nous avons faite, c’est d’envoyer les garçons en vacances. Leur Papi, mon papa, les occupe, les distrait, les amuse, les promène, les aère, les fait rire depuis une semaine, et c’est tout ce dont ils ont besoin. Bien sur ils me manquent, et la maison est très vide sans eux, mais ils méritent de vraies vacances, du sable et du vélo et des gens heureux autour d’eux.

Ils sont trop petits pour prendre la mesure de ce qui arrive à leur soeur, mais je sais que même si ils étaient plus grands, je ne voudrais pas autre chose pour eux : qu’ils profitent et s’amusent et soient bien.

Et puis moi… moi qui ai cru perdre mon enfant, et qui la retrouve différente. J’ai pleuré, oui. J’ai angoissé et cherché mille moyens de m’occuper l’esprit pour arrêter de sangloter. Parce qu’on ne peut pas passer ses jours à pleurer. Je ne peux pas passer mes jours à avoir peur, à chaque seconde, de l’avenir, ou a ressasser le passé.

Aussi fort que j’aime ma fille, aussi inquiète que je puisse être pour elle, j’ai quand même pris des pauses. Fait des bulles, du yoga, chassé les Pokemon, pris des photos, mangé des glaces, acheté des chaussures, apprécié le soleil sur mes épaules, souri devant des films à la con, ri avec mes amis.

J’ai ri. Parce que sinon, je me serais effondrée.

Les petits bonheurs ne sont jamais aussi nécessaires que quand le malheur nous enserre.

Merci mon Amour d’être toujours si solide.

Merci Papi et Marielle de si bien vous occuper des garçons. Merci Lisou et Eliott, Jesus, Lola… De rendre ces vacances encore plus belles pour eux.

Merci mes ami(e)s d’avoir écouté, écrit, appelé, d’être venus, d’avoir apporté ou proposé votre aide, d’avoir aussi compris nos silences, notre absence.

Merci à toutes les personnes proches ou moins proches qui ont pris le temps d’envoyer à notre Mini leurs pensées, leurs bonnes ondes. Elle en a besoin.

Merci de m’avoir fait sourire, chacun à votre manière.

image

Bouger pour ne pas penser

Il a fait un signe par la fenêtre, et ils étaient partis.

Vide.

Peur.

Ranger.

Plier les plaids et remettre les coussins.

Débarrasser le lave-vaisselle.

Remettre de l’eau aux plantes.

Laver la carafe.

Plier le linge.

Remplir le lave-vaisselle.

Frotter le plan de travail jusqu’à ce qu’il ne reste aucune tache.

Nettoyer la porte du frigo.

Séparer les Lego des Playmobil et les remettre dans leurs bacs.

Enlever les traces de doigts sur la porte de la cuisine.

Plier les déguisements.

Ranger le linge, les sabres laser, les feutres, les petites voitures, les livres, les cahiers, les feuilles, le ballon, les chaussures, les lunettes, les chapeaux, les vestes.

Ramasser les magnets.

Laver les biberons.

Ouvrir le courrier.

Lancer une autre machine.

Ramasser les doudous.

Plier son lit.

Pleurer.

Il est minuit 40, je ne sais pas quoi faire de moi.

 

Ma Mini toute petite s’est faite attaquer par un moche microbe, qui l’a vidée épuisée essorée. Elle est en réa, avec son papa. On la remplit, on la médique. On attend.

Envoyez-lui vos bonnes ondes si vous le pouvez…

8 pics week #57 (petits bonheurs du début de l’été)

Un peu en vrac, il y a eu du soleil, de la fraicheur guettée au matin, des fruits plein de vitamines, des câlins à foison, des anniversaires, des fêtes, des gâteaux… De quoi bien démarrer l’été qui est enfin arrivé. Pourvu qu’il reste avec nous !

Un petit squelette qui s’entraine au tir à l’arc, trop chou dans ses sandales.

Les garçons qui jouent au Lego sur la table de la Mini. Elle aime les avoir près d’elle, c’est chouette de les voir « jouer » ensemble❤

Du trampoline !

Et de la balançoire bien sur !

Des carpaccios et des salades

Une Mini super mimi

Du yoga la tête en bas

Un bouquin qui détend bien

Des bonbons et des jouets (l’essentiel dans la vie)

Et un stage de yoga qui s’annonce intense mais aussi verdoyant !

Plein de bises à tous, que vous soyez en vacances ou pas encore, ici ou ailleurs… que la vie vous soit belle !

8 pics a week #56 (petits bonheurs entre les gouttes)

Voilà, mai, juin, même combat : on sort entre les averses, on croit au soleil, puis finalement c’est à nouveau le déluge. Entre les escargots et les parapluies, y’a vraiment pas assez de sandales et de petites robes à mon goût !

Malgré tout, on a fait plein de trucs sympas, et la fin d’année scolaire, avec ses fêtes, spectacles et autres joyeuses réunions, a un bon petit goût de vacances imminentes.

IMG_9978

On a fait notre fête des voisins, tardivement, mais avec une météo bien douce. Les enfants ont couru partout, on a échangé les potins et les quiches, c’était drôlement chouette.

IMG_9979

On a câliné de la biquette et gambadé comme elle.

IMG_9980

On a profité du jour de grand beau temps pour aller buller au parc , aérer nos orteils, respirer l’odeur d’herbe coupée

IMG_9977

On a ressorti la grande ardoise et les craies, et dessiné des bonshommes patatoïdes magnifiques.

IMG_9981

On a refait des petits gâteaux au chocolat qui déchirent trop, et mis des fraises dessus

IMG_9982

On a assisté à un spectacle de Bharata Natyam et c’était superbe

IMG_9983

On a applaudi les spectacles de fin d’année des garçons !

Bon lundi à tous, et courage pour cette dernière ligne droite avant les vacances !! On y est presque !

 

Un peu de lecture pour les mouflets

Pour moi il y a deux moments où j’aime particulièrement lire : quand il pleut (le plaisir de bouquiner bien à l’abri) et en été (si les vacances ne servent pas à lire, alors pourquoi existeraient-elles ???).

Autant dire qu’entre les déluges qu’on s’est tapés et la fin des cours qui approche, j’ai vraiment VRAIMENT envie de trouver de chouettes livres, y compris pour mes marmots.

Voilà nos derniers coups de coeur pour les enfants, ceux qu’on dévore à toute heure et qui partiront ptet même en vacances avec nous !

IMG_9176

Drôles de fantômes, dans la collection Milan Poche Poussins. Une petite histoire qui parle de différence et de tolérance, de façon toute simple et marrante. Le livre coûte moins de 5€, il ne prend pas de place. Parfait pour embarquer en week-end ou vacances, et particulièrement adapté pour les enfants qui commencent à lire, avec des textes faciles et courts.

Snoopy et les Peanuts, tome 5. Juste parce qu’on aime bien Snoopy et ses acolytes. Le tome 5 regroupe les strips des années 78 et 79, deux années fabuleuses, n’est-ce pas ?

Et le chouchou : Petit Poilu, La sirène gourmande. De la bande dessinée, mais sans texte. Une vraie aventure que les enfants peuvent lire tous seuls du début à la fin, et les nôtres aiment vraiment beaucoup ! Voir le Petit se raconter l’histoire tout seul, hilare dans le canapé, c’est trop bon. Il y a toute série Petit Poilu, je pense qu’on va explorer un peu plus.

IMG_9177

On aime beaucoup la collection des Imageries de Fleurus. Un nouveau est venu rejoindre la bibliothèque : l’imagerie des petites bêtes. Comme toujours, on apprend plein de choses. Les garçons adorent, celui-ci arrive dans leur palmarès avec l’imagerie de l’espace !

IMG_9178

Coup de coeur pour ce grand album, Grrrrr ! qui raconte l’histoire d’un ours champion qui doit disputer une importante compétition, mais a perdu… son grrrrrr. Qui lui a volé ? Comment va-t-il s’en sortir ? J’aime beaucoup les illustrations et l’humour de cet album ( de Rob Biddulph, chez Milan).

IMG_9179

Un peu de douceur toute chamallow pour finir, avec Mon amour de Pauline Martin, déclaration d’amuuuur maternel trop choupie. C’est joli comme tout, et idéal pour faire de gros câlins et se coller le nez dans les petits cous de ses mouflets.

IMG_9180 IMG_9181

Et vous, des coups de coeur bouquins à suggérer ??