Témoignage de papa

On nous entend, nous les femmes enceintes (quoi ? qui a dit « trop » ?)… mais un peu moins les papas, il est vrai. Alors aujourd’hui c’est un papa qui s’exprime ! Pas celui de mes enfants, mais celui d’une petite poulette rousse, gaga de sa fille et excellent voisin de bureau au demeurant.

Olivier, c’est à toi :

La fin de grossesse est proche. Plus que quelques jours, allez une grosse semaine, et le divin enfant sera là. Enfin !! Alors que se dessine une nouvelle vie que je suppute riche en émotions, prenons le temps (tant qu’il est encore temps) de revenir sur ces longs mois de grossesse (9 pour les incultes). Que retenir donc ? Qu’une grossesse, c’est d’abord une histoire de partage. On ne le répétera jamais assez : oui c’est bien la femme qui porte l’enfant et qui contemple, au fil des mois, les mutations extraordinaires que subit son corps. Oui c’est la femme qui met entre parenthèses sa vie professionnelle, sportive ou festive pendant de longs mois marqués par la frustration, la privation et la haine viscérale de ses congénères lorsque ces dernières l’appellent pour un apéro entre filles. Oui c’est encore et toujours la femme qui endure vergetures et contractions, sautes d’humeur et mal de dos, et, au final, péridurale et épisiotomie, mais, qu’y puis-je ? Ou plutôt qu’y pouvons-nous, faibles créatures terrestres dont l’étiquette sexe fort ne saurait cacher notre inanité devant la Création ? Il n’empêche que… féministes, fermez les écoutilles, l’homme, le mari, l’époux, le compagnon, le conjoint ou l’amant (pour certaines aventurières) a une place importante, que dis-je prépondérante dans l’accompagnement de la femme enceinte (je m’étonne d’ailleurs qu’aucun Petit manuel à l’usage des hommes endurant une femme enceinte ne soit encore paru). Levier, soutien, pilier, socle, épaule musclée… Appelez ça comme vous voulez mais il faut le savoir : la grossesse se vit à deux. C’est un constat : rarement je n’ai été autant mis à contribution que durant cette période. Primo, sur les tâches ménagères. Petits plats mitonnés avec amour pour femme alitée, nettoyage de fond en comble de l’appartement, lessive, vaisselle, portage de courses (putain de packs d’eau !!) sur 5 étages sans ascenseur, montage et démontage (car il me reste une vis dans la boîte) de table à langer, de commode, de poussettes… être aux petits soins avec sa femme, prévenant, disponible. Première qualité à remplir. Sinon vous ne passerez jamais le cap des premiers mois. Deuxio, l’écoute. Primordiale l’écoute. Votre femme n’a jamais été aussi bavarde ? Nuance, elle se plaint… et veut que vous le sachiez. Entendu maintes fois : « c’est pas juste pourquoi toi tu vas tout le temps boire plein de coups avec tes potes alors que moi je dois rester seule à la maison. » Si vous tentez la réponse suivante « C’est pas ma faute c’est le Créateur qui a choisit que ce soit la femme qui donne vie. Je me serai bien acquitté de ma tâche mais on ne m’a pas laissé le choix. » : gros, gros risque de se prendre une claque dans la gueule. Avis de tempête conjugale en perspective. Non, jouez plutôt la carte du deal « ok je vais boire des bières avec des potes mais promis je rentre avant 22h00 » Et si vous rentrez bien plus tard (au petit matin) mettez ça sur le compte d’un ami qui avait besoin de parler ou d’une tournée générale du patron qui a mal dégénéré. Et puis consentez à rester auprès d’elle le reste de la semaine (de toute façon vous devrez bien payer un jour !!). Compassion et attention sont les mamelles de la grossesse. Votre femme pleure à 4h du mat’ sans raison. Vous êtes là pour la prendre dans vos bras (« tout va bien se passer », notez c’est la phrase clef. Variante : « je suis là. Tout va bien ».). Elle a une folle envie de vous à 6h00 du mat’. Vous êtes là et vous la… bref, vous vous exécutez. J’ai même eu droit aux concombres à 2h du mat’ (non ptits malins, pas pour les réjouissances sexuelles mais une folle envie de bouffer des putain de concombres en plein milieu de la nuit). Dire que la grossesse est une aventure hors normes relève de l’euphémisme. D’ailleurs tout le monde vous dit : « repose-toi un peu avant l’arrivée du bébé car après tu vas en chier… » Heu, je veux bien mais quand ? Pareil, rarement été aussi crevé. Dormir avec une femme qui fait 15 kilos de plus, c’est différent. Et qui ronfle !! Bon, ok j’arrête. La grossesse a également des côtés positifs : contempler votre bébé (pardon la chose qui se meut dans le ventre de votre femme) bouger, l’entendre hoqueter, lui raconter des histoires, lui mettre de la musique et le voir réagir ou tout simplement lui parler…ça, c’est indescriptible.

Alors, les papas, envie de partager vos souvenirs de grossesse ? Plutôt période de bonheur partagé ou épreuve d’endurance face à une femme légèrement (très) pénible ?

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s