La vérité sur l’accouchement #3 : est-ce vraiment le plus beau jour de notre vie ?

Allez, on continue à dégommer du cliché. Après les douleurs de l’enfantement et la péridurale, voici venir ce cliché mille fois entendu :  « c’était le plus beau jour de ma vie ! »

Alors là, je m’interroge.

Et j’ai envie de dire : oui (et encore), mais non.

Oui : le moment où cet petit être tout neuf vous regarde pour la première fois, où l’on tient dans ses bras ce bébé qu’on a tellement attendu… ce moment-là, il n’a pas de prix. Il est magique et il change votre vie à jamais.

Et encore : ce moment magique, il n’est pas vécu par toutes les femmes. Des jeunes mère, des jeunes parents, qui se sentent démunis devant leur nouveau-né, ou juste ne se sentent pas envahis par un flot d’amour inconditionnel instantané, il y en a plein. C’est important de le rappeler, parce que ça ne présage en rien de leurs capacités à élever cet enfant ni de l’amour qu’ils développeront pour lui.

Mais non : les heures qui précèdent cet instant potentiellement magique ? Les interminables heures de travail durant lesquelles on est arrimée à un lit, accrochée à un tensiomètre, branchée à des machines, perfusée, monitorée, où tout un tas de gens en blouses vient inspecter régulièrement l’ouverture de notre col comme si notre vagin était soudainement devenu un lieu public… Ces heures-là ? Not so magic.

Quant à la phase d’expulsion, la fameuse phase du « poussez ! », comment dire ? C’est fatigant ? Arrêtons les euphémismes… c’est harassant. Imaginez que vous venez de courir un marathon (un bon petit marathon de neuf mois, pour être précise) et qu’à la fin on vous dise « allez, maintenant on se fait les 100 derniers mètres en 10 secondes 48 ma cocotte ! » (oui, moins que le record mondial, tout à fait, remarquez que je me suis documentée).

Donc si ça, c’est le plus beau jour de notre vie, il me semble légitime de se demander à quoi ressemblerait le reste de notre existence… Au doigt mouillé, je dirais un mélange de « Stupeurs et tremblement », de coloscopies, de sandwiches avariés et de week-ends avec Michel Drucker. Ou alors carrément à « 50 shades of grey » : un mix de sévices corporels et de mauvaise littérature. Iark.

Voilà. Donc qu’on se le dise, il n’y aucune raison que l’accouchement soit le plus beau moment de votre vie  (sauf si vous avez vécu dans un film de Lars Von Trier jusque là, et dans ce cas, condoléances). Ça n’est pas honteux de lui préférer, par exemple, n’importe quel jour n’impliquant pas qu’on découpe votre périnée aux ciseaux. Et, a priori, même vos enfants devraient se remettre de cette vérité, dès qu’ils seront en âge de comparer les chiffres, et de mettre en rapport le périmètre crânien d’un nouveau-né avec la taille d’une zézette.

Voilà.

clindoeil4

Advertisements

3 réflexions sur “La vérité sur l’accouchement #3 : est-ce vraiment le plus beau jour de notre vie ?

  1. Je deteste l’accouchement aussi, pour autant je pense qu’il est possible de le vivre nettement moins mal que ça, en refusant par exemple d’être clouée sur un lit ou d’avoir la moitié du personnel de garde qui entre dans la salle 🙂 Je t’assure que ça aide beaucoup, d’être actrice à 100% de ce moment. J’ai pas eu de monito, personne est entré à part la sage femme. Après, ça reste un truc ultra relou, certaines c’est vrai le vivent façon le bouddha qui reçoit l’éveil mais moi je suis plus comme un ours que tu vas faire suer dans sa grotte… Ce qui change tout c’est le respect que tu exiges, et reçois. Dans l’ascenseur en arrivant, une aide soignante qui me voyait grogner m’a dit « c’est la loi divine », et je me suis dit que ça résumait bien comment les gens voient ça. Je me suis dit « heu, non, j’ai mal parce que je l’ai choisi » et c’est important de pas s’en remettre à un « superieur » pour ce moment (que ce soit dieu ou un gyneco tout puissant). Sinon au lieu de vivre, tu subis 🙂 Tu l’as vu le sketch des monthy python sur l’accouchement ?

    J'aime

    • Oh my… ce sketch est si vieux et pourtant si actuel ! Bon, après j’en ai un peu rajouté dans le post, mais il faut bien dire que quand tu ne sais pas, on ne t’informe pas spécialement de ce que tu peux demander/refuser ou pas… que ce soit l’épisio, le monitoring, ou le fait de t’appuyer bien violemmment sur le ventre pour faire sortir ton bébé plus vite (vécu pour le grand). Et encore, les enfants sont nés dans une maternité « amie des bébés », où le papa peut rester dormir toute la nuit, où on peut déambuler avec sa péridurale (en théorie)… Juste on sent bien que si ils peuvent faire comme ils ont l’habitude et éviter ce qui ressemble à un « projet de naissance », ça leur facilite la tache…

      J'aime

      • Oui moi aussi pour la grande je savais rien et j’ai subi. Et c’est ça qui fait qu’on peut trouver ce moment horrible. Genre le papa en uniforme bleu et la maman en blouse-cul-nu… Pitié ! Faut faire passer le message : ne vous laissez pas faire les nanas, c’est pas obligatoire ! 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s