search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

Drôle de chose que l’inspiration... c’est un peu comme une boule à neige, comme cette bouteille à paillettes : par moments ça foisonne, ça part dans tous les sens, j’ai mille choses à mettre dans mon histoire, je les agite et les admire mais rien ne connecte, je n’arrive pas à établir de liens entre mes particules. Et puis en laissant faire le temps. En prenant une pause. En laissant retomber les particules au fond du bocal, quelque chose se dessine. Un début de cohérence, une trame. Vous voyez ? Comme quand on patauge dans l’eau et que le sable ou la vase rend tout opaque. Et puis en restant immobile, la transparence revient, la clarté. Aujourd’hui je crois que j’ai réussi à voir le fond du bocal. Pourtant hier j’aurais juré que j’en étais bien loin. Comme disait Alanis : « wait until the dust settles ». #glitters #bookstagram #livrestagram #ecrire
Mon « bureau ». Comme vous pouvez le constater, je tiens à maintenir une certaine distance entre l’écriture et la famille. Une distance très réduite. Ok, je fais mes recherches en massant les pieds de ma fille. Je prends des notes en surveillant son sommeil. Souvent j’écris avec ses frères qui jouent devant moi. Ok, y’a zéro distance mais de toute façon mon bureau c’est le canapé alors on ne peut pas dire que je ne l’ai pas cherché. #ecrire #enfantsextraordinaires #mykids #writing #autrice #homeoffice #merciikea #maviesurlecanapé
Ça et l’odeur de l’herbe coupée : 👌🏻 #nofilter #kifdujour #passiongazon
SE SOUVENIR. Je crois que si j’écris, si je tiens un journal depuis mon adolescence, c’est en grande partie par peur d’oublier. Il me faut tracer sur papier les histoires, graver la mémoire, la préserver à tout prix. Car j’ai peur de ça : des savoirs qui disparaissent, des anecdotes perdues, des vies ensevelies. J’ai peur des noms qui s’effacent et du vide ignorant. J’ai peur des erreurs qu’on refait parce qu’on a oublié. J’ai peur de perdre des morceaux de mon histoire, et peur que notre société occulte des pans de la sienne. Depuis quelques semaines je fais des recherches, prends des notes, je commence à construire une histoire qui parle de l’Histoire. Je n’avais pas réalisé qu’on approchait des 75 ans du D-day. Aujourd’hui je regarde ces commémorations avec une émotion profonde. Il n’y aura bientôt plus de vétérans. Nos grands-parents ou arrière-grands-parents ne pourront plus témoigner. Ne laissons jamais ces souvenirs-là s’effacer. #dday #6juin1944 #débarquement #omahabeach #utahbeach #junobeach #swordbeach #goldbeach #memory #worldwar2 #ecrire #souvenir
Et sinon, le beau temps revient quand ? #inde #india #rajasthan #amerfortjaipur #travel #roadtrip #roman
Quand on arrive à Jaipur par Amber Road, et qu’on jette un oeil sur le lac, à gauche, on a de grandes chances de tomber sur ça : le Jal Mahal, ou Lake Palace. Contrairement à ce qu’annonce Roshan Lal à Madie dans le roman, ce n’est pas un hôtel... mais il le deviendra peut-être un jour. Un truc fascinant à son sujet : le palais compte 5 étages mais quand le lac (en fait un réservoir d’eau pour la ville) est plein, 4 étages sont sous l’eau. Ça me donne rudement envie d’y retourner pour le voir en entier ! #jaipur #inde #india #incredibleindia #rajasthan #cestencoreloinlebonheur #roman #bookstagram #livrestagram #lire #funfact

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 716 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

 

Est-il possible d’avoir des enfants sans se faire envahir ?

Je ne parle pas du transat et du tapis d’activité qui intègrent le salon dès les premières semaines. Ni du Babycook qui trône sur le plan de travail un peu plus tard. Ni même de la collection de poussettes, tricycles, trottinettes, vélos, draisiennes et autres véhicules à roues et roulettes qui transforment au fil des ans l’entrée et/ou le balcon en garage pour nain.

Je n’évoque pas ici le fait de devoir partager le placard à chaussures, le bord de la baignoire et les placards à provisions avec les bottes en caoutchouc, les petits bateaux et les pom’potes (dans cet ordre ou pas, selon le degré de fatigue parentale) de nos mouflets.

Non, je parle des invasions minuscules.

Celles qui font qu’on retrouve des miettes de Krisprolls dans notre lit le soir, en même temps que le doudou qu’on a cherché partout.

Celles qui alourdissent nos poches de marrons, de mouchoirs usagés, de fleurs vite fanées ou de noyaux de cerises bien sucés (selon la saison) . Celles qui créent des réflexes étranges comme secouer ses chaussures avant de les enfiler (pour en retirer les Lego, de toute évidence) ou inspecter l’intérieur du caisson de basses régulièrement (parce que c’est tellement drôle d’y fourrer des tétines et des billes).

On croit, au départ, que certains espaces nous resteront dévolus… naïfs que nous étions !

Cars in my shoes

tacot culturel Viesdamelie

make up and toys viesdamelie Nuxe

 

IMG_9088

 

La marque de mes enfants se trouve partout. Dans ces petites voitures que nous retrouvons sur et sous tous les meubles de la maison (sauf dans leur chambre, cela va de soi), dans ces grains de riz colorés qui se collent sous nos pieds, dans leurs dessins glissés dans le bac de l’imprimante…

Parfois, ça me fait râler, ces jouets éparpillés. Ces chocolats mâchouillés retrouvés dans un tiroir. Ces Duplo cachés sous mon oreiller.

Et puis je me souviens que les Duplo, ils ont été déposés par une petite main ce matin, et qu’au bout de la petite main il y avait un petit mouflet, venu tout chaud se glisser contre nous. Alors oui, nous sommes envahis. Oui, il m’est arrivé à l’occasions d’attraper un feutre en cherchant un crayon à paupières et de récupérer des pommes de pin dans le sèche-linge. Mais c’est parce qu’ils ont essayé de ranger, à leur façon. Ou tout simplement parce que, pour faire un câlin, il fallait avoir les mains libres…

Depuis qu’ils en sont capables, nous leur apprenons à ranger, et ils participent généralement de bon coeur.

Alors les invasions minuscules… j’apprends de mon côté à les tolérer avec le sourire.

Lego et tomates cerises Viesdamelie

9 comments on “Les invasions minuscules {des Kapla dans mes Kickers}

  1. daljaa dit :

    Haha je me retrouve tellement là dedans… En plus je me sens coupable pour le riz ! 😀
    Vega trouve que son pain est meilleur si elle le mange dans mon lit, et mon sac, misère, si tu voyais l’état de mon sac. Y a des couches, des jouets, des miettes de pain et des vieux bouchons de compote.

    J'aime

    1. Amélie dit :

      Oh oui, tu paieras pour le riz !!! Bon, à la fois, je viens de leur en refaire une fournée pour compenser tout celui qui a volé à travers le salon alors… c’est que je dois quand même bien aimer ça ;D

      J'aime

    2. Amélie dit :

      Tu sais quoi ? Des bouchons de pompotes, je dois en avoir dans toutes les poches de tous mes manteaux et tous mes sacs… toi et moi, we were meant to be copines

      J'aime

      1. daljaa dit :

        Haha ! Des verts, des jaunes, des rouges… J’en ai même en forme d’hélices maintenant.

        J'aime

      2. Amélie dit :

        Oui j’en ai eu aussi… j’aimerais bien trouver un truc à bricoler avec, ça me fait mal au coeur de jeter tant de plastique…

        J'aime

  2. Tout pareil… Avec mes principes d’avant et puis, Bébédoux est arrivée. Comme en plus elle n’a pas vraiment sa propre chambre, le salon est son territoire (et notre chambre…et la salle de bain…). Oui, parfois, je suis agacée et rêve de pouvoir retrouver la pureté de mon salon (sans retrouver une boule de la pieuvre magique dans un vase) ou de ma chambre (sans jouets dissimulés sous mon oreiller). Mais quand je la vois les manipuler avec ses petites mains dodues et que je la regarde jouer. J’oublie tout temporairement… bah oui… Jusqu’à ce que mademoiselle ait l’âge de comprendre qu’il faut ranger (faut pas pousser mémé dans les orties quand même) 🙂

    J'aime

    1. Amélie dit :

      C’est exactement ça… c’est quoi la pieuvre magique ???

      J'aime

      1. Me suis trompée sur le nom… C’est la pieuvre à malice. Une jolie pieuvre colorée qui expulse des petites balles par la tête, tout en tournant sur elle-même. Bébédoux doit donc insérer les balles (par le bouche) et les rattraper. Le plus (pour bébé mais pas vraiment pour les parents ;-)) : la pieuvre chante et il y a quelques effets sonores rigolos.

        J'aime

      2. Amélie dit :

        Hahaha oui, je connais le phénomène « jeu musical qui rend les parents complètement fous au bout de deux jours » ;D

        J'aime

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :