search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

On a pédalé (pour changer du paddle). On a glissé (surtout les enfants parce que mes fesses à moi passaient moyen sur le machin). On a vu un cormoran (étonnamment sociable) et des crabes (timides). On a laissé le soleil descendre sur la plage, retiré les lycras et laissé les derniers rayons nous chauffer gentiment le dos. On s’est demandé si on verrait bien les étoiles. On s’est passés à la balayette avant de remonter dans la voiture. On a laissé du sable dans la baignoire. On a fini le gâteau basque et picoré des olives. On a traîné dans le hamac et puis on est partis au lit. On est en vacances, quoi. #landes #seignosse #soustons #family #mykids #pedaloavectoboggan #cestbeauleprogres
Elle nous a apporté les cafés. Elle s’est penchée sur la Mini, toute sage dans sa poussette. Elle a demandé « elle m’entend ? ». Et comme on a dit oui, elle lui a murmuré des mots doux en lui caressant la joue. Et puis elle lui a fait des bisous. Et la poulette a roucoulé de bonheur. Ça n’a l’air de rien, ça, mais moi ça m’a remuée. Assez pour que je me retrouve à tamponner mes yeux avec la serviette du restaurant. Qu’une personne inconnue s’intéresse à ma fille, autrement que pour la plaindre ou nous plaindre. Autrement qu’avec de la peur ou de la tristesse dans le regard. C’était beau, je peux même pas vous dire comment. Cilou, si vous passez par ici : vous avez un peu flingué mon maquillage mais MERCI. #handicap #enfantsextraordinaires #maladierare #amour
Quelle aventure, une séance de signatures... j’ai noté les prénoms mais ce sont les visages qui me revenaient, hier soir, alors que je glissais dans le sommeil. Les sourires, les encouragements, les mots gentils, les « on vous revoit pour le prochain ! ». Il y a eu des rires, des accolades et même quelques larmes. Il s’est passé des choses fortes hier, beaucoup plus puissantes que j’aurais pu imaginer. Bien sûr, sur les centaines de visiteurs du Cultura, seul un petit nombre a eu envie de venir me voir, et un encore plus petit a passé le cap d’acheter le premier roman d’une autrice inconnue. Mais ces rencontres-là... punaise ! Alors s’ils passent par ici j’envoie une bise particulière à l’étudiante en pharma qui cherche sa voie, à Jarod et Kellia, les collégiens les plus cool de Belle Ep’, à Lola, à Cynthia et sa puce Maïly, à la sublimissime Janica, à Mathilde, à Tom, à Laurent... merci à tous, du fond du coeur. Merci à ceux qui ont papoté avec moi, à ceux qui ont dit « c’est pas ma came mais félicitations », à ceux qui n’avaient pas les moyens mais qui ont bavardé quand même, merci, vraiment. Et un big Merci aussi à l’équipe @culturafr de @centre_commercial_belle_epine, pour leur gentillesse, leur enthousiasme... et leur patience face à mes 2000 « bonjour, c’est mon premier roman ! » de la journée. #premierroman #dedicaces #signature #bookstagram #lire #lecteurs #incroyable #justebeau #livrestagram
On n’a pas de jardin, pas de vue, pas d’horizon dégagé ni de grande étendue sauvage. On n’a qu’un bout de terrasse avec des dizaines de fenêtres en vis-à-vis, un rectangle de ciel au-dessus et un arc de soleil délimité par les immeubles voisins. Mais de notre carré de briques, de dalles et de béton, on a fait une petite oasis où poussent des haricots, des tomates, des tas de fleurs ; où les escargots, les abeilles et les enfants sont très heureux. On peut poser une micro-piscine et une nappe pour pique-niquer. On peut buller sur le tapis, bouquiner sous le parasol mais pas bronzer dénudé. On peut mettre juste les pieds dehors pour regarder la pluie tomber sans se faire mouiller. C’est un peu le fouillis, le bazar, un bric à brac, mais ça a l’odeur du jasmin et de la terre désaltérée 💛 #presqueunjardin #natureenville #terrassewithnoview #mykids
Moi aussi je veux flotter et nager ! Ou quand tu rêves de plonger dans les pages de ton propre roman 😂 D’ailleurs, il est frais, ce bouquin ! Comme un sorbet à la fraise, m’a-t-on dit une fois. Du coup si vous ne savez plus quoi faire pour lutter contre la canicule, vous pouvez toujours le lire 😇. Allez, je retourne à mon ventilo. #cestencoreloinlebonheur #premierroman #feelgoodbook #bookstagram #livrestagram #moinscherquunvoyageennorvege
On a atteint des températures où la moindre image d’eau me donne envie d’y plonger. Si vous êtes comme moi, voilà, c’est cadeau. On serait pas bien, là ? Un plouf et ensuite on sèche sur les marches. Et puis re-plouf. Et puis une glace, un kulfi qui sent la cardamome et la cannelle. Et puis re-plouf. Oh ouais. #inde #india #canicule #dreamlake

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 717 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

A la découverte d’un « Papa du bout du monde »

La blogosphère réserve des surprises ! Comme retrouver un ancien collègue, connu dans cette presque-autre-vie-d’avant (celle où on n’avait pas d’enfants) et s’apercevoir qu’on a tous les deux maintenant un ou des enfants… et un blog de parent !

Du coup let me introduce to you Fabien, du blog Papa du bout du monde ! Nous nous sommes livrés à l’exercice de l’interview croisée : la sienne ici, la mienne chez lui… N’hésitez pas à aller rendre une visite à son blog pour une bouffée d’air iodé (le bienheureux a quitté Paris, comme je l’envie…) et de tendresse paternelle.

Qui es-tu, papa du bout du monde ?

Salut à toi, Amélie, chère amie blogueuse. En résumé, je suis un Breton de 35 ans revenu dans sa région natale avec sa petite femme. Comme on a trouvé l’air vivifiant et du boulot, on s’est dit qu’on allait participer à l’opération « repeuplement du littoral breton ». Je n’avais pas vraiment connu de bébé dans mon entourage, alors, devenir papa, c’est quelque chose de complètement neuf, complètement inédit pour moi. Lorsque je le tenais dans mes bras au départ, j’avais vraiment peur de faire une boulette !   

Et le bébé du bout du monde, il a quel genre de papa ? 

Un côté sûrement cérébral (plus bouquin que télé) et un côté un peu romantico-sportif (planche à voile au milieu de l’hiver avec méditation sur le temps qui passe et le vent qui tombe). Je m’intéresse notamment à la psychologie, j’adore essayer de comprendre comment se développe le cerveau de mon petiot. On a la chance d’avoir à la maison le truc le plus sophistiqué qui existe sur terre et de pouvoir interagir avec lui : 10 fois mieux que l’Iphone 🙂 Plus simplement, j’essaie de donner à mon petit ce que j’ai eu la chance de recevoir : une enfance heureuse. En essayant de corriger mes défauts pour ne pas les lui transmettre, mais ce n’est pas une mince affaire… La boite d’amende aux gros mots, dans la cuisine, je peux te dire qu’elle pèse lourd…   

Les blogs de papas sont minoritaires, par rapport aux blogs de mamans… pourquoi à ton avis ?

Ils sont certes encore minoritaires, mais j’ai l’impression que ça a tendance à se rééquilibrer. Manifestement, on est en train d’assister à une révolution historique dans les mœurs : dans les années cinquante, c’était encore la femme au foyer et l’homme au turbin. Aujourd’hui, le papa poule s’assume. D’ailleurs, ça me fait marrer le sourire bienveillant des gens qui me laissent passer sur les passages cloutés lorsque je passe avec mon gamin en poussette 🙂 Tout cela change dans le bon sens. Mais peut-être que les hommes ne savent pas encore décrire leurs sentiments paternels comme vous vos sentiments maternels, je ne sais pas à vrai dire…  

Et qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer ?

J’ai commencé mon blog en septembre 2014 mais j’avais commencé à griffonner des notes dès la naissance, en décembre 2013. Je voulais garder une trace de cette première année si intense. Son regard stupéfait dès qu’il est sorti du ventre de sa mère… Nous trois dans la chambre de l’hôpital à regarder un hélicoptère décoller dans la nuit bretonne, alors qu’il n’avait pas un jour… magique ! L’évolution est tellement rapide et notre mémoire tellement friable que quand je prends un nourrisson de 5 mois dans les bras aujourd’hui (le mien a 10 mois), je me dis que ce n’est pas possible que Gab ait pu être aussi petit. Donc le blog pour s’astreindre à écrire, à mémoriser, et tant qu’à faire, à partager. 

Tu crois que tu vas tenir le rythme, avec un mouflet de 10 mois ?

Je pensais naïvement que tu pouvais laisser jouer un petit autour de toi et vaquer à tes occupations. En fait, la surveillance exige une disponibilité pas totale, mais presque. C’est vrai qu’entre le boulot et le gamin, les autres temps de la vie sont réduits. Mais bon, éduquer un gamin, franchement, y’a pire comme problème dans la vie ! Voir son gamin heureux, souriant, qui se développe, ça te donne une mission…  

Dans 10 ans, tu aimerais en être où, comme papa et comme blogueur ?

J’aimerais faire partager à mon petit ce qu’offre l’environnement breton : observer les oiseaux, aller pique-niquer à la plage, pourquoi pas faire du bateau… Comme blogueur, ouh là, difficile à dire. Je n’ai pas d’objectif à si long terme.

Et la question bonus pour finir : Eric Zemmour dit que « Un père, c’est la loi avec un L majuscule » et qu’un homme « est fait pour avoir un rapport avec une femme et se sauver. L’homme est par nature irresponsable. ». Si tu croisais M. Zemmour au retour d’une balade à la plage avec ton fils, tu voudrais lui dire quoi ?

Déjà, le livre de M. Zemmour est plein d’inexactitudes. Donc ses affirmations prophétiques, je les prends avec des pincettes. « Un père, c’est la Loi avec un L majuscule. » S’il veut dire par là que le gamin a besoin d’autorité, sûrement, mais il faut que cette autorité soit juste, pour parler un peu comme François Hollande ! En revanche, je ne vois pas en quoi cette autorité serait plus du ressort de l’homme que de la femme. Le duo père-fouettard /maman-la-tendresse, ça me paraît être un cliché ! Quant au fait d’avoir « un rapport avec une femme et se sauver, » eh bien, j’ai effectivement déjà entendu des histoires de couples qui explosent quelques mois après la naissance de leur bébé, parce que papa s’en va (mais aussi maman). Je trouve que les parents qui se retrouvent seuls à éduquer leur petiot ont du courage, j’aimerais pouvoir les prendre dans mes bras et leur dire de ne rien lâcher, que leur gamin a besoin d’eux, même si le destin leur fait ce coup. Je regrette aussi que nous ne soyons pas dans une société qui favorise l’éducation émotionnelle : apprendre à ressentir ce que pensent les autres, apprendre à se connaître avant de s’engager en couple. C’est dommage parce que ça permettrait d’éviter certains dégâts conjugaux, dont les enfants pâtissent. Cela dit, je n’ai aucune leçon à donner : ma femme et moi, ce n’est pas Mme Zen et M. Bouddha au pays des Bisounours. Pour finir, malheureusement, je ne crois pas que le livre de M. Zemmour contribue à une société plus éduquée aux sentiments et plus empathique. Au contraire.

blog papa du bout du mondeVous pouvez trouver Fabien scrutant l’horizon, les pieds nus dans le varech, sur ses plages de Bretagne… ou aller lui rendre visite sur fesse-bouc ici.

One comment on “A la découverte d’un « Papa du bout du monde »

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :