« Et tu l’allaites à chaque fois qu’elle demande ? » {allaitement et fossé des générations}

A l’époque où ma grand-mère est devenue mère, dans les années 50, on lui a appris qu’il ne fallait pas nourrir les bébés la nuit. Surtout pas de biberon (et de tétée n’en parlons pas, si peu hygiénique, si peu sain) entre 23h et 6h. « Pour leur apprendre à faire leurs nuits ».

Quand on parle puériculture, elle et moi, j’ai un peu de peine pour ma mère et mes oncles, que j’imagine braillant de faim, emmaillotés tous seuls dans leurs berceaux. Pauvres petits bouts livrés à eux-mêmes de longues heures, dès leurs naissances.

Et je sens bien que de son côté, elle tique toujours sur les concepts de cododo, de peau-à-peau ou d’allaitement à la demande, qui doivent lui sembler tellement hippie… Alors quand je lui dis que la crevette mange toutes les deux ou trois heures, y compris la nuit, elle me répond avec stupéfaction « et tu l’allaites comme ça à chaque fois qu’elle demande, même la nuit ? ».

Oui, mère-grand, à chaque fois qu’elle demande, même la nuit. Que ce soit après 20 minutes, une heure ou trois heures, si je la vois manger ses mains, chercher le sein, si je l’entends chouiner ou suçoter ses doigts… c’est open bar.

Du temps de nos grands-parents, les pédiatres considéraient qu’il était bon de laisser pleurer les bébés. On disait que « ça leur fait les poumons ». Même la génération de nos parents a tendance à penser qu’il faut laisser pleurer les bébés. Un petit côté « on va pas se laisser mener par le bout du nez par un marmouset ».

Et je ne peux pas m’empêcher de me demander : si j’avais vécu à cette époque, ces époques, et qu’on m’avait seriné qu’un bébé doit pleurer, aurais-je laissé mes enfants s’époumoner sans réagir ? Peut-on vraiment croire qu’après neuf mois passés dans un ventre chaud, accueillant, en étant nourri et bercé en permanence, un bébé doit apprendre la vie à la dure ? Peut-on sérieusement considérer qu’un nouveau-né peut « faire des caprices » ?

Je ne suis pas une hippie, loin s’en faut. Mais s’il y a bien un moment où je fais comme le veulent mes enfants, c’est durant leurs premiers mois. Je me dis qu’un bébé qui trouve toujours des bras ou un sein lorsqu’il pleure en gardera une trace, une plus grande confiance dans les autres ou la vie en général.

Bon, d’un autre côté, je ne suis pas persuadée que l’intégralité des bébés des fifties soient traumatisés qu’on les ait laissés pleurer (quoique dans le cas de ma mère la piste mériterait d’être explorée ;D).

Mais quand je vois ma petiote s’endormir dans mes bras à 4 heures du matin et sourire aux anges, une goutte de lait au coin de la bouche, je sais que je n’échangerais pas mes nuits entrecoupées. Je les aime, mes nuits hachées, et je suis heureuse de vivre à une époque où je suis « autorisée » à materner totalement.

Maman à 100%, pour peu de temps, mais pleinement.

1950_femme-allaitant-US

Enfin les fifties, c’était classe quand même…

 

 

Advertisements

20 réflexions sur “« Et tu l’allaites à chaque fois qu’elle demande ? » {allaitement et fossé des générations}

  1. Oh la la cette photo, on aimerait bien avoir cette tête là pour la tétée de 4h du mat’…! Les théories changent tout le temps c’est dingue, tu sais qu’à la maternité on m’a dit que maintenant (soit 4 ans après mon premier…) on revenait de l’allaitement à la demande, qu’on repartait sur des bases de les faire attendre toutes les 4 heures. Pour qui, pou quoi par contre, ils n’ont pas su me le dire ! Quenenni je vois pas pourquoi je changerais une méthode qui a fonctionné pendant 8 mois avec le premier… Va savoir ce qu’ils diront dans 10 ans !! Et ce qu’on dira à nos petits enfants…!!!

    Aimé par 1 personne

    • T’as vu le brushing ?? Tellement chic…
      Donc maintenant « on revient de l’allaitement à la demande » ? Non mais qu’est-ce qui leur prend encore ? Et 4 heures pour quoi faire ? Et qu’est-ce que tu fais de ton marmot qui pleure pendant ce temps, et de tes seins qui débordent ?? 4 heures c’est pour le lait artificiel, pas pour l’allaitement… C’est désespérant…

      Aimé par 1 personne

      • J’ai même une copine à qui son pédiatre a dit de passer de 8 à 6 tétées par jour, parce que « 8 c’est trop » ! J’ai vu une sage-femme à la maternité qui a eu la meilleure phrase à dire à toutes les jeunes mamans « vous faites comme vous le sentez » c’est le meilleur conseil à donner point barre !!
        Il y a 4 ans la sage-femme me disait de le réveiller toutes les 4 heures : et tu fais comment quand il a pas envie de téter ou pas faim tout simplement ? Tu lui fourres le sein dans la bouche ? La bonne affaire, si il n’a pas faim il ne tétera pas quoiqu’il ait dans la bouche !! En plus c’est risquer qu’il ne puisse pas se passer de tétine !! Bon ok à ne pas boire de la journée il m’avait fait des sales nuits, mais il y a un juste milieu ! Après j’ai fait comme je le sentais et nickel ! Donc cette fois pas question de suivre leurs « conseils » !!

        Aimé par 1 personne

      • Ah ben ça, c’est clair que forcer un bébé à téter ça ne marche pas non plus… c’est quand même énervant que chacun dise ce qui lui chante. Comme notre premier pleurait beaucoup à la maternité, une des SF avait suggéré de lui faire téter le petit doigt de mon mari, pour le calmer. Résultat, après il ne voulait plus du sein ! Jte dis pas comme j’étais désespérée…

        Aimé par 1 personne

  2. Comment je plussoie ma poule!
    Le concept de « mais laisse donc pleurer!! » à la vie dure, même mon homme à du mal à comprendre pfffffffffffffff.
    Franchement je me pose des questions tout de même sur ce principe et sur les répercussions psychologiques que ça peut entraîner, notamment sur le manque de confiance en soit.
    Sinon je me demande où tu as bien pu trouver cette photo de moi allaitant le Pepito MOUHAHA!

    Aimé par 1 personne

  3. bah, et après quelques semaines, VOUS saurez et déciderez de quand on laisse pleurer… de quand on ne dort plus à côté… les nuits c’est à 2 ou 6 mois, on peut pas savoir… et après on met le curseur là où il est important pour nous même (pas tout parfait en 3 mois, personne ne peut ha ha ha !!!).Pour la deuz, berceau dans la chambre, chouinement = Ok je prends – calage sécurisé dans le lit avec position de côté ergonomique, moi redodo en 10 min. chrono, mlle heureuse… bon c’était un modèle « je dors longtemps mais quand je suis réveillée c’est maman le peau à peau et les séances de gavage de 15 à 18h puis de 19h30 à minuit… un p’tit déj léger à 9h30/10h, une petite séance à 3 ou 4 h du mat (peux pas dire le temps me rendormais très vite, la minette se débrouillait très bien).
    Le seul conseil que j’ai trouvé utile pour les machins à leur naissance, malgré leur grande diversité :
    – la journée ils peuvent dormir dans le couffin, le cosy, what so ever… du moment que c’est avec nous ou la nounou, rideau / volets ouverts, dans la pièce de vie…
    – la nuit c’est la nuit. l’endroit où ils dorment. même si c’est la chambre parentale. Même s’ils se réveillent ou font la foire, qu’on les berce, c’est la nuit (le minimum de lumière et de vie autour même si évidemment on s’en occupe, les nourrit et les change si nécessaire). Et à ces bébés là quand ils dorment le jour, même si ils dorment, on leur fout la paix autant que faire se peut évidemment et si on doit les trimbaler on ne les brutalise pas… mais s’ils pioncent ils le font dans le jour et la vie quotidienne de la maisonnée… (de fait quand il y a d’autres gnomes plus grands passé quelques semaines c’est leur triste sort :D). J’ai adoré l’écharpe. Et mon ado n°2 (l’emmerdeuse avec des rythmes pas possibles bébé) est bien dans sa peau et méga sociable (même si personne hors sa nounou et son père ne pouvait l’approcher lors de sa 1ere année, un pot de colle pas possible !!!!) – han en plus à l’école c’est une « excellente élève » qui « en plus se montre une camarade aidante et positive »… ma larve pot-de-colle, je ne regrette rien 😉

    Aimé par 1 personne

    • Alors là, totalement d’accord ! Le truc le plus utile qu’on m’ait dit, c’est aussi les « astuces » pour les aider à différencier le jour et la nuit. Et je dois dire qu’avec des aînés, du coup, les bébés captent bien plus vite le truc. Franchement tout ça c’est une affaire de feeling, et si ça fonctionne pour la maman et le bébé, si tout le monde dort assez et en sécurité, ben c’est déjà topissime… le problème c’est que quand on est jeunes parents, on n’ose pas trop se faire confiance, on essaie de faire comme on nous a dit parce que ça semble la bonne façon… Hélas c’est rarement le cas. Merci pour ce témoignage en tout cas, et c’est cool d’avoir le recul d’une maman d’ados !! Merci beaucoup et très bonne soirée !

      J'aime

  4. Décidément, tu as les mots pour décrire exactement ce que je ressens. Je ne suis pas hippie mais j’ai décidé d’allaiter mon enfant et comme toi je n’imagine pas laisser mon bébé de deux mois s’époumoner parce que ce n’est pas l’heure de manger… Et moi aussi je suis une maman à plein temps, pour 6 mois du moins, et je n’échangerais ma place (et mes cernes) pour rien au monde.

    Aimé par 1 personne

  5. je lis ton article sur le tard et forcément ça cause. j’ai allaité mon premier pendant 11 mois et heureusement que j’étais informée grâce aux bons réseaux : LLL, Forums des seintes sur facebook etc … Que du bonheur, j’ai vraiment adoré, et comme toi je n’ai jamais mal vécu les nuits hachées, les tétées nocturnes rapprochées. Quand on pense en effet à ces pauvres enfants des années 50 ( et plus ) qui ont été abandonnés dans leurs lits et à la mentalité de cette époque on ne peut que frémir … et encore frémir quand on voit que certains professionnels et aussi familles de nos jours prodiguent des conseils à la dure , ça fait mal 😦
    j’attends mon deuxième pour février prochain et j’ai hâte de remettre le couvert 🙂

    J'aime

    • Ouah c’est cool de te lire ! Bon, en vrai, j’ai quand même un peu galéré certaines nuits… les sommeils hachées, je les ai parfois vécus avec des pleurs (les miens en plus de ceux de ma fille ;-)), surtout quand notre petite dernière a grandi mais qu’elle continuait à manger toutes les deux heures… La fatigue s’accumule ! Mais bon, je suis heureuse qu’on ait le choix, et que le maternage proximal ou l’allaitement à la demande soient de plus en plus connus ! Je te souhaite tout le meilleur pour ton deuxième, et que ça se passe au moins aussi bien que pour le premier ! Continue à partager ton expérience, elle fait du bien à entendre !!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s