Les turbulettes, au crash-test !

Toi qui a déjà des enfants, tu sais probablement ce qu’est une turbulette, pas vrai ? Mais pour les pas-encore-parents, ou les égarés (salut les gens, vous avez bien fait de venir, vous allez apprendre plein de trucs géniaux sur un sujet qui ne vous intéresse absolument pas), la turbulette (ou gigoteuse) est un vêtement pour petit enfant qui s’apparente à un sac de couchage à bretelles.

natalys 2

La turbulette est un indispensable de la puériculture, du moins dans les régions tempérées (parce que si il fait 30°C jour et nuit là où vous habitez, il est probable que vous n’en ayez pas la nécessité), car c’est la façon la plus safe de couvrir un bébé quand il dort.

Encore faut-il avoir le bon modèle, et je dois dire qu’ici, avec 3 bébés en moins de 5 ans, on a eu l’occasion d’en tester pas mal. Du modèle tout ptit rikiki pour crevette juste née jusqu’à la gigoteuse géante à manches pour mouflet de deux ans, on en a éclusé quelques unes et je commence à avoir une idée assez nette de ce qu’est une « bonne » turbulette.

Ami parent (et toi l’égaré qui poursuit courageusement ta lecture, reste donc, tu vas voir comme on s’amuse), voici la liste de ce qu’une turbulette DOIT avoir pour passer avec succès le baby crash-test.

*Les deux bretelles peuvent s’ouvrir : certains fabricants un peu sadiques proposent en effet des gigoteuses avec une seule bretelle qui s’ouvre, ce qui fait qu’il faut passer un des bras dans l’autre bretelle… manoeuvre hautement périlleuse avec un bébé déjà endormi. Et on ne VEUT PAS réveiller un bébé qui dort.

*Les boutons tiennent bien : souvent les bretelles ferment avec des boutons pression, ce qui est assez pratique. Encore faut-il que les boutons tiennent ! Rien de pire que les pressions qui sautent au premier mouvement du lardon. Avec un bébé minuscule tu passes ta nuit à flipper que la bretelle détachée l’étouffe (les jeunes parents ont parfois des peurs légèrement irrationnelles) et avec les plus grands tu flippes qu’il sorte et meure de froid (le parent même un peu moins jeune continue effectivement à légèrement surréagir). Attention aussi à l’inverse, la pression sournoise impossible à détacher et sur laquelle on se pête un ongle à chaque fois.

*Le zip ne se coince pas : aaaaah le zip qui se bloque… et toi à 4h du mat qui essaie en vain de refermer cette foutue gigoteuse, la tête dans le cirage… Peut-être encore pire que le zip coincé sur le blouson du grand et qui déchire la moitié de la doublure au passage. Donc attention au zip, il peut être sur le côté (ou devant pour les plus grands), peu importe, mais faut que ça glisse. A noter que certaines fermetures à glissière se ferment depuis le bas, ça peut être utile quand le dindonneau a compris comment ouvrir le machin pour s’en échapper.

*La turbulette s’ouvre à plat : pour les tout-petits, c’est un côté assez pratique puisqu’on peut éventuellement changer le gigot directement dans sa turbulette (et donc en le laissant bien au chaud). Pour que la turbulette puisse s’ouvrir à plat, il faut que le zip fasse tout le côté ET la base (ami égaré, ne t’avais-je point dit que tu t’éclaterais ici ?).

*Elle passe au lave-linge ET au sèche-linge : en maman débutante, j’ai craqué sur de jolies turbulettes toutes douces-mignonnes-adorables… mais qui ne passaient pas au sèche-linge. Ben figurez-vous qu’un bébé ça a souvent des fuites (par en haut ET par en bas) y compris pendant son sommeil… Je ne fais pas de dessin mais disons que le lave-linge tourne fréquemment quand on a un nouveau-né. Et accessoirement les plus grands ont aussi parfois des accidents. Ou des gastros. Bref on est amené à laver les gigoteuses assez fréquemment. Et en général on attend qu’elles soient sèches pour y remettre le baby…

*Elle est douillette : chaude comme il faut (il faut adapter l’indice de chaleur de la gigoteuse, ou TOG, à la température de la pièce ou dort bébé), mais aussi confortable. On évite de demander à mamie de tricoter une turbulette en laine de Shetland, exit les tissus à paillettes, on veut de la douceur !

*Elle ne laisse pas passer les courants d’air : ah oui… j’ai ptet oublié de le préciser, mais la turbulette, c’est pour que le marmouset soit bien au chaud quand il dort, tout en évitant le danger que représentent draps, couettes et couvertures (enfouissement, étouffement). Donc si il y a des troutrous ou si on ferme avec des nouettes, ben ça marche moins bien (cf le point « fermeture éclair »). Des pressions supplémentaires pour fermer les emmanchures chez les tout-petits, c’est bien aussi.

*Elle est à la bonne taille : mais là les cocos, c’est à vous de faire le nécessaire. Trop grande, vous risquez de voir votre petit s’enfoncer dans la turbulette (pas bon), trop petite votre lardon n’aimera ptet pas dormir tout plié (ils sont exigeants, ces enfants…). En général on a des tailles 0-6 mois, 6-18 et 18-36. Mais il y a aussi des toutes petites et des plus grandes (j’ai même vu des modèles adultes, mais là ça devient un peu creepy…).

On pourra aussi rajouter les critères esthétiques, le prix ou la possibilité d’utiliser la gigoteuse dans la poussette ou le siège auto (à condition qu’elle ait des trous pour les ceintures)… mais ce sont des critères moins importants et dépendants de vos goûts, moyens et besoins.

Au final ici on a testé plein de marques, les plus chères n’était pas toujours les plus satisfaisantes.

Bout’chou (Monoprix) : bien, Natalys : jolies mais certains boutons pression défaillants, Carré Blanc : très douillet mais ne passe pas au sèche-linge+ encolure trop large, Kiabi : pas super kawai mais résistant, Babies R Us : bouloche un peu mais très pratique, Hema : joli et pratique, manches amovibles, un peu trop chaud pour nos bébés transpirants, Ikea : bof, manches ne s’ouvrent pas.

Allez, qui sera le prochain au crash-test ?

 

Advertisements

17 réflexions sur “Les turbulettes, au crash-test !

  1. C’est vrai que trouver la turbulette idéale peut être un vrai parcours du combattant. Cet été, j’ai eu beaucoup de mal à en trouver une d’été très fine qui ne coûte pas un bras…
    J’ai trouvé chez Hema, j’aime bien celle de vertbaudet aussi qui sont très résistantes (je trouve).

    Aimé par 1 personne

  2. Très bon billet, j’ai bien ri, ça fait appel au vécu ! Je viens justement d’en racheter une chez vert baudet, avec les manches amovibles ce qui me semble bien pratique… A voir après crash-test bien évidemment ! Ikea en fait de très jolies, mais pas pratiques du tout pour les manches, obligé de leur tortiller les bras pour les en sortir… Pour l’anecdote à la maison on appelle ça des gigolettes, Monsieur ayant un jour fait le mix de gigoteuse et turbulette (le plus sérieusement du monde en plus ^^)…!

    Aimé par 1 personne

    • j’aime gigolette ! on dirait un peu un truc à manger, mais c’est cool ;D Ceci dit moi une fois sur deux je dis « je vais au bulot », mélange de boulot et bureau… (voilà une phrase que je ne dis pas trop en ce moment niark niark niark !)
      On en avait une de chez Ikea, mais pareil, pas top pratique. Les suédois peuvent pas être bons partout…

      Aimé par 1 personne

  3. Après en avoir essayé des tas avec tous les petits schtroumpfs que j’ai turbuletté, c’est celles de chez Hema qui remportent la palme. La fermeture part du haut pour aller vers le bas, pas de bretelles qui s’ouvrent (j’aime pas) et elles sont vendues avec des manches amovibles. Elles existent en grande taille, en plus.

    Aimé par 2 people

  4. Ici ça à souvent été des Kiabi, jusqu’à récemment où le 6-18 trop petit et on trouve peu de 18-36 ! Et les deux que j’ai actuellement sont censés passées au sèche-linge (j’avais vérifié) et que dalle en fait… On sent le rembourrage qui n’apprécie guère, donc je n’ai pas insisté.
    Mon questionnement actuel avec le froid c’est : « mais ses petits bras ? » Alors j’en ai une avec des manches amovibles, sauf que voilà elles ne sont vraiment pas souples =/

    Aimé par 1 personne

  5. Pingback: 8 pics a week #3 (petits bonheurs de la semaine) | Les vies d'Amélie

  6. Pingback: Une turbulette de compète (on a testé la gigoteuse Grobag) | Les vies d'Amélie

  7. Nous on a craqué pour une jolie turbulette de chez Descamps, assortie au tour de lit, qu’on a prise en taille 0-6 mois. On s’est ruiné mais rien n’est trop beau pour son enfant, surtout quand c’est le premier…
    Sauf que la turbulette a servi 3 fois en tout : pendant 2 mois, bébé a dormi avec nous et depuis une semaine on l’emmaillote dans la couverture miracle de Red Castle. Quant au tour de lit, on nous a dit de ne pas l’utiliser avant l’âge de 6 mois… Et comme il dort encore dans sa nacelle de toutes façons, on ne risque pas de l’user !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s