search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

Il fallait au moins le Taj Mahal pour fêter le retour de lecture de @petite_lectrice 😊😉Écrire, c’est un truc éminemment solitaire. On a une idée, une envie, un message en tête. On aligne les mots, on les efface, on corrige et on recommence jusqu’à avoir trouvé la musique qui devrait faire passer les émotions voulues. Mais au bout, rien ne garantit que celui/celle qui tourne les pages les ressentent. Alors à chaque fois qu’un lecteur/trice me parle de bonheur, qu’il dit avoir voyagé avec Madie, entendu les chansons des flashbacks ou senti les parfums de l’Inde, c’est une joie... tajmahalesque 😄 Ça vaut toutes les ratures, les heures devant le clavier et la frousse permanente. Merci Estelle 💛 #cestencoreloinlebonheur #roman #inde#india #premierroman #feelgoodbook #livrestagram #bookstagram #happy #tajmahal #lire #ecrire #autrice
3 minutes avant de se prendre l’averse sur la tête. On aurait ptet dû se méfier des nuages. Ptet. #normandie #justeungrain
Enfin !! Les pieds dans le sable, à la chasse aux coquillages 💛💛💛
Le chemin ou la destination ? Le hasard ou le destin ? Je me pose beaucoup de questions en ce moment, sur ce qu’est mon chemin, mon but, ma place. La philosophie du yoga établit que nous avons tous un devoir. Plus que des obligations, c’est un peu le sens de notre vie, la mission que nous devons accomplir lors de notre passage sur terre. Alors je m’interroge. Quelle est ma mission ? Vous vous demandez ça, vous aussi ? Et sinon : une beauté lumineuse à Udaipur. #roman #cestencoreloinlebonheur #livrestagram #bookstagram #feelgoodbook #yoga #philosophie #inde #india #ecrire #questions
Magie du cadrage, la mare du parc prend des airs de campagne. #myboys
Un peu de yoga pour finir la semaine ! La posture du paon est un vrai challenge : elle requiert de l’équilibre, un peu de souplesse (au niveau des poignets) mais surtout une tonicité de dingue. Dans le #roman, Madie découvre cette posture le matin de Noël au milieu de petits écoliers qui se cassent la figure. Je vous laisse lire pour savoir si elle s’en sort mieux qu’eux 😉 #yoga #inde #india #livrestagram #bookstagram #cestencoreloinlebonheur #feelgoodbook #mayurasana #lire

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 716 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

Cher Grand-père,

Cher Grand-père,

jusqu’à ce  9 décembre, nous avions toujours eu 60 ans d’écart. 60 ans, c’est beaucoup, n’est-ce pas ? Je t’ai toujours connu retraité, je t’ai toujours connu chauve ou à peu près, je t’ai toujours connu gentil, attentionné, élégant.

En fait, je t’ai toujours connu, tout simplement.

Certaines choses ont changé au fil des ans, l’odeur des cigarettes s’est envolée mais ta drôle de voix est restée, et cette toux inimitable. Comme ce nez cassé que je croyais avoir hérité, stigmate de tes années de rugby. Tu as arrêté de chasser, mais tu as continué à observer les oiseaux. Tu as délaissé ton atelier et l’ébénisterie, mais internet et les photos ont remplacé le travail du bois.

Quand je pense à toi, je vois le miroir aux alouettes dont tu m’expliquais le principe, dans le sous-sol qui m’évoque les bocaux de confiture, les briquettes de jus de fruit et l’odeur du fer à repasser. J’entends Fernandel disant Alphonse Daudet, et ces chansons d’autrefois que tu as numérisées pour moi. Je vois ton écriture fine et nette sur les cartes de voeux, et les innombrables mails que tu m’as envoyés ces dernières années. Je pense à Perceval et Karadoc qui te faisaient bien rire et à toutes les choses auxquelles tu t’intéressais, à ta curiosité toujours renouvelée. Je vois mon grand-père dont la santé déclinait peu à peu, mais dont l’esprit est resté toujours si vif. Qui d’autre, dans le monde, finit les grilles de mots croisés force expert ?

De ta jeunesse, j’ai quelques images. Sur ce cliché aux bords dentelés tu souris, en short au milieu de tes coéquipiers, le match juste fini. Tu es jeune, heureux et tu portes ce drôle de bonnet de cuir. Sur cet autre la guerre vient de se terminer. Tu m’as raconté la libération de Paris, tu as vu les chars à Antony. Là tu es à peine plus vieux que mon aîné, avec tes cheveux longs d’enfant des années 20, beau comme une fille. Et ici tu te tiens avec ta femme, tellement belle.

Grand-mère… Vous avez fêté vos 65 ans de mariage peu avant la naissance de ma fille. 60 ans, ça fait un bail. Je vous ai toujours connu ainsi : un couple heureux. Pas d’effusion, je ne crois pas, mais deux personnes qui se respectent, qui se parlent avec tendresse, et qui se font rire. C’est peut-être ça le secret, l’humour… les mots d’esprit de mon grand-père et le rire de ma grand-mère. Et vice-versa. J’ai tellement d’admiration pour votre couple qui a duré tant d’années, avec tant de classe. Tant d’admiration pour mes grands-parents, si chics malgré les ans, qu’ils me semblent fait d’une autre étoffe que le commun des mortels.

Cher grand-père, ce 9 décembre tu t’es éteint. Les 60 ans qui nous séparaient ont commencé à fondre, peut-être te rattraperai-je un jour… Alors qu’on t’enterre je ne suis pas là, mais je sais que tu comprendrais, que tu comprends si tu me vois. J’ai mon bébé dans les bras, cette première arrière-petite-fille que tu as trouvée si belle. Je suis sure que tu as rangé ses photos dans le fichier « Amélie », toi l’archiviste auquel je ressemble finalement beaucoup…

Je pense à toi, Père-Grand. Il n’y aura plus de mails signés Maine et Jean. Je n’entendrai plus ta voix éraillés en fond lorsque j’appelle ta moitié, ni tes blagues et tes bons mots.

Je pense à Maine et à maman, à tes enfants, petits-enfants, et tes 5 arrière-petits-enfants. Je sais que jusqu’en Inde en cet instant des pensées vont vers toi, des pensées pleines de tendresse et de respect pour le chouette homme que tu étais.

Au revoir, cher Grand-père

adieu grand-père

16 comments on “Cher Grand-père,

  1. daljaa dit :

    C’est joli… Encore désolée pour cette perte qui te rend si triste…

    Aimé par 1 personne

  2. 😦 sincères condoléances et bon courage

    Aimé par 1 personne

  3. Plein de pensées pour toi et ta famille.

    Aimé par 1 personne

  4. annelartigue dit :

    Très belle lettre, un talent d’écriture certain et une évocation émouvante d’un être cher…
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

  5. milady dit :

    Ton hommage est très émouvant. On en se connait pas mais je t’envoie mes sincères condoléances à toi et ta famille.

    Aimé par 1 personne

  6. hachinyu dit :

    Mille pensées belle Amélie ♥
    Pour toi & ta famille ! Une très belle lettre virtuelle. Émouvante, tendre et qui donne envie de sourire ♥

    Aimé par 1 personne

  7. Co dit :

    Je comprends ce que tu ressens car j’ai moi perdu ma grand-mère de 94 ans le 10/12 et je n’ai pas pu non plus l’accompagner… Plein de pensées pour toi.

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      C’est une mauvaise saison pour les grands-parents… Toutes mes pensées pour toi et ta famille

      J'aime

  8. Fabien dit :

    Très beau texte

    Aimé par 1 personne

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :