La joie des sorties en famille (nombreuse)

Coming out : parfois, je regarde les nullipares, et je les envie.

Ne te méprends pas, toi qui me lis. Et vous mes chéris, mes trois magnifiques enfants que j’aime plus que tout, ne soyez pas vexés. À aucun moment (même couverte de vomi -le votre- à 4 heures du matin, voyez si je vous adore) je ne regrette de vous avoir mis au monde.

Mais il n’empêche, parfois je les regarde, ces couples sans enfants, ces célibataires, insouciants, et je les envie. Parce qu’ils sont libres de leurs mouvements, ils voyagent léger, bouger est facile pour eux.

Alors que les sorties pour nous, famille « nombreuse », c’est tout sauf spontanéité, légèreté et licornes bondissantes.

D’abord il faut me préparer. Autant le dire tout de suite : pour le moment je ne rentre dans aucune de mes fringues « normales ». Déprime intense au moment de choisir ce que je peux mettre qui ne serait ni informe ni tâché et si possible un peu seyant. Néant. Impression de ressembler à un sac. Avec des racines apparentes (t’as essayé d’aller te faire faire un balayage avec un chinchilla accroché aux seins ?). Ceci dit les racines, ça détourne un peu l’attention de mon maquillage approximatif, réalisé d’une main pour cause de berçage constant du chinchilla sus-nommé. Classe.

Ensuite il s’agit d’harnacher les gnomes. Entre la Mini qui hurle dès qu’on la pose dans le cosy, le Grand qui refuse de mettre autre chose qu’une chemise rouge (celle qui est au sale depuis une semaine, mauvaise mère) et le Petit qui veut emmener la moitié des jouets de la maison, c’est un chic moment de poésie familiale. Et puis c’est l’hiver, donc manteau, écharpe et bonnet pour tout le monde. Le temps de scratcher les chaussures des garçons, on a perdu la moitié de nos capacités auditives, beaucoup de patience, et l’amitié de nos voisins.

Arrive le moment de grimper en voiture. Toi qui crois qu’une voiture avec 5 places est suffisante pour une famille avec 3 enfants, tu n’as probablement jamais manipulé un siège auto (veinard). C’est à moi que revient la chance de me glisser entre les sièges des garçons à l’arrière. Trajet sur une fesse, les épaules en diagonale. Un délicat relent de vomi de l’année dernière parvient à mes narines. Trajet sans ceinture bien sur, impossible à attacher dans cette configuration. Remarque que ça ne m’inquiète pas, hein. Mon mari conduit très bien, déjà. Et puis au pire, le sac à langer taille maxi XL que j’ai dans les bras amortira le choc. C’est l’avantage de transporter un kilo de couches sur ses genoux.

Bien sur dans ces conditions on ne peut pas aller bien loin. Heureusement remarquez, parce que c’est pas facile de chanter « mon poisson rouge ayant appris » tout en comptant les feux rouges, surtout avec un bébé qui hurle dès qu’on ralentit. A noter que le bébé qui hurle en voiture s’endort systématiquement 200 mètres avant l’arrivée. Tu peux tester, c’est une loi immuable.

Et puis enfin on peut s’extirper -avec une grâce variable- de notre véhicule, rassembler les poussins sur le trottoir et aller, coeur joyeux et mains moites, à la rencontre de notre destination.

Voilà voilà. Tout ça pour vous demander, chers amis, de ne pas nous en vouloir si on ne vient pas vous présenter la Mini dans l’immédiat. Avant de pouvoir dépasser les 5 kilomètres de trajet, il faut qu’on économise pour acheter un carrosse à la taille de notre smalah. On se voit en 2025, donc.

Bisous.

sorties en famille Légo blog maman amélie

 

Il est encore temps de voter pour le blog ici et m’aider dans le concours Famili ! Merci !!

Publicités

12 réflexions sur “La joie des sorties en famille (nombreuse)

  1. J’ai la chance d’avoir des beaux-enfants (un tout petit peu) grands qui sont capables de s’habiller seuls (sauf quand ils ont perdu leur écharpe/chaussure et oublié de faire pipi..). Mais il y a toujours Petit Colis et LE truc qu’on a oublié.
    Il y a aussi les siège à clipser dans notre mini voiture qui nous font perdre un temps fou. Un jour, nous en aurons une grande, très grande, ou l’on pourra tout jeter et s’en aller!

    Aimé par 1 personne

  2. Ahahhhhh ! J’adore te lire, ça me fait marrer car c’est criant de vérité ! Moi c’est mon 1er et en effet, je transpire avant de devoir l’emmitoufler pour partir en imaginant d’avance toutes les étapes avant soit que la poussette roule enfin ou que l’on démarre la voiture ! Car j’ai de la chance après ça, il dort tout le trajet, quel amour !!! Alors j’imagine avec 3… :/ je n’ai qu’un mot à dire : bravo !

    Aimé par 1 personne

  3. PTrès bien vu cet article : moi je passe mes trajets en contorsion totale pour remettre la tetine dans le cosy arrière car je suis devant (pas de place a l’arriere) la place du mort n’a jamais aussi bien porté son nom (pas de ceinture je peux pas faire autrement) ah vivement la fin des sieges auto tiens

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s