Nos Bébés Aux Besoins Intenses (les BABI)

B.A.B.I. Bébé aux besoins intenses. C’est un terme que j’ai découvert récemment, lors d’une de mes balades nocturnes sur la toile, alors que je squattais -encore- le fauteuil à bascule en essayant -en vain- d’endormir la Mini.

Le bébé aux besoins intenses, c’est un concept proposé par le Dr Sears dans les années 80 pour décrire un petit enfant qui a plusieurs (ou la totalité) des caractéristiques suivantes :

  • impossible à poser : il a un fort besoin de contact humain, il ne se détend que dans les bras
  • hypersensible : les bruits le font sursauter, il n’est pas « tranquille », il se réveille facilement la nuit, il est anxieux et méfiant vis-à-vis des étrangers
  • intense : il réagit à tout très fortement, pleure fort, hurle fort, rit fort… il vit tout sans demi-mesure
  • exigeant : s’il proteste ou pleure, il  a besoin d’une réponse immédiate, et attention si ce n’est pas la réponse qu’il attendait. Inutile d’attendre de lui qu’il se calme seul…
  • avec de forts besoins de succion, pour se rassurer en dehors des besoins nutritifs
  • imprévisible : on pense avoir trouvé un « truc » qui marche pour le calmer… mais au bout de deux jours ça ne marche déjà plus
  • se réveille souvent : il dort par petites périodes, et n’est de toute façon pas un gros dormeur
  • n’aime pas se blottir : alors qu’il a besoin de contact constant, il n’aime pas être trop proche et peut se raidir quand on le prend dans les bras, et repousser l’adulte
  • épuisant : forcément, il épuise ceux qui s’occupent de lui, car ils ont l’impression de ne rien pouvoir faire d’autre et de ne pas savoir comment le calmer…
  • mais aussi curieux, vif et terriblement attachant…

Ce concept de BABI regroupe des caractéristiques assez floues, « peu spécifiques » me souffle mon docteur de mari. Et dans l’absolu on pourrait considérer que tous les bébés ont des besoins intenses.

Mais pour qui a côtoyé plusieurs bébés, il semble assez évident que l’intensité de leurs besoins peut être extrêmement variable d’un marmot à l’autre.

Pour moi, la définition du BABI, même si elle n’est pas vraiment reconnue par la communauté scientifique, a au moins le mérite d’objectiver un phénomène qui reste souvent dans le non-dit et le tabou : il y a des bébés qui sont foutrement épuisants.

Et ça n’a rien à voir avec la façon dont les parents s’y prennent.

Certains bébés s’endorment où qu’on les installe et roupillent comme des loirs. Et d’autres bébés n’arrivent à fermer les yeux que s’ils sont dans les bras de leurs parents et se réveillent immédiatement si on tente de les poser.

Souvent quand on dit qu’on a un enfant « collant », qui ne dort que dans les bras, qui pleure beaucoup, on entend ou on devine des réflexions du genre « tu l’as mal habitué » ou « laisse-le pleurer un bon coup, il arrêtera de te mener par le bout du nez ».

Le BABI, on peut bien essayer de le laisser se calmer seul, on peut le laisser pleurer autant qu’on veut, tout ce qu’on gagne c’est un bébé qui hurle encore plus fort.

Dans ce portrait du BABI, je reconnais beaucoup de traits de caractère de notre aîné. Le bébé-glu qui ne dormait que sur nous. Celui qui fondait de désespoir alors qu’on se contentait de quitter la pièce. Celui qui tétait à n’en plus finir et était totalement accro à sa tétine. Celui qui collait tellement sa nounou, qui refusait tellement de s’éloigner d’elle à l’extérieur, même pour aller jouer, qu’elle a fini -à bout de patience et de solutions- par nous remettre sa démission. L’enfant formidable qui aujourd’hui encore a tendance à venir se coller à nous, et est anxieux du moindre changement.

Et je dois admettre, vu comme on galère en ce moment, que notre troisième me semble aussi correspondre à certains points… à nouveau un bébé-glu, à nouveau des stratagèmes sans fin pour pouvoir la poser sans qu’elle se réveille. A nouveau des cris effrayants et un petit plus : la demoiselle bloque sa respiration et change de couleur quand elle est au comble de l’exaspération. Un bébé rouge-violet, c’est moyen joli et un poil flippant. En revanche notre deuxième, le wonderful Petit, était sur un tout autre modèle, un vrai bébé zen… ce qui ne l’empêche pas d’avoir un caractère bien trempé.

Si j’avais connu ce concept de BABI pendant mon premier congé mater, je me serais peut-être sentie moins désemparée, moins incapable. Oui, il y a des bébés plus exigeants que d’autres. Oui, cela peut être réellement épuisant pour les parents. C’est pourquoi je voulais partager l’info aujourd’hui, en espérant pouvoir soulager quelques parents démunis à mon tour.

Pour plus d’infos, ce sera ici, ou ici. Un blog est consacré aux BABI, avec notamment un bon papier sur les conseils du Dr Sears aux parents de BABI ici. Une page facebook est aussi dédiée aux BABI. Les témoignages des parents de BABI sont passionnants et permettent de relativiser… et puis souvent ça va déjà mieux quand on voit qu’on n’est pas seul…

bebepleure2-738x520

 

Publicités

17 réflexions sur “Nos Bébés Aux Besoins Intenses (les BABI)

  1. J ai mis 2 ans a mettre un mot sur le comportement « sangsuguinaire » de mon fils. En premier bebe je me suis dit que c etait peut etre « ça » un bébé ! Au fil des mois j ai accumulé la fatigue et les comparaisons. Ces mamans qui te disent « ben je fais ca pendant la sieste, il dort 3 heures » (avec ce fou rire diabolique, la tête jetée en arriere…enfin presque). Moi je l avais dans les bras -normal tu l allaites, tu le laisses pas pleurer- du matin au soir, du soir au matin. Je dormais 4heures par 24heures et enchainait 11h de taff. Et 24 mois plus tard une amie me dit « ton fils est un BABI ». Apres quelques infos sur la toile, sur des groupes on mets un mot, ca rassure, ca change pas grand chose mais ca rassure. Aujourd hui il a 37 mois et on se rejouit de petits bonheurs. Hier soir je l ai endormi, il ne m a pas appelé de la nuit et a 5h30 est venu de lui meme dans notre lit. Il a vaincu sa peur du noir en venant seul dans ma chambre. Je suis super fiere de lui ! Seulement 2 mois qu il est sevré, on a mis le temps… mais on a profité finalement. C est pas dans 13 ans que je m endormirais dans son lit, en se disant des « je t’aime ». Je me confesse, j ai pas envie de revivre ça avec ma fille dans 3 mois… quand meme !

    Aimé par 1 personne

    • Qu’est-ce qu’on peut les détester, ces parents de bébés « modèles » (y’en a qui appellent ça des « bébés pots de fleur », ça doit être pour se venger un peu ;D…). On est vraiment pas tous égaux, et on est souvent bien seul face à un BABI, avec juste l’impression de s’y prendre comme un pied, ou que le monde entier pense qu’on s’y prend comme un pied. Je suis absolument d’accord avec toi : ça change pas grand chose de mettre un nom dessus, mais ça rassure. Et puis avec le recul tu peux te dire que t’as assuré comme une bête ! Et puis c’est si joli, cette image du dodo à deux en se disant des mots doux ❤ Donc une petite soeur en route ? Allez, y'a pas de fatalité, ce sera ptet à ton tour d'avoir un bébé modèle ;D

      J'aime

  2. Courage ! C’est certain que tous les bébés n’ont pas le même niveau d’exigence, même si c’est un phénomène bien sous-estimé par ceux qui ont… tiens, justement, des bébés faciles. Et c’est tellement dur, en plus de l’épuisement, de se manger des « ah mais il a du caractère dis donc » ou autres « laisse le pleurer / tu l’as habitué/ c’est un caprice » ( comme si on avait besoin de ça dans ces moments là ! )
    Bref courage courage, j’espère que tu n’es pas totalement au bout du rollmops, et merci pour cet article détaillé !

    Aimé par 1 personne

    • ça va, merci, je crois que ça va quand même en s’arrangeant ;D. Quant au jugement des autres… Même nous, quand on a eu le deuxième tellement cool, on s’est dit qu’on avait du mal s’y prendre avec le premier, que notre stress de jeunes parents inexpérimentés avait du jouer. Bon ben là, franchement, la troisième est pire et pourtant on est au top de la coolitude parentale !

      J'aime

  3. Comme tu l’as sans doute compris j’ai eu un BABI c’est dur dur : toujours pas reussi a tourner la page c’est bizarre que 4 ans apres ca me hante encore. C’est tr§s bien d’avoir parlé de ca (moi je ne sais pas encore si j’y arriverais sur la toile mais ca viendra mdr) bon courage

    Aimé par 1 personne

    • Ça laisse des traces, ça se comprend ! Moi quand je penses aux premières semaines avec notre aîné, je garde (4 ans plus tard également) un souvenir vraiment dark. Sortir acheter le pain, ça ressemblait à une délicieuse évasion… Cette fois c’est différent. Enfin j’espère qu’on va garder le moral !

      Aimé par 1 personne

  4. Je n’ai rien d’intelligent à dire et je suis une maman d’enfants cool (Sann faisait 3h de sieste et se couchait à 19h le soir jusque 9h le lendemain). Mais je compatis… J’ai peut être pas eu de BABI, mais j’ai déjà 2 hypersensibles sur 3, du coup je sais un peu ce que c’est d’être impuissant face aux émotions de son petit. Bises !

    Aimé par 1 personne

  5. Pingback: La revue du web #42 | Papa Panique

  6. Pingback: Notre expérience du cododo | Les vies d'Amélie

  7. Tout ce que vous dites est très juste et apporte plein de nuances. Souvent, on se sent impuissant, et jugés tout le temps (mais on s’en fout ;)). Intense, notre fils l’est depuis son premier jour, et nous, nous sommes un poil (trop) fatigués, mais tellement heureux 🙂
    Moi, ça m’a vraiment aidé de découvrir que mon bébé n’avait pas de « problème », et que je n’étais pas seule. Les BABI, c’est un vrai tabou, en France. Tout ce qui concerne l’éducation bienveillante et le maternage m’aide beaucoup aussi au quotidien (Isabelle Filliozat, notamment), pour faire face à l’intensité des émotions de mon petit.
    Merci pour ce billet, merci pour ce blog, il nous est précieux.

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci pour tous ces compliments ! C’est vrai qu’on n’est pas du tout préparé à ça, quand on accueille son premier bébé… moi je n’imaginais pas qu’un bébé puisse refuser de dormir seul, puisse pleurer autant, je n’avais en tête que des idées toutes faites de bébés « idéaux ». Heureusement petit bout par petit bout on trouve de l’aide, des idées, et du soutien ! Merci encore ❤

      Aimé par 1 personne

  8. Si seulement j’avais connu ton blog plus tôt et lu cet article avant… Pourtant, le 11 février je tournais en rond en attendant que mon bébé pointe le bout de son nez ! 😉
    Je me retrouve dans tous ces commentaires : non ça ne change rien de le savoir mais ça fait tellement de bien de se dire que ce n’est pas notre faute (qu’est-ce que j’ai culpabilisé…) et qu’on ne s’y prend pas comme des manches. Quand c’est son premier bébé, on ne sait pas comment ça se passe chez les autres et on pense que c’est la normalité… mais quand on entend les autres parents/mamans, on comprend vite qu’il y a un énorme décalage !
    En attendant, depuis que j’ai mis des mots sur le comportement de mon bébé, je le vis vachement mieux et j’essaie de relativiser : c’est un gentil bébé, agréable et en bonne santé. Je n’ai pas encore assez de recul car il n’a pas encore 4 mois mais je pense qu’il n’y aura pas de bébé2 car on n’est pas prêt à revivre cela une seconde fois, c’est trop dur…

    J'aime

    • Oooooh oui je comprends, c’est assez traumatisant. Mais il faut se laisser le temps, pk ces drôles de petites choses se bonifient avec le temps 😉 j’espère que tu feras la sieste aujourd’hui… On voit toujours les choses moins noires quand on a dormi. Plein de bises

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s