Education bienveillante : de la mode au business model

Quand on s’intéresse à la blogosphère parentale, le thème de l’éducation bienveillante est un incontournable. RIE, éducation positive, parentalité bienveillante… les termes varient mais le phénomène est bien là, on n’y échappe pas plus qu’à la méthode Montessori ou au portage physiologique.

Ça n’est pas un mal, entendons-nous bien. A titre perso, si il y a bien un truc que je voudrais être dans la vie en général, et avec mes enfants en particulier, c’est bienveillante. Et même si les principes de l’éducation positive relèvent souvent du bon sens et d’outils de communication « généraux », ça ne fait pas de mal de les rappeler de temps à autre.

On sait tous intuitivement que pour bien communiquer avec quelqu’un, quel qu’il soit, il est préférable de se mettre face à lui, ni trop loin  ni trop près, de le regarder, de surveiller son langage corporel (éviter les bras croisés, les sourires narquois, les sourcils froncés, etc.). Il n’empêche que de temps en temps, rappeler ces règles basiques permet de désamorcer ou d’éviter des situations conflictuelles.

Je pense que nous sommes de nombreux parents à nous la jouer façon monsieur Jourdain : nous faisons de la prose sans le savoir de l’éducation positive sans le savoir. En pratiquant le renforcement positif (valoriser ce qui est bien dans le comportement de l’enfant plutôt que sanctionner ce qui ne va pas). En s’attachant à critiquer les comportements plutôt que la personne (dire « je n’apprécie pas que tu me dises des vilains mots » plutôt que « tu es méchant et malpoli »). En essayant de montrer à nos enfants que nous les aimons, quoi qu’il arrive.

Sur le principe, ça va un peu de soi… mais en vrai, ça demande quand même de s’exercer pour y arriver. C’est comme tous les outils, il faut apprendre à s’en servir à bon escient.

lexomil

Seulement voilà, en matière d’éducation bienveillante, sur la toile, on trouve un peu tout et n’importe quoi. Et la frontière entre RIE et laxisme total semble parfois assez ténue.

Quand je lis des choses comme ça (sur le site qui sort en premier sur Google quand on tape « éducation bienveillante ») :

Capture d’écran 2015-10-21 à 10.19.09

…je m’interroge. Penser que les enfants ont besoin de limites reviendrait à être un parent maltraitant ? Persécutant ? La bienveillance implique l’absence d’autorité ? Cette vision est tellement manichéenne qu’elle en est flippante.

Mais bon, je ne suis pas une experte du domaine, j’ai lu quelques posts, je ne le fais plus trop maintenant… je les trouve parfois un peu redondants. C’est comme passer 1 heure à expliquer comme c’est éducatif et formateur de faire mettre la table à son enfant (pédagogie Montessori) : sur le principe, oui bien sur, mais je n’ai pas forcément envie de lire 3 pages là-dessus.

Bref l’éducation bienveillante est à la mode, et ça me semble globalement -malgré quelques positions qui me semblent extrémistes- une très bonne chose. Et puis hier soir sur FB je suis tombée sur ça :

Capture d’écran 2015-10-21 à 10.50.43

Ça venait de quelque chose présenté comme un blog de parents. Je me suis dit « oh cool, des parents blogueurs qui ont créé des outils, génial ! ». Moi j’aime bien les blogueurs qui partagent des choses, qui prennent le temps de fabriquer des outils de leurs petites mains. Mouais. Pour obtenir le kit, il faut rentrer son adresse mail. On se retrouve ainsi inscrit à la newsletter du site. Et puis au passage, on nous propose d’acheter une vidéo d’Isabelle Filliozat à un tarif préférentiel…

Capture d’écran 2015-10-21 à 10.55.17

A propos d’Isabelle Filliozat, justement, j’étais curieuse. C’est une des grandes prêtresses de l’éducation bienveillante. J’ai donc très attentivement écouté les 12 minutes de « vidéo inédite » obtenue avec mon « kit de démarrage du parent bienveillant ». Elle est sympathique, madame Filliozat. Elle utilise des exemples qui parlent forcément aux parents, ils sentent le vécu. Mais pour les explications données, ça reste pour moi sujet à caution. Affirmer que si un enfant est intenable avec sa mère et adorable avec le reste du monde, c’est juste parce que sa maman est sa « figure d’attachement », la seule personne avec qui l’enfant se sent suffisamment en confiance pour exprimer ses peurs, ses colères et son anxiété et donc enchaîner les crises et les colères… ça me laisse dubitative. Et j’ai toujours du mal avec les arguments qui permettent d’expliquer une situation et leur parfait contraire (cette enfant ne dort qu’avec maman ? C’est parce que c’est sa figure d’attachement, la seule avec qui elle se sent assez en confiance pour partir dans le sommeil / cette enfant dort avec tout le monde sauf maman ? C’est parce que c’est sa figure d’attachement, elle veut donc profiter d’elle au maximum plutôt que dormir).

Donc comme vous pouvez le deviner, j’ai décidé de décliner l’offre et de garder mes 9€ pour acheter un truc réjouissant, comme du masking tape rose ou du chocolat.

Et c’est là que j’ai pris la mesure du marché derrière la mode. L’éducation bienveillante, c’est une multitude de livres, de conférences, d’outils… et tout un business en pleine croissance. Le blog de parents proposant le kit, c’est un blog professionnel. Je n’ai rien contre. Leur site est très riche et les fiches en question sont par ailleurs bien faites.

Mais ce business autour de la parentalité bienveillante, ça me fait un peu le même effet que Marie Kondo, la papesse du rangement, et ses livres pour apprendre à plier ses t-shirts et trouver le bonheur dans des étagères vides. Gros succès sur les blogs lifestyle, grosse vogue des « consultants en rangement ». Pour dire que moins de bordel dans sa maison c’est mieux ?

Toujours pareil, sur le fond : oui bien sur, mais en pratique, est-il nécessaire de sortir des bouquins là-dessus ?

Et c’est un peu la question que je me pose : où s’arrête le service rendu, où commence la guerilla marketing ? Vous en pensez quoi, vous ?

Publicités

29 réflexions sur “Education bienveillante : de la mode au business model

  1. Très intéressant ton article ! Je suis un peu saoûlée par tous les trucs marketing que l’on tente de nous refourguer (le dernier jeu Montessori à la mode alors que le principe Montessori c’est justement d’utiliser des objets de notre quotidien !!!). Je suis très intéressée par le sujet de l’empathie car j’ai rapidement compris que j’avais tout intérêt à traiter mon fils comme j’aimerai que l’on me traite aussi : avec respect ! Figure-toi que je passe pourtant pour la maman la plus cadrée, organisée, fixant des limites à son enfant de mon entourage !!! j’essaie juste de faire attention à lui, et de prendre en compte ses besoins, ses envies, ses émotions. Attention : bienveillance (ou comme chacun veut bien l’appeler), ce n’est pas manque d’autorité, laisser faire, etc… bien au contraire, mais à force de nous le sortir à toutes les sauces, nous parents lambda qui voulons bien faire, on ne sait plus trop sur quel pied danser ! arrivent alors la culpabilité et des discours moralisateurs…… Dans respect il y a respect de soi et du coup dans ma relation avec Michoco j’essaies de me respecter moi-même aussi !! bref, je n’écoute pas trop les gens autour de moi, je fais comme je le sens, le livre d’isabelle F (j’ai tout essayé) m’a donné à réfléchir et changer ma manière de voir les choses par des astuces concrètes, mais de là à entrer dans le côté business de la bienveillance, je préfère aller me payer une bonne glace en tête à tête avec mon fils pour prendre du bon temps avec mon argent 😉

    Aimé par 1 personne

    • ça fait aussi partie des trucs qui me gênent dans la vague des articles sur l' »éducation bienveillante », le côté donneur de leçons/moralisateurs de certains. Genre la bonne parole de ceux qui savent. Ceux qui ne haussent pas la voix, jamais ! Sur le fond c’est super que les gens en parlent, et ça fait du bien de rappeler les principes, mais au bout d’un moment, comme tu dis, ça saoule. Et quand je lis des trucs comme quoi il faut être disponible en permanence à 100% pour ses enfants, ça me semble irréaliste, d’une part, et je ne suis même pas sure que ça soit souhaitable pour l’enfant. La frustration, ça fait aussi partie de l’éducation !
      Bref j’adhère à ta façon de faire : se renseigner, choisir, faire un peu la sourde oreille… et manger des glaces 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Et bien tout pareil que Petiteyaye !
    J’ai lu « J’ai tout essayé » et ça m’a permis de gérer certaines situations plus sereinement. Et ça a fait du bien à tout le monde. Par contre le marketing à l’extrême me dépasse O.o
    Et comme tout il y en a à prendre et à laisser. Je suis pour les limites. Donner des limites c’est aussi aimer son enfant ! Le laisser faire n’importe quoi sous prétexte de ne pas le brimer ce n’est pas lui rendre service sur le long terme (voir le court et le moyen XD). Et j’en serais de toute façon incapable >.<

    Aimé par 1 personne

    • Tout à fait d’accord avec toi ! Pour moi, les limites sont indispensables… ne serait-ce que parce que notre société est faite de règles et de limites à respecter. Le but c’est quand même que nos enfants soient autonomes et heureux, et si on ne leur apprend pas les règles de la vie en société, j’ai un doute sur leur capacité à y trouver leur place…
      Y’a un article intéressant sur lequel je suis tombée en faisant des recherches pour ce post : http://www.slate.fr/monde/83599/suede-generation-education-enfant-roi … ça donne un éclairage… différent 🙂

      J'aime

  3. Je trouve ça assez bizarre, cet appel marketing et coloré pour démarrer en tant que parent bienveillant. Franchement on dirait un peu un gag. Le plan de lire des fiches pour devenir un super parent, ça ne me plait pas. Ce n’est pas accompagné, il faut payer en partie … et puis je crois que c’est avant tout un état d’esprit, à inculquer par touches, au quotidien, et pas une méthode à suivre.
    Tu as raison, ils surfent sur a vague d’une mode.
    Et en même temps c’est plutôt bien que ce soit à la mode de réfléchir à l’éducation que l’on veut donner à ses enfants, et que la bienveillance prône.

    Aimé par 2 people

    • Oui, dans le fond ça fait partie des messages positifs à faire passer aux parents : il y a d’autres méthodes que les punitions ou les engueulades, avec des outils simples de communication on peut y arriver différemment… C’est une bonne chose. Mais c’est comme toutes les vogues, il y a un effet de masse un peu saoulant, et puis le côté « au fait, achète ça et ça sera encore mieux », c’est vraiment pas cool.

      Aimé par 1 personne

  4. Malheureusement la bienveillance éducative est une mode, je dis malheureusement parce que selon moi ça ne devrait pas être pris comme tel mais comme l’avenir logique. D’ailleurs selon moi, c’est une « fausse » mode, les parents qui y adhèrent, ne vont pas arrêtés le jour où le sujet ne sera plus tendance, c’est ce qui différencie ce mouvement de beaucoup d’autres, parce qu’il implique un mode de vie entier, on ne peut pas revenir en arrière en se disant « nan là j’en ai assez d’être empathique avec mon gosse, je vais le dresser à coup de baffes ».
    Et, comme toute mode, il y a ceux qui cherchent à en faire du profit, du pognon. Le site que tu cites est ultra connu et pourtant, je ne m’y suis jamais attardé, parce que tous les conseils qu’ils cherchent à faire payer se trouve totalement gratuitement sur internet, je n’adhère pas du tout à ce business (même si je comprends que c’est un bon filon pour gagner de l’argent avec le domaine que l’on aime).
    Et j’imagine qu’on doit lire de tout sur ce sujet, je ne suis pas encore tombé sur des descriptions loufoques ou extrêmes, mais il est évident que l’éducation bienveillante ne dit pas qu’il ne faut pas de limites (tiens d’ailleurs j’avais fais un article pour parler de ça). Dans le bout d’article que tu cites au début, le mot « limites » est entre guillemets, ce que je comprends c’est qu’il est utilisé pour la suite de la phrase qui dit que les adultes souhaitent y enfermer les enfants, et ce, même sous la violence s’il le faut. Les « limites » sont indéniablement indispensables, et puis un autre débat pourrait s’ouvrir sur « qu’est ce qu’on appelle « limites »? » 😉
    Merci pour cet article!

    Aimé par 1 personne

    • Merci à toi pour ton message ! J’ai quand même l’impression qu’il y a un côté « mode »… dans le sens où, si ça implique un vrai changement de vie, je doute que tant de monde que ça s’y engage à fond. Mais avec un peu de chance ça aura laissé des traces dans l’esprit des gens, juste quelques outils qui serviront…

      J'aime

  5. Moi, ce qui me gonfle avec cette mode de l’éducation bienveillante, c’est déjà le terme : si tu ne respectes pas ses principes, tu es malveillante ? Ensuite, de ce que j’en ai lu, j’y vois une très grande hypocrisie. Quand la situation devient ingérable avce mon Grand, je l’envoie se calmer dans sa chambre. C’est punir ou pas ? Quand il ne veut pas terminer son plat mais demande un dessert, je lui réponds que s’il n’a plus faim, il est libre de sortir de table. C’est le menacer de le priver de dessert ou pas ? Bref, tout ça me semble un peu surfait, sur théorisé, très rigide aussi : pour moi, l’essentiel c’est de vivre une vie de famille où la parole et les émotions de l’enfant sont entendues, comprises, mais sans pour autant en faire l’axe du foyer.
    Merci de ce billet en tout cas, qui contrebalance un peu ce qu’on peut lire un peu partout sur la blogosphère parentale !

    J'aime

    • ça c’est très bien vu ! Je ne sais pas si ce que tu décris est « punir », mais ce qui est sur c’est que nous on y a recours, et je ne me sens pas malveillante pour autant. Je suis d’accord avec toi sur le côté rigide. En fait, quand je lis les articles ou les conseils sur l’éducation bienveillante, j’ai l’impression d’un grand manque de spontanéité. ça rejoint le côté hypocrite que tu décris. Quand tout est réfléchi, on est moins sincères…

      J'aime

  6. Moi je crois que c’est nécessaire pour beaucoup de parents, de lire des livres pour être bienveillants. C’est un marketing parce que c’est un besoin, je ne crois pas que les offres puissent se créer sans demande. On est allés trop loin sur beaucoup de trucs : l’éducation, la consommation, l’agriculture… Et aujourd’hui peu à peu on revient aux basiques, et je ne suis pas surprise qu’il y ai un marché pour ça, tout comme le masking tape (qu’on a vu partout aussi pendant un temps) 🙂
    Alors oui, apprendre à devenir un meilleur parent ça devrait être gratuit, mais je peux aussi comprendre que les gens qui passent du temps à créer des ressources puissent vouloir en vivre, je ne sais pas… J’ai acheté des livres de Filiozat, j’ai payé pour essayer d’être un meilleur parent, mais en même temps qui allait me l’apprendre gratuitement ? Pas l’école, pas mes parents. Le bon sens, pour ma part, je n’y crois pas tellement… Il n’y a qu’à regarder autour de soi tous les trucs de malade que les gens sont capables de faire au quotidien… Et puis faut dire qu’après 5 ans à bosser comme nounou, j’ai réalisé que le bon sens des parents c’est très relatif 🙂

    J'aime

    • C’est vrai que tu as eu un accès privilégié à plein de familles pour voir comment elles fonctionnent de l’intérieur… Et visiblement c’était chelou…
      Sur le principe on est d’accord, plus ce genre d’infos circulent, mieux c’est. Là où ça me gêne c’est quand on essaie de refourguer aux gens des trucs qui me semblent un peu douteux.

      Aimé par 1 personne

      • Et puis en l’occurence, ce hameçonnage qui consiste à dire « hey, on est un blog, viens on a fait des trucs cools à télécharger » pour derrière se retrouver inclus dans la newsletter + invitation direct à acheter + le mail derrière… J’ai eu l’impression de tomber dans un piège. Je comprends que quand on est très investi dans son blog et qu’on créée une vraie valeur ajoutée on ait envie d’être payé pour. Mais là c’était vraiment une grosse ficelle marketing que j’ai trouvée pas très classe.

        Aimé par 1 personne

      • Oui, le principe est discutable après je dis pas. Il y a beaucoup de sites comme ça, ou tu dois t’inscrire à la newsletter si tu veux lire tel ou tel contenu. Perso, je ne m’y prendrais pas comme ça, mais bon… C’est une technique pour faire grossir son lectorat. Un peu comme le principe des concours, tu dois liker et partager, j’avoue trouver le principe franchement discutable, mais c’est comme ça que ça fonctionne depuis un paquet de temps maintenant. Il y a plusieurs blog spécialisés dans le « blogging » et le développement de son lectorat, et ils te donnent tous des conseils du style.

        Aimé par 1 personne

      • J’ai eu des conserves de choucroute pour des bébés de 18 mois (à lui faire en 2 fois dans la semaine), des bébés avec un body unique toute la semaine, une maman qui engueulait son petit de 8 mois parce qu’il avait vomit, de l’automédication 10 fois par an à la cortisone sur des petits de moins de 3 ans, des enfants rationnés parce que maman avait peur qu’ils soient gros… Bref, j’ai perdu un peu ma foi dans « le bon sens » du coup, oui 🙂 C’est pour ça que je sais que ce qui peut paraitre logique à l’un, ne le sera pas pour l’autre.

        Aimé par 1 personne

      • Heu… je te comprends. Mais tu en as eu des « normaux » ou bien ? ça me fait penser a post sur B comme Balthazar « j’ai testé la garde partagée avec des psychopathes »… y’a des fous partout, mais toi visiblement t’as croisé plusieurs cas assez curieux.

        J'aime

  7. Personnellement, je suis assez dubitative face à l’éducation bienveillante. Déjà parce que comme le dit un autre commentaire, si on ne suit pas les règles, il ne me semble pas que l’on soit « malveillant » pour autant. Mais surtout parce que je trouve finalement assez facile au quotidien d’être bienveillant envers son propre enfant. Je suis leur mère et de ce fait même, suis beaucoup plus prête à leur trouver des excuses que le reste du monde ne le fera… C’est un apprentissage beaucoup plus douloureux, en tant que parent, de se positionner comme décisionnaire ultime, bien plus dur de gronder, de limiter voire de priver (de dessert, de sortie ou que sais-je)… Le discours bienveillant ajoute à cela une couche de culpabilisation dont nous n’avons pas besoin (ce n’est pas très clair mais il est tard… Mes excuses !).

    J'aime

    • Oui mais toi tu es naturellement bienveillante ❤ Je vois très bien le côté culpabilisateur dont tu parles. En fait, pour moi il y des choses à piocher dans l'éducation bienveillante. Comme dans une boîte à outils. Et pour certains, je pense que pas mal de choses qui me semblent basiques, sensées et rationnelles ne vont peut-être pas de soi. Après, je n'ai aucune envie de suivre les trucs à la lettre. Mais dans le fond, je n'ai pas l'impression non plus que mon mode d'éducation nécessite d'être repensé. Notre famille fonctionne bien, globalement. Mais du coup je me demande : ceux qui ont vraiment besoin d'aide, est-ce qu'ils vont trouver les outils en question ?

      J'aime

      • Voilà, je pense que les parents cinglés du genre dont Daljaa parle sont pas les premiers à se remettre en question, donc à chercher ce type de ressources. Encore une fois, j’y vois une forme de culpabilisation du jeune parent, comme Rachel en fait.

        Aimé par 1 personne

  8. Tu as lu le livre de Marie Kondo ? Et ceux de Dominique Loreau ? C’est peut-être la mode mais ça m’a fait un bien fou moi… J’avais une armoire qui débordait de partout et jamais rien à me mettre. En plus, avec mes 4-5 kilos post grossesse (que je n’ai toujours pas perdu d’ailleurs), je ne rentrais plus dans mes jeans taille 36 et mes petits tops taille S. Le jour où j’ai compris mon fonctionnement, j’ai fait un grand tri dans ma maison, en commençant par les fringues et en continuant par le reste de la maison. Et ça m’a fait un bien fou, comme une sensation de légèreté. Et depuis 3-4 mois, c’est hyper facile de m’habiller le matin !
    J., victime de(s bouquins à) la mode 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Non je ne les ai pas lus, je suis une vilaine, je cause sans savoir. Mais à ma décharge, les interviews de marie avaient un côté un peu trop ésotériques pour moi ( faut vraiment montrer du respect à ses vêtements ?). Bon par contre ce que tu me dis me donne envie d’en savoir plus : tu as réussi à faire un grand tri ? Et tu ne regrettes rien de ce que tu as viré ? Tu as dégagé tous les trucs en 36 aussi ? Mais si jamais tu perds du poids ?? (A., qui a 10 kilos post grossesse qui s’accrochent, mais garde la foi et les fringues en 38)

      J'aime

      • Je n’ai pas vu les interviews dont tu parles… Et je n’ai pas remercié mes vêtements un par un comme elle le préconise ! Par contre, aucun regret de mon côté : j’ai dégagé tout ce que je ne pouvais plus porter et tout ce que je n’aimais plus porter. Je n’ai donc que des fringues qui me vont (en 38 donc) et que j’ai envie de mettre au quotidien. Et si je perds du poids, ce sera l’occasion de me rhabiller !

        Aimé par 1 personne

  9. Bon et sinon, l’éducation bienveillante ça me parle forcément avec mon boulot mais il ne faut pas croire qu’on est de bons parents parce qu’on pratique telle méthode ou qu’on met son enfant dans une école avec telle pédagogie. Tout comme on n’est pas de meilleurs parents parce que nos enfants sont habillés avec des fringues qui coûtent un bras (la mode sur Instagram en ce moment…)

    Aimé par 1 personne

    • Oh oui, ils sont bien beaux, ces enfants super sapés… Je me demande toujours qui peut mettre de tels budgets dans des fringues kids. Genre 50€ le bloomer. Enfin il faut de tout pour faire un monde ( et faire tourner le commerce). C’est juste pas pour nous 🙂

      J'aime

  10. Bravo,

    Premier site ou je vois que je ne suis pas le seul à me poser des question sur les superfaiseursdefric.com sur le dos des parents qui essaient tant bien que mal d’amener leurs enfants à l’autonomie le plus possible en douceur, sans tomber dans le bisounoursland du mégamarketing de on va vous apprendre ce que vous ne savez pas, mais avant, filez nous du poignon. Merci pour votre lucidité.

    Aimé par 1 personne

  11. Un gros merci pour cet article. Ça fait du bien de savoir que je ne suis pas la seule à être dubitative face à ces sites de marketing autour de la parentalité bienveillante. Perso je suis tombée dans le piège d’un site similaire (famille épanouie) qui te propose des vidéos gratuites mais aussi des ateliers vidéos payants. J’ai fait l’erreur de m’abonner à la newsletter et lorsque j’ai voulu me désabonner car les propos tenus étaient condescendant envers les parents qui n’adheraient pas à leurs idées je me suis pris des mails de leur part très peu bienveillants…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s