Un peu de nouveauté dans la déco de la Mini

J’ai eu comme une envie de changement, de couleurs plus lumineuses, de gaieté ! Comme une envie de shopping pendant ces soldes, aussi, et de nouvelles choses pour stimuler la Mini.

Petits détails qui changent beaucoup, dans la chambre que nous partageons avec la poupette.

lampion

Ça faisait un moment que je voulais remplacer les fleurs de papier de soie, au-dessus de la table à langer, par des lampions. J’ai trouvé mon bonheur chez My little day, et ils sont vraiment ravissants !

lampions_my_little_day

 

IMG_6990

J’ai profité des soldes chez Oxybul pour changer le mobile au-dessus de son lit, et le remplacer par celui-ci aux motifs très graphiques… Les bébés aiment les contrastes ! (mobile Wimmer Ferguson soldé à 70%)

IMG_6988

Le petit éléphant thaïlandais a trouvé sa place sur la table à langer : j’aime bien y mettre des choses qui attirent le regard de la Mini, qui lui donnent envie de toucher.

IMG_6989

Vous avez déjà fait les soldes chez Urban Outfitters ? Super intéressant ! Gros craquage pour cette housse de couette hyper lumineuse et très soldée, qui se marie très bien avec le trendy châle vert jade tricoté l’an dernier.

IMG_6992

Les fleurs de papier ont trouvé une nouvelle place devant cette photo, souvenir de ma dernière grossesse.

Mais alors, elle a quoi ?

Ils nous l’avaient dit dès la première hospitalisation : c’est probablement une maladie rare. Peut-être même tellement rare, qu’on ne trouverait jamais. Une maladie grave, aussi.

C’est bizarre, quand même, de pouvoir dire que c’est grave, sans être capable de nommer le problème. Ça n’est pas très bon signe, en fait.

Ils ont dit qu’il faudrait du temps.

Ils nous ont dit « on va chercher ». Et depuis on cherche. Ou plutôt ils cherchent et nous, on attend.

Ils ont commencé par les choses traitables. C’est logique, dans un sens. Quitte à chercher parmi un millier de maladies possibles, autant commencer par celles qui pourraient avoir un traitement.

Ils ont exploré certaines maladies métaboliques. Et puis ils ont pensé à une infection maternofoetale. Et puis non, alors ils sont partis sur des maladies mitochondriales. Ils ont ordonné des prélèvements, des examens, des potentiels évoqués ceci, des ponctions cela. Des test génétiques, des qui mettent des mois à revenir. On a cru plusieurs fois que le prochain exam serait celui qui nous dirait.

Mais non. « On ferme des portes », ont-ils dit.

On ferme des portes. 20, 30 ou 50 maladies éliminées…. Mais indéterminé moins 20, 30 ou 50, ça fait toujours beaucoup.

On sait qu’on a éliminé telle et telle maladie génétique. Mais pas toutes les maladies génétiques.

On sait qu’on a éliminé telle et telle infection maternofoetale. Mais pas toutes les infections maternofoetales.

On sait qu’on a éliminé telle et telle maladie métabolique. Mais… vous avez compris le principe.

Sur le cadran des causes possibles, l’aiguille tourne, tourne, tourne. Ne se fixe nulle part. Revient en arrière, repart. Et le cadran se dilate, il n’y a plus 12 heures, plus 60 minutes, plus 3600 clics : il y a une infinité de possibles, certains innomés, certains innommables, certains invisibles, certains indicibles.

Peut-être dans trois mois une réponse.

Peut-être jamais.

Mais il faut continuer de chercher, disent-ils. Même si on sait aujourd’hui, qu’on ne trouvera rien de traitable. Chercher pour avoir une idée de son avenir. Chercher pour… savoir ?

C’est difficile de ne pas savoir. Ce flou tellement dense qui entoure son avenir, je ne l’aime vraiment pas. Mais dans un sens, cela nous laisse aussi l’espoir d’une bonne nouvelle.

J’ai peur de savoir, autant que je le souhaite. Mais comme je n’ai aucune prise dessus, quelle importance ?

Alors ils cherchent. Et nous on vit.

Elle a quoi, notre Mini ?

Elle a les plus jolis yeux en amande, et des joues douces et rondes.

Elle a son caractère et deux grands frères qui l’adorent.

Elle a des séances de ci et ça, et fait quelques progrès ces derniers mois.

Elle a 4 dents maintenant et une jolie collection de barrettes pour attacher ses si jolis cheveux.

On ne sait pas ce qu’elle « a », mais on commence à savoir qui elle est.

Notre fille, notre Mini, notre petite fille exceptionnelle.

IMG_6995

8 pics a week #46 (petits bonheurs de la semaine)

Encore une semaine marathon, faite de journées de travail bien trop longues, de nuits de sommeil un peu trop courtes, de longs câlins aux marmots et de petits nez à moucher. La neige est tombée (yay !) mais pile le jour où nous étions à l’hôpital toute la journée (oooh!). Nous avons survécu au gloomy monday, et mangé encore un peu de galette des rois.

Janvier, quoi.

IMG_6998

Nous avons préparé les cartes de voeux, et le Grand s’est vraiment appliqué. Bon, il a rajouté un bonhomme fâché ici, un monstre par là… et une des cartes est partie en kit, mais je crois que tous les destinataires ont aimé !

IMG_6999

J’ai reçu ma commande, passée sur My little day, avec plein de mignonneries dont de jolis lampions de papier pour décorer la chambre de la Mini.

IMG_6995

Ma douce avec sa couronne de fleurs, belle comme un bouquet printanier ❤

IMG_6996

Une journée à l’hôpital, ça n’est pas franchement plaisant. Mais parmi ces heures longues, et un peu stressantes pour ma part, il y a eu des moments marrants malgré tout et des conseils utiles.

IMG_6993

L’orthophoniste nous a notamment montré une astuce pour faire manger la Mini à la cuiller, et ça aide ! Bon, elle préfère nettement le Petit Filou à la purée patate douce-courgette de sa maman… mais l’essentiel c’est qu’elle mange, cette chipie !

IMG_6994

J’ai reçu le Flow book for paper lovers… et j’ai même eu 10 minutes tranquille pour le feuilleter ! J’aime ❤

IMG_6987

Un max de cuisine samedi après-midi, histoire de prendre de l’avance et arrêter de me retrouver à 19h20 devant le frigo à me dire « mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire… »

J’écris, encore et toujours

Mon premier journal a un cadenas. Inutile bien sur, mais il me rassure quant au fait que mes secrets sont à l’abri. Dans ce carnet, je parle de Rozenn, qui me manque depuis le déménagement, et de la sortie au ciné où Svetlana et Bruno se sont embrassés devant Les portes du paradis. Vous croyez que c’est facile, vous, d’arriver dans un nouveau collège en 4ème ? Alors j’écris, ce qui se passe et ce qui me fait peur. J’ai 12 ans.

Dans le grand cahier à la couverture fleurie, j’écris Caro, Yoann avec son scooter, mes nouvelles chaussures qui ont 5 cm de talons, Lisa et ses boucles blondes, le cours de sport trop nul sauf quand on a danse, les dimanches au snowboard avec Yan, mon frère et papa, Fab Fab et encore Fab, pis aussi ma mère, ma colère, mes bêtises, Suzan, Marie, Fred et les autres. Le lycée, c’est la jungle. L’enfer, c’est les autres. Et aussi un peu l’adolescence. J’ai 15 ans.

Dans le cahier couvert d’autocollants Rip Curl et Roxy, il y a un peu de sable, de la wax qui colle sur la couverture, des histoires de surf et surtout de surfers, les virées avec Céline, le bonheur d’avoir quitté la maison, les amphis de la fac, Flore, Ludivine, Anne, Clémence, Stéphanie, Sandrine, les révisions à la BU, les soirées pharma et les paillettes dans mon cou, l’accident de ma mère, le concours enfin passé, l’amour avec un grand A, la solitude avec un S sournois, la jeunesse dans son égoïsme et sa splendeur. J’ai 19 ans.

Dans le cahier orange à spirales, je range une fleur séchée, un ticket de train Ahmedabad-Porbandar, un billet de 10 roupies et une lettre d’Igor. Entre un croquis maladroit et une liste de courses, je décris du mieux que je peux la couleur du ciel au petit matin, les bruits de l’ashram, et les sentiments qui me traversent : joie, surprise, fierté, manque, sérénité, culpabilité… Ma vie m’appartient, enfin, en tout cas je m’en aperçois maintenant. J’ai 25 ans.

Je prends mon stylo, comme tous les jours, pour noter rapidement la journée de la Mini, ce qu’on a fait avec les enfants ou le film regardé en amoureux. Je noircis une page de plus dans mon journal en détaillant le bonheur que me procure ma famille, l’angoisse qui refait surface quant à l’avenir de notre fille, ou les dernières péripéties au bureau.  Je griffonne sur le carnet orange une idée de post pour le blog. Je rectifie sur word la chronologie de mon roman. Je tape sur Notes un bon mot du Petit. Je m’applique à remplir mon cahier de pleine conscience. J’ai 36 ans.

IMG_6922

Tous les jours ou quasiment, depuis presque 25 ans, je balance ce qui me tourmente, je consigne le beau, je me défoule et j’archive.

J’ai 36 ans, je m’appelle Amélie, et j’écris.

 

 

 

 

8 pics a week #45 (petits bonheurs de la semaine)

Il parait que le lundi 18 janvier sera le jour le plus déprimant de l’année 2016.

Rapport au fait que c’est l’hiver depuis un moment, qu’il fait froid, que les fêtes sont déjà loin mais les beaux jours pas franchement proches. Et bien sur parce que c’est un lundi, ce jour un peu gloomy où on aimerait bien prolonger le week-end au lieu de replonger, déjà, dans les dossiers -forcément- urgents.

Bon, ben on s’en fout, on va faire comme si de rien. Et faire le plein de petits bonheurs, juste pour faire mentir les statistiques.

En attendant, la semaine passée s’est illuminée de jolies joies :

IMG_6920

Poser un soleil sur les cheveux de ma Mini. Un soleil souriant en plus 🙂 (barrette trop chou Meri Meri)

oeuf_bio_saperlipopette

Déguster une tuerie d’oeuf aux champignons en délicieuse compagnie (l’oeuf bio du Saperlipopette, Puteaux)

et_si_randall_munroe

Lire et aussi écrire, beaucoup (à lire : Et si…?, très intéressant bouquin où la science se met au service de questions parfaitement farfelues) (pour écrire chaque jour : Journal à compléter, 5 ans de réflexions)

IMG_6923

Caresser de petites mains potelées et partager mes bijoux

IMG_6924

Profiter du trajet en RER pour bouquiner

IMG_6926

Sentir les jacinthes qui embaument tout le salon.

IMG_6928

Jouer avec la Mini, et explorer différentes sensations et textures (balles sensorielles HopToys)

IMG_6930

Recevoir le plus cool des paquets, plein de trucs géniaux en provenance de Thailande… et manger du KitKat au thé vert (si si, et c’est même pas mauvais !)

Je vous souhaite à tous une très belle fin de dimanche, et que ce gloomy monday vous soit doux !

4 idées de bouteilles sensorielles ! (DIY kids)

IMG_5909

 

Le week-end dernier, et on a profité de notre temps libre pour cocooner, trainer, se caliner… et renouveler un peu notre stock de bouteilles sensorielles.

Il y a un peu plus d’un an on avait mis la mer en bouteille… On a eu envie de changer de couleur :

IMG_6639La recette est la même : de l’eau colorée (au colorant alimentaire), de l’huile (ici colza) et quelques paillettes, le tout dans une jolie bouteille.

Quand on agite, on fait des vagues, des bulles de forment, puis les deux phases se séparent à nouveau.
IMG_6645

Un autre pot, aussi marrant à faire que joli à regarder : une nébuleuse dans un bocal.

Ou une excellente façon de recycler de vieux bocaux de confiture et d’utiliser du coton hydrophile (perso j’ai ce paquet de coton depuis 1000 ans environ, et c’est bien la seule utilisation que je lui trouve !)

IMG_6644

Il faut aussi des paillettes, de la peinture, et de l’eau. IMG_6643Au final, on a une nébuleuse, comme dans l’espace, et c’est assez magique !

Je vous conseille le joli tuto de Daljaa sur le blog Addfunandmix, ses photos sont plus jolies que les miennes !
    IMG_5900

Bouteilles suivantes : de la paillette en veux-tu en voilà !

La challenge, pour les bouteilles à paillettes, c’est de trouver un liquide qui permette de garder les paillettes en suspension. Avec de l’eau, tout retombe très vite, et c’est moins marrant.

On avait déjà utilisé de la colle à paillettes diluée dans de l’eau. C’est bien.

J’ai vu sur Pinterest qu’on peut aussi utiliser de la colle liquide, de la glycérine, du sirop de maïs… et ça m’a donné l’idée de tenter avec… du sirop pour la toux ! J’ai trouvé un flacon de sirop entamé depuis plus d’un an (au passage, j’avais fait un post sur la durée de conservation des médicaments, ça peut être utile) , j’ai mis dans le pot 2/3 de sirop et 1/3 d’eau, une bonne cuiller de paillettes dorées et tadam ! Le résultat est top !

Carrément le meilleur mélange que j’aie testé jusqu’à présent. Je pense essayer du sirop de canne la prochaine fois. Et si possible dans une bouteille plastique (parce que le pot en verre plein de sirop qui s’éclate par terre, c’est carrément moins magique…)

IMG_5909

Enfin on se l’est joué kawaï à mort avec une bouteille rose pailletée à croquer : IMG_6646

Ici j’ai utilisé de la fécule de maïs pour épaissir l’eau (de l’eau et de la fécule dans une casserole, à feu modéré pour faire épaissir, en remuant sans cesse), de la peinture rose fluo (Ikea) et des paillettes multicolores (Hema).

IMG_6647

Et voilà, de quoi regarder tournoyer les paillettes pendant des heures…

Je vous souhaite un chouette mercredi, plein de paillettes et de bricolages !

Aujourd’hui c’est le Petit qui cuisine (l’inratable gâteau au yaourt à customiser)

Le gâteau au yaourt est une super recette à faire avec les enfants. Comme on utilise le pot de yaourt comme unité de mesure au lieu d’une balance, elle est à la portée des plus petits et leur permet de s’entrainer à verser, remplir, transvaser… Ici on en fait souvent, on s’amuse même à le « customiser », à varier les goûts ou la couleur…

IMG_6648Donc aujourd’hui je partage ma recette de gâteau au yaourt, aka l’inratable, vu que depuis 20 ans que je la pratique elle ne m’a jamais laissée tomber. J’espère que vous vous amuserez autant à le préparer que nous !

Pour un beau gâteau de 25 cm de diamètre, prévoyez :

  • 2 yaourts (nature, nature sucré, aromatisé… comme ça vous chante)
  • 4 pots de farine
  • 2,5 pots de sucre
  • 1,5 pot d’huile (tournesol, colza…)
  • 4 oeufs
  • une pincée de sel
  • un sachet de levure chimique
  • un sachet de sucre vanillé
  • un four chauffé à 150°C (Th. 5)
  • un moule rond de 25 cm (mais ça marche aussi dans des moules à cake ou des moules à muffin, il faudra seulement adapter le temps de cuisson)
  • un fouet, une maryse

La première étape consiste à vider les deux yaourts dans un grand saladier. Ensuite on utilise un des pots comme mesure. Donc faites de la place si votre mouflet est aux commandes, donnez-lui le sac de farine, une grosse cuiller et un pot de yaourt, et admirez-le remplir consciencieusement puis vider avec application 🙂

C’est fantastique, c’est du Montessori dans votre cuisine 🙂

Il faudra probablement passer un petit coup de balai ou d’aspi à la fin, mais ça fait partie de la recette !

On procède de même pour le sucre et l’huile. Puis on rajoute les oeufs. Si c’est un mouflet qui casse les oeufs, je vous conseille de lui faire casser dans un petit saladier ou un bol, histoire de pouvoir aller repêcher les morceaux de coquille au besoin. Enfin on ajoute levure, sel et sucre vanillé (ou tout autre arôme qui vous botte).

Mélangez le tout au fouet, au batteur, au robot… En général ça ne fait pas de grumeau.

Il faut ensuite chemiser le moule c’est-à-dire le beurrer puis le fariner. Ça aussi, c’est un bon exercice pour les gnomes : étaler le beurre sur toute la surface, bords compris, avec les doigts ! Puis verser un peu de farine, incliner le moule et le tapoter pour qu’il y ait de la farine partout… et enfin le retourner et le tapoter encore (pas au-dessus des pieds de maman si possible) pour retirer l’excédent de farine.

Il n’y a plus qu’à verser la préparation dans le moule, on peut racler le récipient avec une maryse pour ne pas en laisser une miette.

Un parent enfourne, 45 minutes à 150°C. Pour vérifier que le gâteau est cuit, piquer avec la lame d’un couteau, qui doit ressortir sèche.

Démouler, laisser refroidir (ou au moins tiédir !) et dégustez !

Quant à nous, notre dernière version était tricolore et glacée de rouge… mais toujours délicieuse !

IMG_6650Nous avons simplement séparé en trois la pâte, ajouté du colorant rouge dans une partie, vert dans une autre, jaune dans la troisième. Ensuite nous avons versé les préparations en faisant des cercles et mis à cuire.
IMG_6651Une fois démoulé et refroidi, nous avons préparé puis versé un glaçage tout simple : jus d’orange, sucre glace et colorant rouge. Enfin nous avons parsemé le glaçage de billes de sucre coloré et collé des bonbons (oui on trouvait que ça manquait encore un peu de sucre).

IMG_6649

A vos fourneaux, à vos papilles… et n’oubliez pas de vous amuser !

Et pour rappel, il vous reste 5 jours pour tenter votre chance et gagner un coffret Montessori « Les histoires à raconter », si ça vous tente, c’est par ici !

Bon début de semaine, bisous !