search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

On a pédalé (pour changer du paddle). On a glissé (surtout les enfants parce que mes fesses à moi passaient moyen sur le machin). On a vu un cormoran (étonnamment sociable) et des crabes (timides). On a laissé le soleil descendre sur la plage, retiré les lycras et laissé les derniers rayons nous chauffer gentiment le dos. On s’est demandé si on verrait bien les étoiles. On s’est passés à la balayette avant de remonter dans la voiture. On a laissé du sable dans la baignoire. On a fini le gâteau basque et picoré des olives. On a traîné dans le hamac et puis on est partis au lit. On est en vacances, quoi. #landes #seignosse #soustons #family #mykids #pedaloavectoboggan #cestbeauleprogres
Elle nous a apporté les cafés. Elle s’est penchée sur la Mini, toute sage dans sa poussette. Elle a demandé « elle m’entend ? ». Et comme on a dit oui, elle lui a murmuré des mots doux en lui caressant la joue. Et puis elle lui a fait des bisous. Et la poulette a roucoulé de bonheur. Ça n’a l’air de rien, ça, mais moi ça m’a remuée. Assez pour que je me retrouve à tamponner mes yeux avec la serviette du restaurant. Qu’une personne inconnue s’intéresse à ma fille, autrement que pour la plaindre ou nous plaindre. Autrement qu’avec de la peur ou de la tristesse dans le regard. C’était beau, je peux même pas vous dire comment. Cilou, si vous passez par ici : vous avez un peu flingué mon maquillage mais MERCI. #handicap #enfantsextraordinaires #maladierare #amour
Quelle aventure, une séance de signatures... j’ai noté les prénoms mais ce sont les visages qui me revenaient, hier soir, alors que je glissais dans le sommeil. Les sourires, les encouragements, les mots gentils, les « on vous revoit pour le prochain ! ». Il y a eu des rires, des accolades et même quelques larmes. Il s’est passé des choses fortes hier, beaucoup plus puissantes que j’aurais pu imaginer. Bien sûr, sur les centaines de visiteurs du Cultura, seul un petit nombre a eu envie de venir me voir, et un encore plus petit a passé le cap d’acheter le premier roman d’une autrice inconnue. Mais ces rencontres-là... punaise ! Alors s’ils passent par ici j’envoie une bise particulière à l’étudiante en pharma qui cherche sa voie, à Jarod et Kellia, les collégiens les plus cool de Belle Ep’, à Lola, à Cynthia et sa puce Maïly, à la sublimissime Janica, à Mathilde, à Tom, à Laurent... merci à tous, du fond du coeur. Merci à ceux qui ont papoté avec moi, à ceux qui ont dit « c’est pas ma came mais félicitations », à ceux qui n’avaient pas les moyens mais qui ont bavardé quand même, merci, vraiment. Et un big Merci aussi à l’équipe @culturafr de @centre_commercial_belle_epine, pour leur gentillesse, leur enthousiasme... et leur patience face à mes 2000 « bonjour, c’est mon premier roman ! » de la journée. #premierroman #dedicaces #signature #bookstagram #lire #lecteurs #incroyable #justebeau #livrestagram
On n’a pas de jardin, pas de vue, pas d’horizon dégagé ni de grande étendue sauvage. On n’a qu’un bout de terrasse avec des dizaines de fenêtres en vis-à-vis, un rectangle de ciel au-dessus et un arc de soleil délimité par les immeubles voisins. Mais de notre carré de briques, de dalles et de béton, on a fait une petite oasis où poussent des haricots, des tomates, des tas de fleurs ; où les escargots, les abeilles et les enfants sont très heureux. On peut poser une micro-piscine et une nappe pour pique-niquer. On peut buller sur le tapis, bouquiner sous le parasol mais pas bronzer dénudé. On peut mettre juste les pieds dehors pour regarder la pluie tomber sans se faire mouiller. C’est un peu le fouillis, le bazar, un bric à brac, mais ça a l’odeur du jasmin et de la terre désaltérée 💛 #presqueunjardin #natureenville #terrassewithnoview #mykids
Moi aussi je veux flotter et nager ! Ou quand tu rêves de plonger dans les pages de ton propre roman 😂 D’ailleurs, il est frais, ce bouquin ! Comme un sorbet à la fraise, m’a-t-on dit une fois. Du coup si vous ne savez plus quoi faire pour lutter contre la canicule, vous pouvez toujours le lire 😇. Allez, je retourne à mon ventilo. #cestencoreloinlebonheur #premierroman #feelgoodbook #bookstagram #livrestagram #moinscherquunvoyageennorvege
On a atteint des températures où la moindre image d’eau me donne envie d’y plonger. Si vous êtes comme moi, voilà, c’est cadeau. On serait pas bien, là ? Un plouf et ensuite on sèche sur les marches. Et puis re-plouf. Et puis une glace, un kulfi qui sent la cardamome et la cannelle. Et puis re-plouf. Oh ouais. #inde #india #canicule #dreamlake

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 717 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

Comme une envie de moins consommer…

Quand je vivais en Inde, toutes mes possessions tenaient dans un sac à dos. Deux pantalons, trois jupes, quelques t-shirts et sous-vêtements, une paire de baskets, une paire de tongs, une veste, un châle. Trousse de toilette succincte (crème hydratante, savon, shampooing, brosse à dent et dentifrice). Mes papiers, mon journal, le sac de couchage, le coussin de voyage et la moustiquaire, un guide de voyage. Voilà.

J’habitais une hutte ronde plus petite que ma cuisine actuelle, et qui comportait en tout et pour tout une paillasse, quelques couvertures, un seau, un pichet, un miroir, une bouilloire et un saladier.

Bien sur au fur et à mesure j’ai acheté des fringues locales, j’ai porté des penjabis et des saris. J’ai craqué pour des couvertures, des tentures, de l’artisanat, des bijoux. La majorité a été expédiée en France en attendant mon retour. On m’a offert de la vaisselle, des objets décoratifs. Mais on m’a surtout offert des choses éphémères, consommables ou impalpables : un rayon de miel trouvé dans la forêt, des bâtonnets d’encens, des fruits, des pois chiches verts tout juste cueillis, des chants, des rires. Des sourires à foison, alors qu’on ne pouvait pas parler, faute de langue commune.

Ça peut sembler un peu baba, un peu hippie, mais cette vie avec presque rien me satisfaisait. Je me rendais utile, j’avais du temps pour moi.

Je suis rentrée en France différente, je pense. J’avais appris beaucoup, notamment qu’on n’a pas besoin de posséder pour avoir une vie riche. Mais je savais aussi que rapidement mes envies de shopping reviendraient.

10 ans plus tard, ma maison est pleine. Des fringues, des sacs, des chaussures. Du linge de maison, des ustensiles de cuisine. Des bouquins, des DVDs. Des jouets.

Et de plus en plus, j’ai envie de faire du tri, de faire du vide, d’avoir plus de place et moins d’objets. Depuis des années nous donnons des vêtements et des chaussures usagés. Mais d’autres viennent toujours les remplacer.

J’en arrive à un point où la solution semble évidente : il faut arrêter d’acheter. Ou acheter différemment.

Pas facile, quand on passe beaucoup de temps sur le net, à se balader sur des blogs où abondent wishlists et bonnes adresses…

Mon premier pas sur le chemin de la moindre conso, c’est d’avoir viré l’appli Venteprivée de mon téléphone. Un petit pas je le concède, mais tout un symbole. Je me suis débarrassée de cette injonction à la bonne affaire, et ça fait du bien.

Affaire à suivre…

ob_92c2cc_sex-and-the-city-closet-carrie-bradsha

16 comments on “Comme une envie de moins consommer…

  1. RekinCitron dit :

    Quand je dis que l’endroit est familier… je m’étale un peu partout =)
    Elle est belle, ton envie de moins consommer. Je t’y rejoins encore. Depuis les enfants et l’accumulation de matériel pour me rassurer face à l’incontrôlable qui allait débouler dans ma vie, j’ai l’impression d’étouffer sous le plastique, le synthétique, le bruyant, le trop coloré, le trop vite entassé…
    On est partis une semaine à quatre il y a peu, low cost oblige, on a du minimiser au max nos bagages qui se sont finalement réduit à un sac à dos de rando avec dedans trois fringues chacun et le livre préféré de chaque loulou… et les vacances ont été légères, et magiques. Rien n’a manqué. De retour à la maison, c’est presque l’overdose qui guette. Envie de vide moi aussi. Le vide qui fait du bien, celui qui appelle à être habité autrement. Et en même temps, c’est ma difficulté à moi : compliqué de remplir autrement que par tous ce matos quasiment oublié dès qu’il est acheté… ça engage plus, ça demande plus. Bref, c’est du boulot =)

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      J’adore, que tu t’étales partout, ça me fait tellement plaisir ! Je ne sais pas si c’est une question d’âge, ou d’époque, si c’est une mode, ou si on arrive à un point dans notre société où on sature, mais je croise cette envie de « vide » de plus en plus autour de moi. C’est curieux parce qu’on achète plein de choses pour nous faciliter la vie, nous faire gagner du temps, et au final ça ne marche pas franchement, hein ? Et puis les affaires de puériculture… Qu’est-ce qu’on peut craquer sur plein de trucs pour les enfants… pour leur faire plaisir, ou pour se rassurer comme tu dis. Tu veux dire quoi par remplir autrement ?

      J'aime

      1. RekinCitron dit :

        Remplir par plus de présence, un peu plus « d’être » et moins « d’avoir ». Remplir par du vivant plutôt que par de l’inanimé. Compter sur mes propres ressources plutôt que d’acheter compulsivement des ressources matérielles comme si j’étais pas fichue de faire face, seule. Au final, il y a bien de la présence, de la vie, de l’être, parce qu’une fois que j’ai acheté tout ce que je pense être indispensable à l’accompagnement de mes gosses ou à mon occupation personnelle, je me sens assez parée pour être rassurée et m’autoriser à aller au front, et à vivre des choses. Et en général, ça se passe sans rien de tout ce que j’ai accumulé dans l’espace. Alors ce serait bien de zapper cette phase d’accumulation d’avoir pour exister directement l’être 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. Amélie dit :

        Ah oui je comprends. Mais il y a tout un chemin, on apprend au fur et à mesure… je pense qu’on va progresser. Pour avoir moins peur de manquer, moins besoin de supports. Parce que c’est un peu ça, non ? des supports, des béquilles, des ptites aides.

        J'aime

  2. daljaa dit :

    Toi je sens que tu vas lire le livre qui te donne l’illumination l’éveil la sagesse (et le café) 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      Tu crois que je ne te vois pas venir ?? Tu veux me convertir à la secte de Marie Kondo, avoue !! JAMAIS ! La dernière fois que j’ai voulu faire tout comme toi jme suis retrouvée à faire des abdos fessiers dans mon salon (et on n’en a pas fini) alors laisse-moi te dire que c’est pas demain la veille pour l’illumination du nouvel âge réminiscent, Skippy !

      Aimé par 1 personne

      1. daljaa dit :

        Haha ! N’empêche, moi ça m’a donné la claque nécessaire. Mais après je nie pas qu’elle est complètement illuminée 🙂

        J'aime

  3. Patate dit :

    Je me fais la même réflexion ces derniers temps…..tous les jours en fait !! J’avoue que je culpabilise pour ma part de consommer des choses au final bien souvent inutiles alors qu’il y’a la guerre dans plusieurs pays à l’heure où nous nous sommes à l’abri ! Quelle est l’intérêt d’avoir plus de vêtements qu’on ne peut réellement en porter, d’avoir de belles assiettes etc….? Dans quel monde vit-on ? Des fois j’essaie d’imaginer le nombre de camions, d’avions, de bateaux qu’il faut pour réapprovisionner les magasins de vêtements, jouets,meubles…les supermarchés…..Et je contribue à tout ça 😵!! ben je me dis qu’il est peut-être temps de changer !

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      Comment, toi aussi ??? Mais pourtant vous êtes mes modèles pour la récup, donner une nouvelle vie aux objets, consommer moins et mieux ! Ceci dit on peut toujours améliorer… j’avais été fascinée par un reportage sur une nana qui produit zero déchet. Regarde ce qu’elle a dans son placard de fringues : http://www.zerowastehome.com/2010/04/zero-waste-closet.html

      J'aime

      1. Patate dit :

        Je l’ai vu ce fameux reportage, c’est hallucinant ! Ça nous arrive de réutiliser les sacs papiers de biocoop, ils sont recyclables….Mais pourquoi les jeter alors qu’ils sont encore réutilisables ou alors on colle les étiquettes à même les légumes ou toutes les étiquettes sur un seul et même sac 😁 afin d’avoir un minimum de choses à jeter, la caissière commence à nous connaître. On a réussi à avoir 12m2 de terrain à 500 m de la maison, c’est un jardin eco citoyen pour cultiver qq légumes. Nos déchets alimentaires vont servir de compost, tjrs ça de moins comme déchets mais je sais pas j’ai quand même cette sensation de mauvaise consommation ou de sur-consommation ! Notre modèle est limite obscène !!

        J'aime

  4. Milady dit :

    les grands esprits tout ça tout ça… en ce moment, pièce par pièce c’est le grand ménage de printemps et ce n’est pas que les toiles d’araignées que je vire, y’a gros gros tri par le vide aussi…besoin d’épurer, donc je prépare des cartons pour vendre en brocante et ce qui sera invendu ce sera pour la ressourcerie et emmaüs. Même moi la folle de vide-grenier, je m’étonne à laisser des trésors au final « inutilies » sur le bitume :)) (la voie de la sagesse… qui sait )

    J'aime

  5. Patate dit :

    Mais dis moi, tu fais aussi beaucoup de choses toi même, tu tricotes, tu couds, tu DIY pas mal quand même !!!

    J'aime

  6. Virginie dit :

    Ton billet tombe à pic: même réflexion chez nous en ce moment.
    Déménagement oblige, on tri, on range, on récupe et on se dit « mais bon sang, est-ce qu’avoir 20 paires de chaussures qui attendent sagement dans l’armoire a du sens? » Pas sûre 😉
    Bonne idée de supprimer les tentations!
    De notre côté, on essaie de bien réfléchir à chaque achat, mais sans tomber dans la névrose 😉
    Bises
    Virginie

    J'aime

    1. Amélie dit :

      ah les déménagements, c’est toujours le moment où on se prend en pleine face nos accumulations !! Franchement j’ai un peu peur du prochain ! Mais c’est une très bonne façon de faire un GRAND ménage ! Courage !!

      J'aime

  7. Joupette dit :

    Tiens, je reconnais cette photo que j’ai moi-même utilisée pour illustrer la page de mon vide-dressing ! 😉
    Je te comprends totalement, j’oscille également entre des périodes de consommation et des périodes d’écœurement où je souhaiterais ne posséder que l’essentiel (mon fantasme ultime serait de recommencer ma vie en me limitant aux 99 objets nécessaires et suffisants de Dominique Loreau…).
    Bref, moi aussi je supprime les applications dédiées de mon smartphone, je me désabonne des mailing listes de mes magasins préférés et j’arrête de suivre les comptes de mes marques chouchoutes. Ça me permet déjà de moins dépenser et surtout d’éviter les achats compulsifs.
    J.

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      Oh oui, j’essaie aussi de me désabonner des newsletters, mais avec le blog je reçois des communiqués de presse tout le temps ! Le piège !!
      99 objets seulement ? Je me demande bien lesquels ! Je vais regarder ça, merci du tuyau !

      J'aime

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :