search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

Nouvel article sur le blog. Parce que c’est important d’avoir de l’ambition dans la vie, voyez. Le lien est dans ma bio 😝 #cestpasgagné #blog #hiphop
La rentrée. Pour la plupart des enfants elle signifie retour à l’école. Pour ma douce c’est la reprise des RDV médicaux : les toxines, le suivi neuro et ophtalmo, les appareillages. Aujourd’hui c’est Necker, lundi prochain Nanterre, puis Necker à nouveau et encore après Montreuil. Retour à la vie de taxi, de salles d’attente, de temps suspendu. Et encore : on n’a pas encore trop besoin de s’emmitoufler dès qu’on met le nez dehors ! #pasvivementlhiver #polyhandicap #vieshopital #maladierare
• ECRIRE • Le carnet qui ne me quitte plus. Même un samedi après-midi au parc, alors qu’on se traine déjà 25 livres (25 !) empruntés à la médiathèque. Parce que je sais qu’en traversant la rue, en observant des passants, en me posant sur un banc, l’histoire qui se construit en ce moment dans ma tête et ne me quitte jamais vraiment va s’imposer d’une façon ou d’une autre. J’avais pris l’habitude de prendre des notes sur mon téléphone mais finalement, le carnet, on n’a pas fait mieux. Il y a un peu de tout dedans : des débuts de dialogues, des arbres généalogiques, des pistes abandonnées, des idées en vrac et d’autres qui s’organisent. Il y a les pages que je reconsulte souvent parce qu’elles sont la base de tout, et celles que j’ai barrées d’un gros NON mais que je n’arrive pas à arracher. C’est le chaos qui prend forme, les pièces éparses qui s’agencent, l’exploration tous azimuts qui se resserre vers le chemin, le seul, celui que mes personnages emprunteront à la fin. #ecrire #writer #autrice #roman #workinprogress #romanencours #prochainroman #ecrireunroman
Ma Douce se repose, les garçons sont à l’école, j’avale une tasse de thé et reprends mon cahier. Elle est là, l’histoire, elle volète dans mon esprit, jamais loin. Elle se dérobe puis surgit, grignote mes nuits, obsède mes journées, s’impose avec l’urgence de l’inachevé. Des vies s’écrivent, presque à mon insu, des vies qui ont le goût de la vérité quand elles n’existent que dans mon esprit. Nous cohabitons. Un monde dans ma tête. Vertige de la tendresse portée à des héros d’encre et de papier. #écrire #jenesuispasfollevoussavez
Le bonheur, c’est simple comme un tour en balançoire 🌟Fin de dimanche dans la verdure, avec du sable entre les orteils et de très grands arbres pour horizon. Les garçons ont roulé dans l’herbe, j’ai rempli mes yeux de vert. C’est le dépaysement d’un coup de RER, un air de vacances en plein Paris. #montsouris
• CONCOURS • Les vacances sont terminées mais il est encore temps de s’évader ! Si vous avez envie de voyager en Inde, de passer quelques heures dans la grouillante Delhi ou dans la sérénité de l’ashram, tentez votre chance pour gagner un exemplaire dédicacé de mon roman C’est encore loin, le bonheur ? 😊 Pour participer c’est simple : •likez ma page et ce post •laissez-moi un commentaire ici •c’est tout ! Une chance de plus si vous partagez ce post en story (pensez à me tagger). Et bien sur vous pouvez inviter vos ami(e)s aussi 💛 Le tirage au sort aura lieu jeudi prochain, France only, d’ici là bonne chance 🍀 ! EDIT : CONCOURS TERMINÉ ! Merci à tous de vos participations, ça fait chaud à mon ptit coeur ! La gagnante est @delfscrap, félicitations !! #bookstagram #livrestagram #lire #roman #feelgoodbook #concours #giveaway #madie #inde #cadeau #àlire #rentreelitteraire

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 728 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

Deux jours pour préparer les bagages. Concentration maximale pour ne pas oublier les gâteaux du goûter, les tubulures/poches/seringues de la poulette, les bottes en caoutchouc, le rab de médicaments au-cas-où-on-casserait-une-bouteille-sait-on-jamais, des torchons parce que « y’en a jamais assez dans les maisons Airbnb », les brosses à dents de tout le monde, et puis les brosses à cheveux, des habits (assez mais pas trop, mais quand même un peu plus, pourvu que ça rentre, et si je rajoutais ça ?). Négocier le nombre de doudous. Penser in extremis au chargeur de la pompe. Enfourner pêle-mêle les coussins, couvertures et veilleuse de la Mini. Ajouter discretos les cadeaux d’anniversaire du Petit. Rajouter du chocolat. Et du nougat. Du pop corn. Et les bougies ! Croiser les doigt pour que ce foutu foutoir rentre dans la voiture. Fermer la porte. Vérifier que la porte est bien fermée. Rouvrir, aller couper l’eau, refermer. Résister à l’envie de secouer la porte à nouveau. Descendre l’escalier vers le parking en essayant d’oublier les fenêtres, les volets, les lumières, les plaques de cuisson, la porte du frigo, toutes ces choses que je meurs d’envie de vérifier à nouveau. M’asseoir dans la voiture où tout mon petit monde est déjà installé, sanglé, excité.

Démarrer.

Rouler.

Et puis arriver.

Là où les immeubles ne barrent pas l’horizon. Loin de la ville, des bouchons, des obligations, des rendez-vous, de la course. Loin de tout et plus près de nous.

Oubliées, les portes à verrouiller. La propriétaire de la maison a dit « je ne serai pas là pour vous accueillir mais entrez directement. Je n’ai pas fermé « .

Oubliés, le calendrier, les horaires de classe ou de psychomot… Tout ce qui nous importait, c’était les marées.

Nous avons passé cinq jours à Veules-les-roses, en Normandie, sur la côte d’albâtre. Nous avons creusé dans le sable, empilé des galets, grimpé des falaises, cherché des crabes. Nous nous sommes fait des camarades de plage, de balançoire, de restau, d’expo.

On n’a peut-être pas assez dormi, trop mangé, j’avais oublié le savon de la Mini et le Petit s’est retrouvé à cours de chaussettes propres au bout de trois jours… mais qu’est-ce que c’était bien !

Alors pour ces jours normands il y a eu…

La mer, avec ses couleurs incroyables, surtout du haut de la falaise. Et même du soleil de temps en temps. 

Une épicerie assez étonnante, mais moins que sa vendeuse à la choucroute capillaire impressionnante.

Mille petits détails à découvrir, en levant les yeux, baissant la tête, au détour de ruelles, au coin de l’église, ou le long du plus petit fleuve de France. 

La plage, tous les matins, pour profiter de la marée basse et du sable découvert après les galets.

Et battre en retraite quand l’eau monte, engloutissant tunnels et châteaux, emportant une pelle, une chaussette, envahissant les bottes… 

Mes tentatives d’approcher les goélands (vaines)

La pêche aux coquillages avant de se faire tremper par une averse

La beauté de l’enfance : passer des heures à construire, patouiller, imaginer…  Et le plaisir que j’ai à les regarder faire. 

Il y a aussi eu des spécialités du coin et des pizzas, sept bougies soufflées, un plein seau de coquillages ramené, une belle rencontre avec une peintre locale, un marché coloré entre deux averses, une météo changeante mais qui nous a réservé de belles surprises, une invasion de fourmis, trois enfants dans une baignoire, une sublime église, des livres dévorés sous les plaids, une chasse au trésor sur mesure, du sable dans les poches, des museaux rosis par le vent…

Et puis on a rassemblé notre fatras, re-rempli les valises, dit au revoir à la maison aux murs colorés. On a tout remis dans la voiture : sacs, seaux, bottes et bagages. On a bouclé les ceintures, on avait encore du sable entre les orteils.

Au-dessus de l’A86, le ciel était tellement moins joli que là-bas.

On a ouvert la porte de l’appart, déversé notre bazar dans l’entrée, ouvert l’arrivée d’eau, mis les bottes à sécher, une machine à tourner. Une poignée de fourmis veulaises est sortie pendant qu’on déballait les tomates, les confitures, les coquillages, les doudous, les chaussettes salées, les médicaments en rab qu’on n’avait pas utilisés. On a trié, rangé, soupiré. Puis on s’est jetés sur le canapé. On s’est dit que c’était bien, un vrai canapé. Que c’est mieux, des chambres séparées. Qu’on était contents, un peu triste, presque épuisés.

Et qu’on avait hâte de remettre ça 😉

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :