search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

Mais quelle journée... magnifique ! 44 romans dédicacés, à Jacqueline, Pauline, Maurice, Anne-Sophie, Aurélie, Lee, Monique, Sophie, Annie, Alexis... 44 mots que j’ai eu tant de plaisir et de reconnaissance à écrire. 44 bâtonnets d’encens glissés entre les pages pour parfumer le voyage et plus de 100 petits mots surprises cachés ici et là. Il y a eu des échanges, des rires, des bonbons, de la vie ! Merci à tous ceux qui sont venus, aux amis, aux yogis, aux passant, aux indécis. Je suis scotchée de tant de bienveillance 💛 #premierroman #bookstagram #livrestagram #livre #ecrire #writer #cestencoreloinlebonheur #dedicace #kiff
Ce soir c’est le filage de notre spectacle de danse ! Je n’ai pas fait ça depuis... le lycée ? J’ai gentiment la trouille mais surtout LE KIFF !!!! Alors c’est pas moi sur la photo, c’est la magnifique Audrey, mais qu’est-ce que c’est bon de danser. Même à presque 40 balais, c’est TROP BON ! #dancelikenobodyswatching #oupresque #dance #bellydance
Ma bouille d’amour a reçu son corset 💛 Franchement, je m’attendais à une nouvelle étape dans la Robocopisation, mais je trouve finalement qu’elle le porte avec une grâce incroyable. @ditavonteese peut aller se rhabiller 😂 #enfantsextraordinaires #maladierare #corset #elegancealafrancaise #laclasse #doduedamour #mykid #gorgeousgirl #neut
Bon ben ça y est, ça recommence. L’envie de raconter une histoire, le besoin d’aligner les mots. Les heures le regard dans le vague, à imaginer des personnages qui vont vivre avec moi durant des mois. Ils sont encore flous, pour le moment. Ils mutent au fil des jours, changent de prénoms, de ville, échangent des morceaux de vie. La plupart de mes phrases commencent encore par peut-être. C’est le temps où les morceaux du puzzle sont en vrac, ou rien n’est ordonné, où émerge seulement la couleur, l’idée générale. Combien de temps, cette fois, pour tresser un récit ? Pour mettre en place les pièces du puzzle ? Peu importe... c’est déjà un beau voyage. #roman3 #ecrire #writer #bookstagram #livrestagram #autrice #daydreamer #imagination #roman
Encrage. Ancrage. J’admire cette certitude, ce courage, cette capacité à dire « oui, c’est avec ceci que je veux passer ma vie ». S’ancrer à l’encre noire ou colorée dans ce qu’on aime et l’affirmer aux yeux de tous. Les mains de Gaëlle me fascinent (presque autant qu’elle) et me touchent (à l’occasion mais surtout au figuré). Il y a de la magie dans ces symboles, encore plus dans cette force, cette liberté d’être soi avec aplomb. Merci Gaëlle, merci toutes mes copines profs de yoga, pour vos façons bien à vous d’être femmes et magiciennes. #tattoo #ink #tatouage #yoga #witchcraft #femme #mybodymychoice
Déjà dans le RER je trouvais tout le monde beau. Émouvant. Spécial. Je suis sortie à Gambetta sur une place bariolée, entre les arbres et le soleil. J’ai mis le cap sur La Bellevilloise. Et il y a eu @virginiegrimaldi. Radieuse, simple, émue, marrante, fatiguée et émouvante. C’était la soirée de lancement de #quandnossouvenirsviendrontdanser, j’ai joué avec Apple, croisé @labibliothequedejuju, fait tourner la boite à musique, rencontré des lecteurs, des libraires, des gens passionnés dont les yeux brillaient. J’ai fait la connaissance de @alsk_di_speranza et j’ai kiffé. J’ai presque fait du coloriage et beaucoup discuté. J’ai écouté @alexandrineduhin et @sophiedeclosets et failli pleurer. C’était bien. C’est beau, ce qu’un livre arrive à créer. Ce qu’une plume, une voix, une personne peut susciter de bienveillance et de magie 💛 Merci @editionsfayard et @babelio pour ce grand kif 💛

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 716 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

Deux jours pour préparer les bagages. Concentration maximale pour ne pas oublier les gâteaux du goûter, les tubulures/poches/seringues de la poulette, les bottes en caoutchouc, le rab de médicaments au-cas-où-on-casserait-une-bouteille-sait-on-jamais, des torchons parce que « y’en a jamais assez dans les maisons Airbnb », les brosses à dents de tout le monde, et puis les brosses à cheveux, des habits (assez mais pas trop, mais quand même un peu plus, pourvu que ça rentre, et si je rajoutais ça ?). Négocier le nombre de doudous. Penser in extremis au chargeur de la pompe. Enfourner pêle-mêle les coussins, couvertures et veilleuse de la Mini. Ajouter discretos les cadeaux d’anniversaire du Petit. Rajouter du chocolat. Et du nougat. Du pop corn. Et les bougies ! Croiser les doigt pour que ce foutu foutoir rentre dans la voiture. Fermer la porte. Vérifier que la porte est bien fermée. Rouvrir, aller couper l’eau, refermer. Résister à l’envie de secouer la porte à nouveau. Descendre l’escalier vers le parking en essayant d’oublier les fenêtres, les volets, les lumières, les plaques de cuisson, la porte du frigo, toutes ces choses que je meurs d’envie de vérifier à nouveau. M’asseoir dans la voiture où tout mon petit monde est déjà installé, sanglé, excité.

Démarrer.

Rouler.

Et puis arriver.

Là où les immeubles ne barrent pas l’horizon. Loin de la ville, des bouchons, des obligations, des rendez-vous, de la course. Loin de tout et plus près de nous.

Oubliées, les portes à verrouiller. La propriétaire de la maison a dit « je ne serai pas là pour vous accueillir mais entrez directement. Je n’ai pas fermé « .

Oubliés, le calendrier, les horaires de classe ou de psychomot… Tout ce qui nous importait, c’était les marées.

Nous avons passé cinq jours à Veules-les-roses, en Normandie, sur la côte d’albâtre. Nous avons creusé dans le sable, empilé des galets, grimpé des falaises, cherché des crabes. Nous nous sommes fait des camarades de plage, de balançoire, de restau, d’expo.

On n’a peut-être pas assez dormi, trop mangé, j’avais oublié le savon de la Mini et le Petit s’est retrouvé à cours de chaussettes propres au bout de trois jours… mais qu’est-ce que c’était bien !

Alors pour ces jours normands il y a eu…

La mer, avec ses couleurs incroyables, surtout du haut de la falaise. Et même du soleil de temps en temps. 

Une épicerie assez étonnante, mais moins que sa vendeuse à la choucroute capillaire impressionnante.

Mille petits détails à découvrir, en levant les yeux, baissant la tête, au détour de ruelles, au coin de l’église, ou le long du plus petit fleuve de France. 

La plage, tous les matins, pour profiter de la marée basse et du sable découvert après les galets.

Et battre en retraite quand l’eau monte, engloutissant tunnels et châteaux, emportant une pelle, une chaussette, envahissant les bottes… 

Mes tentatives d’approcher les goélands (vaines)

La pêche aux coquillages avant de se faire tremper par une averse

La beauté de l’enfance : passer des heures à construire, patouiller, imaginer…  Et le plaisir que j’ai à les regarder faire. 

Il y a aussi eu des spécialités du coin et des pizzas, sept bougies soufflées, un plein seau de coquillages ramené, une belle rencontre avec une peintre locale, un marché coloré entre deux averses, une météo changeante mais qui nous a réservé de belles surprises, une invasion de fourmis, trois enfants dans une baignoire, une sublime église, des livres dévorés sous les plaids, une chasse au trésor sur mesure, du sable dans les poches, des museaux rosis par le vent…

Et puis on a rassemblé notre fatras, re-rempli les valises, dit au revoir à la maison aux murs colorés. On a tout remis dans la voiture : sacs, seaux, bottes et bagages. On a bouclé les ceintures, on avait encore du sable entre les orteils.

Au-dessus de l’A86, le ciel était tellement moins joli que là-bas.

On a ouvert la porte de l’appart, déversé notre bazar dans l’entrée, ouvert l’arrivée d’eau, mis les bottes à sécher, une machine à tourner. Une poignée de fourmis veulaises est sortie pendant qu’on déballait les tomates, les confitures, les coquillages, les doudous, les chaussettes salées, les médicaments en rab qu’on n’avait pas utilisés. On a trié, rangé, soupiré. Puis on s’est jetés sur le canapé. On s’est dit que c’était bien, un vrai canapé. Que c’est mieux, des chambres séparées. Qu’on était contents, un peu triste, presque épuisés.

Et qu’on avait hâte de remettre ça 😉

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :