search instagram arrow-down

Ça se passe sur Instagram

Y’en a une qui ronronne et une qui glousse et je vous assure que c’est une magnifique façon de démarrer la semaine 😍. Alors oui, parfois (quand le cat nous réveille à 5h du mat, quand on la retrouve plongée dans la poubelle, quand elle est malade...) je me dis qu’adopter un chat quand on a déjà 3 enfants et un quotidien compliqué, c’était ptet un poil maso. Mais quand je la vois se laisser tirer les oreilles par la Mini, je me dis que ce n’était pas si fou, finalement. C’est juste plus d’amour dans la maison. Beau lundi à tous ! #enfantsextraordinaires #mykids #cat #catsandkids
Le Grand est resté à la maison aujourd’hui et a eu envie de faire une partie de ce beau jeu de 7 familles dédié aux femmes inspirantes. La Mini sur mes genoux a attrapé celle-là qui lui va tellement bien 💛. Ma petite guerrière, mon enfant exceptionnelle qui a eu une semaine difficile mais gazouille à nouveau ce matin. Si vous cherchez des cadeaux de Noël inspirants pour filles et garçons, je ne saurais trop vous conseiller d’aller faire un tour chez @toplatoys. #mykids #enfantexceptionnel #maladierare #jeuxnongenrés #topla
« Cat on mat ». Oeuvre éphémère à récurrence aléatoire. Chat naturel sur tapis synthétique. Novembre 2019. #catsareart #yogacat #yoga
Lancer des galets: une activité à part entière. Un sport, oserai-je dire. #jo2024
Fascinant, étonnant, un poil flippant. Visages nés des buissons à @les_jardins_d_etretat #art #etretat
Retrouver les galets, les falaises, le cri des goélands. Leurs mines ravies devant la mer et leurs pieds chaussés de bottes. Le vent qui nous emmêle les cheveux et les petites boutiques pleines de trésors. Retrouver Etretat comme une vieille amie dont on s’empresse de prendre des nouvelles, explorer les recoins, constater des changements et se dire que oui, quand mème, c’est bien la même. Kiffer même sous la pluie. Mettre les manteaux à sécher. Marcher avec les bottes et râler que ça fait mal aux pieds. Courir dans les galets en baskets et se faire tremper les pieds. Mes enfants non plus n’ont pas changé. #etrerat #notmandie #vacancesavecenfants #mykids #mignonsboulets

Vis ma vie de…

Ça fait plaisir de vous voir

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog

Rejoignez 734 autres abonnés

Les vies dAmélie sur Facebook

Amélie Baumann-Thiriez Autrice

Follow Les vies d'Amélie on WordPress.com

Articles les plus lus

Avec des vrais morceaux de…

accouchement activité enfant activité sensorielle allaitement amour maternel blog famille blog maman bonheur bonheur en famille bébé colorant alimentaire couture DIY déco enceinte enfant enfant malade enfants famille Gif grossesse handicap Hema instagram maman masking tape monoprix washitape washi tape yoga

Archives

Spoiler : ce titre est un gros fake. J’ai même pas encore 40 ans. (39 et 10 mois c’est pas 40, ok ?)

Et en vrai, je ne suis pas une reine du hip hop non plus. En tout cas pas encore.

Parce que voyez-vous, mon souci, c’est que je danse avec un accent. J’ai compris ça mercredi soir, lors de mon premier cours de hip hop/afro/dancehall.

Déjà quand j’ai vu arriver le prof, tout en muscles lustrés, je me suis dit que je n’avais pas le physique.

Quand j’ai vu les autres élèves, collégiennes en survet’, je me suis dit que je n’avais ni l’âge ni le look.

Quand le prof a dit qu’il allait nous faire suer toute l’eau de notre corps, je me suis dit que j’allais en chier.

Quand il a dit « après l’échauffement on fait 30 minutes de freestyle, vous passez à tour de rôle dans le cercle pour que je voie votre niveau » je me suis dit que j’allais mourir.

Comme vous pouvez vous en douter dans la mesure où j’écris ces lignes, je ne suis pas décédée. Je peux donc vous confirmer que le ridicule ne tue pas. Parce que globalement pendant mon « freestyle » j’ai fait à peu près tout sauf ce à quoi ce cours est dédié : un peu de « je bouge mon booty en boîte de nuit », de vieilles réminiscences de modern-jazz, beaucoup de danse orientale. Vu mon état de stress j’aurais aussi bien pu enchainer sur mes souvenirs de danse classique. J’aurais pu. Une chance que le morceau « She don’t text/j’suis dans l’tieks » de DJ Flex ne s’y prêtait pas.

J’ai donc survécu au freestyle. Et on a enchaîné sur une heure de chorégraphie en style afro.

C’est là que j’ai compris le truc de l’accent.

Vous voyez quand on apprend une nouvelle langue ? D’abord on apprend des mots. Mur, wall ; pain, bread ; table, table ; jaune, yellow. Jusque là tout va bien. Puis on essaie de combiner les mots. Des phrases simples pour commencer : the bread is on the table, the wall is yellow. Ça va toujours. Et puis vient le moment où tu dois prendre la parole devant la classe. Et où tu t’aperçois que tu as un PUTAIN D’ACCENT DE MERDE. Ze brède ize on ze tébol, ouére ize ze feuking wol ?

Et bien laissez-moi vous dire qu’apprendre un nouveau style de danse, c’est EXACTEMENT la même chose. Je vois ce que fait le prof, je peux le reproduire. Pas du premier coup, mais je peux. Je peux même enchainer les pas. En transpirant beaucoup et au max de la concentration, mais je peux. Mais quand je me regarde dans le miroir : ce n’est absolument pas la même chose que ce qu’a montré le prof.

QUAND JE DANSE, J’AI UN PUTAIN D’ACCENT DE MERDE !

Voilà. De la même façon qu’on peut parler anglais, espagnol ou chinois avec l’accent français, j’annonce que je danse l’afro avec mon accent à moi. Rien à voir avec les langues ou le pays en l’occurence : c’est mon corps qui parle et il parle classico-orientalo-yoga. Et encore : il parle classico-orientalo-yoga-j’ai-presque-40-ans-et-trois-enfants. Un genre de patois, quoi. 

J’ai eu une grosse pensée pour Celeste Barber.

Et je m’en suis voulu d’avoir ricané, plus jeune, lors de mariages ou autres fêtes, des dames qui dansaient bizarrement. Je n’avais pas compris qu’elles aussi elles avaient un accent.

En plus c’est moi la dame maintenant.

MAIS BON. Je n’ai pas renoncé à partir en Italie, juste parce que je risquais d’avoir un accent pourri en baragouinant due bligliete con ascensore per favore. Je ne vais pas non plus me laisser intimider par mon accent de danse, si ?

Parce qu’il faut quand même que je dise : j’ai galéré, j’ai transpiré, je me suis vue en dame qui danse chelou dans le miroir, mais j’ai aussi eu la banane pendant une bonne partie du cours. Rien que de voir danser mon prof Davy, déjà, c’est le bonheur.

C’est lui, là :

Et puis pour une débutante je ne m’en suis pas si mal sortie. J’ai enrichi mon vocabulaire de danse, j’ai bougé, et plus que tout : j’ai kiffé. Je sais que je ne vais pas krumper d’ici la fin de l’année, que le popping n’est pas à ma portée, mais je dois pouvoir laisser sortir la Beyonce qui est moi.

bey

L’accent c’est comme tout, ça se travaille.

Dontiou sink ?

7 comments on “Comment devenir reine du hip hop à 40 ans

  1. celle qui a ri ce matin grâce à une personne qui sait très très bien écrire ! = VOUS ! dit :

    « S’aimer, c’est aussi rire de ses défauts et les accepter »
    dixit

    https://www.franceinter.fr/culture/s-aimer-c-est-aussi-rire-de-ses-defauts-et-les-accepter-le-best-of-de-boomerang-du-20-09-19

    Bonjour

    C’est très très bien écrit :)))

    MERCI !

    * si vous saviez comment je danse !!!!!!!!!!!!!!!

    mdrrrrrrr

    je Check my Body = c’est fun aussi !

    Igor Thiriez a retweeté
    Amélie Baumann-Thiriez
    ‏ @viesdamelie
    15 hil y a 15 heures

    Comment devenir reine du hip hop à 40 ans https://viesdamelie.com/2019/09/20/comment-devenir-reine-du-hip-hop-a-40-ans/

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      Haha merci beaucoup ! Vous avez tellement raison en plus !!

      J'aime

  2. Bigoudis77 dit :

    Bonjour Amélie,
    Une pure merveille votre article !! Il a fallu que je m’y reprenne plusieurs fois pour être sûre que cet article était bien de vous… 😂
    Il change tellement des articles habituels… Mais j’ai adoré comme d’habitude et finalement j’ai reconnu le style bien personnel de votre écriture… ☺️ Merci à vous et grâce à vous, j’ai appris des tas de nouveaux mots dont je ne connaissais même pas l’existence… 😂
    Pleins de bonnes choses à vous et à votre jolie famille… 🌞
    Isa

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      😂😂😂 c’est comme quand on croise quelqu’un en tenue de sport alors qu’on le voit toujours en costard : il faut un temps d’adaptation 😂😂 Merci Isa, et très bon dimanche !

      J'aime

  3. :) dit :

    🙂

    Bonjour !

    C’est très juste ce qui est dit au-dessus : le costard VS le jogging.

    C’est exactement ce que (l’on se dit) je me dis quand (on voit) je vois un joueur de foot en costard….

    Je crois que j’ai rarement vu un costume aussi bien porté que par un sportif mdrrrrrrrrrr

    Belle continuation et ne me remercier pas Amélie = vous faites du bien à celles et ceux qui vous découvrent comme moi et peut-être bien à vous-même en 1er lieu qui sait :)))

    « il n’y a pas de mal à se faire du bien !!!!!!!!!!! »

    Votre article pourrait parfaitement être proposé à un magazine féminin /
    ou
    être le début d’un bouquin à grand tirage … qui sait ?

    le titre : chroniques d’une reine….

    c’est dans la veine des sketchs de FLORENCE FORESTI
    (particulièrement tout le début)
    j’aime beaucoup cette femme déjantée

    J'aime

  4. lathelize dit :

    Merci pour cette bonne tranche de rigolade! Cela dit, tu as tout a fait raison pour l’accent, c’est exactement ca!

    Aimé par 1 personne

    1. Amélie dit :

      Toi aussi tu as un accent ? 😂

      J'aime

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :