Les sphères chocolat-citron #tupperware

C’est clairement l’un des plus beaux desserts que j’aie jamais faits. Il faut dire que la demie-sphère de chocolat, tout de suite, ça claque. A tel point que mon chéri, quand on lui a dit que c’était un dessert maison, ne nous a pas crus !

 

Nous avons eu la chance de recevoir la semaine dernière le Moule à Dômes silicone Tupperware, ainsi que son livret de recettes, et nous nous sommes empressés de tester les deux. Bilan de ce premier essai : on a kiffé !

Le moule silicone comporte 6 emplacements en forme de demie-sphère, bien lisses. Le moule peut passer au congélateur, au four et au four à micro-ondes. Il passe aussi au lave-vaisselle (un bon point de plus).

img_2198

Nous avons choisi la recette de dômes chocolat blanc-citron, et l’avons un peu adaptée à notre sauce, parce que nous n’avions pas tous les ingrédients.

Les recettes du livret font référence à d’autres ustensiles Tupperware… que nous ne possédons pas. Sans souci, nous les avons remplacés par ce que nous avions à la maison : une maryse silicone, un pinceau silicone, mon beau robot KitchenAid, un fouet, des bols et saladiers tout simples.

img_2201

Nous avons commencé par faire fondre le chocolat pour créer les coques des dômes. Il suffit de verser le chocolat fondu dans les moules, et de bien répartir avec un pinceau. Une activité qui a plu aux garçons.

img_2197

Nous avons ensuite préparé la crème au citron, en respectant bien la recette. L’avantage d’avoir le livret qui accompagne les moules, c’est qu’on obtient tout pile les bonnes quantités.

img_2199

Une fois la crème citron prête (on l’a cuite au micro-onde, ça a bien fonctionné, j’étais étonnée) et refroidie, on l’a versée dans les coques durcies au réfrigérateur.

Enfin nous avons préparé la base de biscuit croustillante pour nos dômes, en mixant des sablés avec du beurre fondu, et l’avons mise dans les moules en appuyant un peu avec une cuiller.

img_2200

Encore une heure au frigo et nous avons pu démouler nos dômes. J’ai cassé le premier, je m’y étais mal prise pour le sortir. Il suffit en fait de retourner le moule progressivement. Le Grand en a fait tomber un par terre. Mais il nous en restait encore 4 bien présentables pour le dîner.

img_2196

Et à la dégustation ? C’était très bon. J’avais un doute sur l’alliance chocolat noir-citron (la recette prévoyait du chocolat blanc) mais c’était finalement vraiment bien.

Je suis très contente de cette première tentative, et nous avons hâte d’essayer de nouvelles recettes : dômes saumon fumé et fromage frais, panna cotta, mini-burgers… A vrai dire, c’est le premier ustensile Tupperware que j’essaie (si l’on omet le shaker à vinaigrette orange seventies que j’ai toujours connu dans la cuisine de ma mère) et je suis assez séduite. J’ai jeté un oeil au site, et ça ne ressemble pas du tout à l’image que je me faisais de la marque… j’ai même eu bien envie de tester le pichet MicroCook et son livre de recettes.

Et vous, adeptes de Tupperware ou pas ?

Publicités

Quitte à se mettre aux fourneaux, autant cuisiner pour la semaine (6 recettes faciles inside)

Ça n’est pas tant cuisiner qui me gonfle, que la question qui se pose avant : « qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire à manger ? ».

Et vu la teneur de mes journées de boulot en ce moment, cette question apparait généralement vers 19h15, avec deux marmots affamés accrochés à mes mollets qui répètent en écho « mamaaaan qu’est-ce qu’on mange ce soiiiir ? ». Autant dire que mes possibilités étant inversement proportionnelles au temps restant et au nombre de ventres qui gargouillent, j’ai généralement assez peu d’options.

Dans l’idéal, je prévoirais des menus pour la semaine, ferais les courses qui vont avec, et je ne me poserais pas cette sempiternelle question tous les soirs ou presque. Mais en vérité, ça ne résoudrait pas le problème du temps dispo.

Donc l’option que j’ai trouvée, c’est de préparer des plats à l’avance. Puisque le samedi (et parfois le mercredi) j’ai un peu de temps pour me mettre en cuisine, je me dis que quitte à sortir tout le bordel, à allumer le four, peler des légumes à la chaîne etc… autant faire les choses en grand.

Résultat de la session cooking d’un récent samedi :

  • rôti de veau aux olives avec pommes de terre et poireaux, une partie pour le soir, le reste au congélateur.
  • gratin dauphinois pour dimanche
  • légumes rôtis au miel et à la cannelle, direct au congélateur pour être ressorti au cours de la semaine
  • tarte aux pommes
  • purée courgettes patates douces pour la Mini
  • glaces coco-orange pour les garçons

IMG_69876 recettes faciles, qui ne demandent pas beaucoup de préparation, dont 4 qui permettent de rentabiliser un four déjà chaud.

Rôti aux poireaux et pommes de terre

Dans un grand plat à gratin huilé, mettre des poireaux coupés en tronçons et des pommes de terre pelées et coupées en quartiers. Mélanger pour tout enrober d’huile, saler, poivrer, ailler. Déposer le rôti dessus (veau, porc, ça peut aussi être un poulet, peu importe du moment qu’il lui faut environ 1h de cuisson). Verser un petit verre d’eau au fond, recouvrir d’une feuille de papier alu et enfourner pour 1h à 200°C. Arroser le rôti toutes les 15mn environ (avec de l’eau, ou du bouillon). Vérifier à la fin la cuisson de la viande et des légumes. Prolonger la cuisson si nécessaire.

Gratin dauphinois

Peler les pommes de terre puis les couper en fines tranches. Ne surtout pas les laver après les avoir pelées et tranchées. Déposer une couche de pdt dans un plat à gratin beurré, saler, mettre de la crème fraiche, de l’ail écrasé, de la muscade… et recommencer jusqu’en haut du plat. Finir avec des morceaux de beurre (oui, bon, c’est un gratin dauphinois, il FAUT du gras). Et enfourner 1h à 180°C. Vérifier la cuisson, prolonger au besoin. Si ça grille trop dessus, mettre une feuille d’alu.

Légumes rôtis au miel et à la cannelle

Peler et couper en morceaux des légumes : ici potiron, panais, patate douce, pommes de terre, carottes, navets. Les mettre dans un plat à gratin, huiler, saler, ajouter une cuiller à soupe de miel et de la cannelle. Mélanger, enfourner pour 1h de cuisson environ.

Tarte aux pommes

Mettre la pâte sablée (toute prête pour moi) dans un plat à tarte, déposer dessus 4 pommes pelées et coupées en tranches. Mélanger 1 oeuf, 100ml de crème fraiche, 2 cuillers à soupe de sucre, de la cannelle. Verser ce mélanger sur les pommes, enfourner 45mn à 180°C.

Purée courgette patate douce

Faire cuire à la vapeur (Babycook ou autre) une petite patate douce et une courgette. Une fois cuit, mixer avec un un kiri et un peu de miel.

Glaces coco-orange

Mélanger du lait de coco, du lait concentré sucré, du jus d’orange. Verser dans des moules à glaces et laisser prendre au congélateur quelques heures. Bam, les glaces les plus faciles du monde.

Voilà, lancée comme j’étais, j’aurais pu en faire plus, mais je reste limité par la capacité du frigo et du congélateur…

Je vais quand même essayer de garder cette habitude de cuisiner plusieurs repas à la fois, ça m’aide vraiment. Et vous, vous faites comment pour ne pas vous prendre la tête à chaque dîner ?

 

Aujourd’hui c’est le Petit qui cuisine (l’inratable gâteau au yaourt à customiser)

Le gâteau au yaourt est une super recette à faire avec les enfants. Comme on utilise le pot de yaourt comme unité de mesure au lieu d’une balance, elle est à la portée des plus petits et leur permet de s’entrainer à verser, remplir, transvaser… Ici on en fait souvent, on s’amuse même à le « customiser », à varier les goûts ou la couleur…

IMG_6648Donc aujourd’hui je partage ma recette de gâteau au yaourt, aka l’inratable, vu que depuis 20 ans que je la pratique elle ne m’a jamais laissée tomber. J’espère que vous vous amuserez autant à le préparer que nous !

Pour un beau gâteau de 25 cm de diamètre, prévoyez :

  • 2 yaourts (nature, nature sucré, aromatisé… comme ça vous chante)
  • 4 pots de farine
  • 2,5 pots de sucre
  • 1,5 pot d’huile (tournesol, colza…)
  • 4 oeufs
  • une pincée de sel
  • un sachet de levure chimique
  • un sachet de sucre vanillé
  • un four chauffé à 150°C (Th. 5)
  • un moule rond de 25 cm (mais ça marche aussi dans des moules à cake ou des moules à muffin, il faudra seulement adapter le temps de cuisson)
  • un fouet, une maryse

La première étape consiste à vider les deux yaourts dans un grand saladier. Ensuite on utilise un des pots comme mesure. Donc faites de la place si votre mouflet est aux commandes, donnez-lui le sac de farine, une grosse cuiller et un pot de yaourt, et admirez-le remplir consciencieusement puis vider avec application 🙂

C’est fantastique, c’est du Montessori dans votre cuisine 🙂

Il faudra probablement passer un petit coup de balai ou d’aspi à la fin, mais ça fait partie de la recette !

On procède de même pour le sucre et l’huile. Puis on rajoute les oeufs. Si c’est un mouflet qui casse les oeufs, je vous conseille de lui faire casser dans un petit saladier ou un bol, histoire de pouvoir aller repêcher les morceaux de coquille au besoin. Enfin on ajoute levure, sel et sucre vanillé (ou tout autre arôme qui vous botte).

Mélangez le tout au fouet, au batteur, au robot… En général ça ne fait pas de grumeau.

Il faut ensuite chemiser le moule c’est-à-dire le beurrer puis le fariner. Ça aussi, c’est un bon exercice pour les gnomes : étaler le beurre sur toute la surface, bords compris, avec les doigts ! Puis verser un peu de farine, incliner le moule et le tapoter pour qu’il y ait de la farine partout… et enfin le retourner et le tapoter encore (pas au-dessus des pieds de maman si possible) pour retirer l’excédent de farine.

Il n’y a plus qu’à verser la préparation dans le moule, on peut racler le récipient avec une maryse pour ne pas en laisser une miette.

Un parent enfourne, 45 minutes à 150°C. Pour vérifier que le gâteau est cuit, piquer avec la lame d’un couteau, qui doit ressortir sèche.

Démouler, laisser refroidir (ou au moins tiédir !) et dégustez !

Quant à nous, notre dernière version était tricolore et glacée de rouge… mais toujours délicieuse !

IMG_6650Nous avons simplement séparé en trois la pâte, ajouté du colorant rouge dans une partie, vert dans une autre, jaune dans la troisième. Ensuite nous avons versé les préparations en faisant des cercles et mis à cuire.
IMG_6651Une fois démoulé et refroidi, nous avons préparé puis versé un glaçage tout simple : jus d’orange, sucre glace et colorant rouge. Enfin nous avons parsemé le glaçage de billes de sucre coloré et collé des bonbons (oui on trouvait que ça manquait encore un peu de sucre).

IMG_6649

A vos fourneaux, à vos papilles… et n’oubliez pas de vous amuser !

Et pour rappel, il vous reste 5 jours pour tenter votre chance et gagner un coffret Montessori « Les histoires à raconter », si ça vous tente, c’est par ici !

Bon début de semaine, bisous !

Cueillir ses fruits et légumes avec les enfants (une sortie à la ferme de Viltain)

Nos enfants mangent volontiers des fruits et des légumes. On va souvent les acheter ensemble, ils les connaissent et savent les nommer. Mais quand on leur demande où ils poussent… ça devient un peu plus flou pour eux.

Normal, pour des petits citadins qui n’ont dans leurs jardinières que quelques herbes aromatiques. On croise bien des cerisiers et pommiers dans les parcs alentour, mais pour le reste, on ne peut pas dire que les potagers soient légions dans le secteur.

Du coup l’autre jour on a décidé de faire une sortie qui nous permettait d’un coup de remplir le frigo, de prendre l’air, et de montrer à nos marmots d’où viennent leurs fruits et légumes préférés.

Direction la ferme de Viltain, à Jouy en Josas !

Capture d’écran 2015-09-06 à 14.53.36

La ferme propose des visites de l’exploitation (on peut assister à la traite des vaches), un marché où on peut acheter les produits de la ferme (fromages…), et une cueillette : 50 hectares de fruits, de légumes, de fleurs, ouverts d’avril à novembre.

Capture d’écran 2015-09-06 à 14.53.15

On a donc pris nos chapeaux (il faisait bien beau ce jour-là), un panier, et en avant pour la cueillette. Un grand parking est situé entre les deux zones de cueillettes. Il faut donc choisir de quel côté on veut aller, en fonction de ce qu’on veut cueillir.

De grand panneaux indiquent les fruits, légumes et fleurs disponibles et leurs prix au kilo (oui oui, les fleurs aussi !) et dans quelle direction ils se situent. A l’entrée de chaque zone, de petites cabanes abritent les caisses pour payer, on peut aussi y emprunter des sécateurs et prendre sacs ou paniers (à payer en sortie).

On a commencé par les concombres , qu’on consomme en grande  quantité à la maison. Les garçons ont beaucoup aimé chercher, pousser les feuilles, inspecter, et faire leur choix entre les concombres géants et les tout petits.

On a enchainé avec les tomates cerises, et on a testé plein de variétés différentes.

IMG_4492

IMG_4491

IMG_4490

Côté fleurs j’ai fait un beau bouquet de mufliers, juste avant de rejoindre les loulous dans les framboisiers.

On a fait une razzia du côté des fraises (bon ok, on en a mangé autant qu’on en a mis dans le panier, mais c’est que ça demande des efforts, de ramasser ces petites choses au ras du sol !)

IMG_5073

Au final on est repartis bien chargés, et à la caisse on a pris en plus des bouteilles de jus de pomme de la ferme, des tomates anciennes et des oignons déjà ramassés. On en a eu pour 24€, en comptant les deux paniers en carton pour les fraises et les framboises.

Franchement une bonne affaire, avec le plaisir d’avoir « chassé » soi-même son repas, d’avoir appris quelque chose aux enfants, de consommer local et de saison, et le goût incomparable de fruits et légumes cueillis à maturité. Je vous laisse regarder le ticket de caisse :

IMG_5082

Quelques conseils si l’aventure vous tente :

  • Pensez à mettre des chaussures confortables, parce qu’on marche beaucoup ! Les parcelles sont vastes, et en fonction de ce qu’on veut ramasser, on peut se retrouver à tout traverser !
  • Embarquez lunettes, chapeaux (et crème solaire aux beaux jours), il n’y a pas d’arbres pour se mettre à l’ombre
  • Laissez la poussette à la maison ou dans la voiture : à moins d’avoir un super modèle tout-terrain, il y a peu de chance qu’elle passe dans les champs. On avait mis la Mini en porte-bébé, c’était bien plus pratique.
  • Embarquez des paniers, des sacs, et si possible des récipients plus petits pour les fruits fragiles comme les fraises, les framboises, les mures… Si vous n’en avez pas on peut en acheter sur place, ils sont suffisamment costauds pour être réutilisés, et on vous les remplace quand ils sont trop abîmés.
  • si vous avez un sécateur, prenez-le ! Sinon il faudra laisser les clés de la voiture en gage !
  • Allez jeter un oeil sur le site avant d’aller cueillir, un calendrier indique ce qui est disponible

Alors, cueillir vos fruits et légumes, ça vous dit ou pas ?

 

La cuisine est une activité sensorielle {recette des cookies aux flocons d’avoine}

Dans la mesure du possible, j’essaie de faire participer le Grand Mouflet (4 ans et quelques) aux préparations culinaires. Tant qu’il ne risque pas de brûler ou de se couper, il a le droit de grimper sur son marche-pied et de mettre la main à la pâte… il s’agit d’ailleurs le plus souvent de pâtisserie.

Bien sur on a dû ramasser quelques oeufs cassés un peu brutalement et pas mal de farine, mais dans l’ensemble il est super appliqué et tellement content de participer !

Ce qu’il préfère par-dessus tout, ce sont les préparations à faire à la main. La pâte à crumble qu’il faut émietter « pour faire comme du sable », il adore. Et cette préparation de cookies aux flocons d’avoine lui a aussi beaucoup plu.

cookies flocons d'avoine

Voici donc une recette toute simple, facile à faire avec les enfants, et qui donne un résultat vraiment canon. Les cookies sont moelleux et délicieux, les flocons d’avoine apportent une touche différente sans que la goût change radicalement.

Cookies aux flocons d’avoine

  • 120 g de flocons d’avoine
  • 240 g de  farine
  • 2 oeufs
  • 100 g de pépites de chocolat (noir, au lait, caramel, c’est selon vos goûts)
  • 150 g de sucre roux
  • 120 g de beurre mou
  • 1 sachet de levure chimique
  • une pincée de sel
  • 1 sachet de sucre vanillé
Commencez par préchauffer le four à 180°C.
Mélanger les flocons, la farine et les sucres, le sel, la levure puis (c’est la partie patouillage) malaxer à la main avec les oeufs et le beurre. Ajouter les pépites (j’ai coupé du chocolat à pâtisser en petits cubes, ça fait très bien l’affaire).
Formez de petites boules de pâte puis applatissez-les légèrement  sur une plaque de cuisson recouverte d’une feuille de papier sulfurisé, bien espacées (ça gonfle).
Enfourner 10 à 12 minutes environ, laissez tiédir et savourez !
Ils se conservent une semaine sans problème, si vous les gardez dans une boîte fermée.
 IMG_9599 IMG_9600

Le gâteau aux framboises qui déchire

5 ingrédients, 5 minutes de préparation, 25 minutes de cuisson… et un résultat bluffant et délicieux !

IMG_8903

Ce gâteau est très simple à préparer mais je le trouve vraiment étonnant. Il ne contient pas de levure, pourtant il reste léger, il marie à merveille l’acidité fraîche de la framboise et le moelleux sucré du biscuit… Testez et vous me direz !

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 175 g de sucre
  • 2 œufs
  • 150 g de farine
  • 50 de beurre
  • 100 g de framboises surgelées
  • sucre glace pour la décoration

Mettez le four à chauffer à 180°C (Thermostat 6)

Commencez par battre les oeufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez ensuite la farine et mélangez. Ça y est, la pâte est prête !

Chemisez (beurrez puis farinez) un moule (rond, rectangulaire, comme vous voulez…), versez-y la pâte. Etalez-là à la spatule au besoin, elle est assez épaisse et collante.

Répartissez les framboises encore surgelées dessus. Ça marche aussi avec des brisures de framboise (moins élégant, mais tout aussi bon).

Enfin coupez le beurre en fines lamelles et répartissez-le sur les framboises.

Enfournez quand le four est chaud, pour 25 minutes.

Sortez le gâteau, laissez-le refroidir, démoulez-le et saupoudrez-le de sucre glace … il n’y a plus qu’à se régaler.

gâteau aux framboisesIMG_8900IMG_8901

Un gâteau d’anniversaire sur mesure

Mon Grand Mouflet a eu 4 ans la semaine dernière… Et depuis déjà quelques semaines il avait décidé qu’il voulait « un gâteau en maison au chocolat croustillant ». Bon. Soit. Challenge !

Après avoir cherché (en vain) des moules à gâteau en forme de maison, je me suis dit que j’allais le tenter à main levée.

Pour le côté croustillant et ludique, on a misé sur les smarties. Première étape : les trier par couleurs.

 

IMG_7999 IMG_8001

J’avais aussi fait quelques courses chez Hema, qui a toujours des trucs sympas pour la cuisine :

IMG_8013

Ensuite j’ai fait un graaaand gâteau tout simple, dans un moule rectangulaire, avec une recette basique, qui ne gonfle pas trop à la cuisson. Je l’ai démoulé à l’envers pour avoir une surface bien plane et l’ai découpé.

IMG_8010 IMG_8011

J’ai fait fondre du chocolat noir à pâtisser au micro-onde. Avec la température qu’il faisait, il est resté bien liquide sans problème… et j’en ai laqué mon gâteau à la spatule, et au pinceau pour les côtés.

IMG_8015IMG_8014

Puis j’ai décoré la maison avec les bonbons :

IMG_8019IMG_8016

 

IMG_8017 IMG_8018

Ne restait plus qu’à enlever le papier sulfurisé qui dépassait, essayer de nettoyer les contours et voilà :

IMG_8021