8 pics a week #67 (petits bonheurs du printemps)

Oh ouais, ça faisait un bail… il y a eu des opérations pour la Mistouflette, des hospitalisations, des rendez-vous, plein de choses à faire. Et nous vlà déjà en vacances de Paques.

Ces dernières semaines, la nature s’est réveillée d’un coup, et c’est bien cool de pouvoir profiter enfin d’un environnement vert et fleuri. Y’a comme des envies de buller dans l’herbe, de pique-niquer, de regarder les nuages, et surtout de ranger les manteaux et les bottes en espérant ne plus les voir pendant un moment !

Donc sans trop de surprise, les petits bonheurs tournent pas mal autour de l’extérieur et du soleil enfin revenu :

Enlever les chaussures et mettre les pieds dans l’herbe

Admirer les flamands roses à la ménagerie du Jardin des Plantes

Retrouver les copains pour un apéro où on échange souvenirs et nouveautés, saucisson et idées politiques


Ressortir les arrosoirs pour prendre soin de nos nouvelles plantations. On attend les radis avec impatience !

Visiter Giverny, admirer les fleurs, flâner dans les petites rues…


Fabriquer un mandala avec ce que la nature nous offre, partager un joli moment (calme) avec les garçons

Se mettre à l’ombre

Bricoler une échelle/support pour les dernières plantes, y ajouter des bougeoirs en pensant aux prochaines soirées

Jouer aux billes à l’ombre du parasol

Profitez bien du beau temps si vous en avez l’occasion, et vive le printemps !

Les beaux yeux de la Mini – une histoire de glaucome congénital

Cela fait des mois que je dois écrire cet article. Mais parfois j’en ai marre d’apporter de mauvaises nouvelles. Et puis je sais quel impact cette nouvelle-là peut avoir… quand je l’ai dit à la boulangère la semaine dernière, elle s’est cachée derrière les baguettes pour pleurer.

Je crois que j’avais aussi besoin de digérer un peu la chose avant de l’aborder ici. Besoin de trouver les mots. Besoin de clarifier le message que je voulais faire passer.

Le fait est que la Mini, en se réveillant en réanimation cet été après sa grosse infection, ne voyait plus. On a d’abord cru qu’elle ne nous voyait pas sans ses lunettes, ou en raison de l’état de choc qu’elle avait traversé. Mais au fil des jours il a fallu l’admettre, elle ne voyait vraiment plus.

Ça a été un choc. On n’a déjà pas tellement de moyens d’interagir avec notre poupette, qui ne parle pas et bouge peu. Les médecins ne sont généralement pas très optimistes sur son potentiel d’évolution. Il fallait aussi admettre qu’elle n’était plus capable de manger et serait nourrie par sonde naso-gastrique. Elle venait de frôler la mort. Mais la perte d’un sens… je vous le mets pêle-mêle : sentiment d’injustice, profonde tristesse, angoisse de l’avenir, seaux de larmes, ma fille ne me regardera plus et elle ne rira plus en voyant ses frères danser autour d’elle.

Au départ, c’est l’hypothèse d’un impact neurologique de son infection qui a été envisagée. Il y avait un espoir qu’elle puisse récupérer. Peut-être.

Puis le fond d’oeil a montré que ses nerfs optiques étaient très abimés, et que le processus de dégradation avait commencé depuis probablement des mois. Espoir d’amélioration en chute libre.

Pourquoi ? Comment ? Ils ne savaient pas. Personne n’avait rien remarqué. Le fond d’oeil de l’année passée était normal. Enfin dans nos souvenirs, puisque personne à l’hôpital n’a réussi à mettre la main dessus.

Avant ça, on savait qu’elle ne voyait pas bien. Entre le strabisme et l’hypermétropie, son oeil droit qui bloquait, les lunettes, l’occlusion… on se doutait que son champ de vision n’était pas net net. Mais les nerfs optiques qui s’atrophiaient ?

Oh, il y avait bien ce flou dans ces yeux, cette impression de voile, mais il n’avait inquiété ni l’ophtalmo de ville, ni l’orthoptiste, ni les neuropédiatres alors…

Nous sommes repartis de l’hôpital sans idée de ce qui avait pu se passer dans les jolis yeux de notre Douce. Peut-être la leucodystrophie avait causé ça. Peut-être pas.

Et en septembre nous sommes allés, malgré la cécité, au rendez-vous que nous avions pris 5 mois auparavant avec un ophtalmo de Necker, spécialisé dans les maladies rares. La séance d’orthoptie qui précédait la consultation fut brève. « Elle ne voit plus ». « Ah » a dit l’orthoptiste.

On explique à l’interne. On rééxplique au docteur. Il examine. Il tâte. Et il nous dit que le flou dans les yeux, ça n’est pas normal. Cette petite chose qui n’avait inquiété personne. Ce petit détail auquel on n’avait pas prêté tellement d’importance, parce qu’on avait tellement d’autres choses à gérer.

En fait, la Mini a un glaucome. Un glaucome congénital, à début retardé.

Le flou dans ses yeux, qui n’avait alerté ni l’ophtalmo ni l’orthoptiste ni les médecins, c’était le signe que la pression dans ses yeux était si importante que le liquide s’infiltrait dans la cornée, et cette pression détruisait sans bruit ses nerfs optiques.

Il a fallu faire des examens sous anesthésie générale pour confirmer cela. Puis il y a eu les collyres. Puis de nouveaux examens pour voir si les collyres faisaient effet. Puis la chirurgie car les collyres ne suffisaient pas. Puis des rendez-vous. Puis une nouvelle chirurgie…

Pas pour qu’elle voie à nouveau… juste pour éviter que la situation n’empire. Pour essayer de préserver les quelques nerfs qui restent, pour garder une chance qu’elle continue à percevoir la lumière. C’est utile, de percevoir la lumière. Ça aide à se caler pour dormir la nuit…

Il y a eu la colère. Contre tous ceux à qui on avait demandé pourquoi notre Belle avait les yeux flous, et n’avaient rien trouvé à répondre. Contre l’ophtalmo libérale, en particulier, qui nous avait recommandé d’aller consulter un spécialiste à Necker « parce qu’elle avait peur de passer à côté de quelque chose ». Contre les délais hallucinants pour avoir une consultation spécialisée.

Il y a eu les « si ». Si l’ophtalmo de ville avait pensé au glaucome. Si on avait été à Necker plus tôt. Si on avait pu traiter à temps.

À Necker, l’ophtalmo nous a dit « vous savez, on est dans l’hyperspécialité, de l’extrêmement rare, on ne peut pas leur en vouloir de ne pas y avoir pensé ». Oui mais si…

Alors voilà. Notre petite poule ne voit plus, et nous avons appris ensemble à nous adapter. Ses frères ont joliment dit que les batteries de ses yeux ne fonctionnaient plus, mais que ça avait donné plus de batterie à ses autres sens. Nos échanges passent par la voix et le toucher, nous nous comprenons, malgré tout.

Le glaucome congénital touche un enfant sur 10 000, il débute généralement dès les premiers mois de vie. Un larmoiement clair, un aversion pour la lumière, un diamètre des yeux qui augmente, un manque de transparence de la cornée, sont autant de signaux d’alerte. Cette maladie se traite, mais il faut agir vite pour éviter que la vue ne se dégrade.

Dans notre cas, le glaucome a débuté tardivement, ce qui a rendu son diagnostic plus difficile. Peut-être que si on m’avait parlé des symptômes, j’aurais pu y repenser devant les beaux yeux flous de ma Mini… Alors parlez-en, faites passer le mot, partagez l’info. Ça sauvera peut-être quelques beaux yeux. 

Merci.

 

 

 

8 pics a week #66 (petits bonheurs frisquets)

Ouh la… plusieurs semaines sans 8 pics a week ! La faute au manque de lumière, au froid, à la fatigue, et un peu à la flemme aussi. En hiver on hiberne tous un peu, non ? J’ai trouvé ce mois de janvier vraiment dur, je suis contente qu’on s’en soit sortis !

On a cocooné un max entre les rendez-vous à droite et à gauche, sans forcément penser à prendre des photos, mais il y a eu plein de petits bonheurs, et nous sommes enfin (déjà ?) en vacances. Double ration de tartines, de câlins, de jeux, et une escapade bienvenue chez Mickey, idéale pour se dépayser sans faire de long trajet.

Et puis enfin, des photos ! Donc ces dernières semaines il y a eu…

Des anémones, histoire de mettre de la couleur chez nous malgré le ciel tout gris. Et puis aussi des feuillages, juste pour le plaisir de voir du vert. Et des tulipes ce matin, petit plaisir du retour du marché !

Une doucette qui a été très fatiguée, mais qui remonte un peu. Je lui ai bricolé un hamac sous la table et elle glousse gentiment quand on la balance. Cette poupoule sait apprécier les plaisirs simples ❤

La Mini a des chaussons tricotés main, mais moi j’ai des gros lapinous. Merci ma belle-soeur pour cette touche de chic, c’est juste ce qui manquait pour parfaire mon allure 😉

On passant par le parc de Sceaux, on a vu le grand bassin gelé, les mouettes alignées, des cormorans qui pêchaient, et perçu le bruit de la glace qui se fendait sous le soleil timide.

Le samedi aprèm, on sort nos pinceaux et on peint. Le Grand essaie l’aquarelle, le petit vide ses tubes de gouache, et je continue à remplir les pages de mon sketchbook avec bonheur

Adventure isle a rouvert à Disneyland, première fois que j’y mettais les pieds, et j’ai bien aimé. Bon ce n’est pas difficile, j’aime un peu tout là-bas ! Idéal pour faire une balade avec la mouflette quand le garçons s’amusent sur les manèges avec leur papa. Et ensuite, on baby-switche.

Où tu iras j’irai, Petit Jedi

Finir la journée par le spectacle Star Wars au Walt Disney Studio, avant d’aller se réchauffer à l’hôtel

A la maison, un nouveau jouet pour se mettre les pieds en l’air !

Et on a fait découvrir C’est pas sorcier aux garçons. C’était chouette de leur montrer cette émission qu’on adorait, on a commencé par le système solaire et c’était top !

Et voilà, première semaine de vacances qui s’achève tranquillement, notre programme se remplit pour la prochaine entre parc, maison, musée, en espérant qu’il fasse beau. On va continuer de prendre des forces et s’amuser avant que la Mini ne retourne à l’hôpital.

Plein de bises à vous qui passez par là, prenez soin de vous et pensez à collectionner les petits bonheurs !

8 pics a week #65 (petits bonheurs de début d’année)

Bien le bonsoir ! Alors elle débute comment, votre année 2017 ? Je vous souhaite en tout cas tout le meilleur, de belles choses, des envies, des joies, des bulles de joie et plein de petits bonheurs !

De notre côté ça a été un peu chargé, entre retour à l’école, attaques de microbes, rendez-vous divers, formation… J’ai du mal à croire qu’on ne soit que le 15 du mois !

Heureusement malgré la fatigue et quelques coups de stress, il y a eu plein de petits moments jolis et doux, plein de petits bonheurs qu’on a savourés :

 

Merci les soldes, ou plutôt les ventes privées avant les soldes, mon Petit est trop fan de son pyjama squelette phosphorescent ! (H&M)

J’ai donné mon premier cours de yoga enfants, et c’était TROP DE LA BOMBE !! On s’est amusés, c’était cool et énergique, mais j’ai surtout le sentiment de leur avoir apporté du « vrai » yoga (avec aussi un peu de coloriage de mandala) et qu’en plus ils ont adoré ! Vivement mercredi prochain !

L’épiphanie… j’adore j’adore j’adore. On a entrepris de goûter un peu toutes les galettes et les couronnes des boulangers du quartier, et on s’est régalés !

Un ciné-concert avec les garçons : 6 courts ou moyens métrages de la série Minuscule, avec un pianio et un vibraphone sur scène, c’était génial ! On a la grande chance d’habiter à 3 minutes d’un cinéma d’art et d’essai confortable, beau, et plein de chouettes projets. On en profite !

Pause thé, avant de démonter le sapin de Noël. En ce moment j’aime beaucoup le Chai Assam de Yogi Tea

Un bouquet de feuillage, c’est beau aussi

Et une grosse boule de gui (merci Pauline) pour s’embrasser dessous même après le réveillon

Mon kif du moment sur Netflix, c’est Terrace House. Je suis complètement accro, je pourrais en parler des heures tellement je trouve ça intéressant, drôle, fascinant même !

Le lever de soleil ce matin, sur une campagne toute gelée, depuis la voiture d’Isabelle, en allant en formation de prof de yoga…

Je vous souhaite à tous une belle semaine, prenez soin de vous et gaffe au verglas !

Lettre à mon corps

Cher corps, je vais te demander un effort. J’ai en effet le sentiment qu’il y a un malentendu entre nous, et il me semble urgent d’y remédier.

Je voudrais toutefois, en premier lieu, te rappeler que je te suis vraiment reconnaissante du bon travail que tu fais. Globalement tout fonctionne – oh il y a bien les yeux qui voient un chouia flou, cette dent qui manque, les articulations qui craquent et quelques autres délicieusetés- mais après 37 ans de vie commune, je sais que je peux compter sur toi.

Qu’il s’agisse de galoper entre les écoles, de porter des bébés, de mouliner des soupes ou de taper sur ce clavier, toi et moi, on fait le job. Même, même, si on s’en donnait un peu la peine, je suis sure qu’on arriverait à courir 10 minutes d’affilée. Après, c’est pas notre faute si on préfère se mettre la tête en bas sur un tapis que d’arpenter le bitume en petites foulées. Ouais, courir c’est naze, je suis bien d’accord avec toi. Garde ça en tête.

Par ailleurs, nous avons accompli de grandes choses ensemble. Je veux dire, nous avons fait pousser trois êtres humains avec tous leurs orteils, leurs doigts et leurs organes. C’est pas rien, ça. OK, la petite dernière a un mode d’emploi différent des autres, mais rien ne dit que ça vient de la chaine de montage ! Nous avons allaité ces trois marmots durant des mois, sans pour autant avoir les seins jusqu’à la taille. Au niveau vergetures on ne s’en sort pas trop mal, et finalement les cheveux ont arrêté de tomber, nous ne serons donc pas chauve tout de suite, ce qui est une fichtre de bonne nouvelle.

Donc tu vois, je suis contente de toi. Je sais que parfois je te regarde de travers, mais ne t’y trompe pas, au fond, je te kiffe parce que tu me permets de faire ce qui compte vraiment : bisouiller mes gosses, lire des bouquins, câliner mon chéri, enchainer les asanas, chanter ou manger des glaces devant Gilmore girls.

Mais c’est justement sur ce dernier point que je voudrais te parler. Pas Gilmore girls, non. Les glaces. Et puis le chocolat, la brioche, les frittes, les crêpes, les gâteaux, le fromage, tout ça.

Je pense sincèrement qu’il y a un malentendu, et j’ai bon espoir qu’en mettant les choses à plat on arrive à régler le problème.

Tu vois, je sais ce que je peux manger. Je sais comment maintenir mon poids, et comme tu as pu le remarquer, j’y arrive plutôt bien. En-dehors des grossesses, je veux dire. Alors là je ne vais pas t’accuser : si je me suis empiffrée à chaque couvage, c’est surement la faute aux hormones, ou au locataire du dernier étage (tu sais, celui qui est sensé commander à tout le reste) qui a dû trouver que « manger pour deux » était judicieux. Bref on  ne va pas revenir là-dessus, disons que nous, pour faire naître un bébé, on prend 20 kilos et puis c’est tout.

Mais après, après… avoue que tu déconnes. Allez, explique-moi une fois pour toute comment ça se fait. Pourquoi en diminuant par deux ou trois ce que je mange quotidiennement, je ne fonds pas comme un sundae au soleil. Dis-moi, allez !

Moi je sais : tu as mal compris. Tu as cru, et c’est sans doute ma faute pour ne pas t’avoir mieux expliqué, qu’on était en situation de péril. Je reconnais, la disparition brutale du sucre, ça fait un choc. Et tout hypoglycémié que tu étais, tu t’es dit qu’on était perdus dans un environnement hostile et que notre survie était en jeu. Oui oui je sais, c’est comme ça que l’espèce humaine a survécu, en stockant les calories quand il y en avait, en prévision des jours de disette. Alors de deux choses l’une : soit on a eu des ancêtres vraiment crève-la-dalle, soit tu fais du zèle. Et laisse-moi te dire une chose : les ancêtres, chez nous, ils sont en partie normands. Normands. Tu vois le truc ? Tu te rappelles les mottes de beurre à Domfront, avec les galettes ?  (Marie-Odile, si tu me lis ;-)).

J’ai été élevée au beurre et à la crème, gars. Et ensuite je suis passée à l’huile d’olive. Il y a bien eu ce passage en Inde où j’ai légèrement failli décéder, mais même là il y avait du ghee sur mes chapatis. Regarde-bien en arrière, et reconnais-le : on n’a jamais manqué de rien.

Alors je crois que tu fais du zèle. Sinon comment expliquer que la balance ne bouge pas, alors qu’on avale spartiatement deux tranches de jambon et beaucoup de salade ?

En vérité je te le dis : tout va bien. Nous ne sommes pas perdus en Amazonie, la faim ne nous tuera pas. Le premier Mc Do est à 5 minutes à pieds, je te jure – sur la tête de ma première galette à la frangipane- qu’on ne va pas trépasser.

Alors sois sympa, arrête le mode survie. Fais comme Elsa dans la Reine des neiges : let it goooooo. Je veux bien sniffer quotidiennement du Nutella si ça peut t’aider à te rappeler que la famine ne menace pas. Je veux bien m’enduire d’huile de coco si ça peut aider. Mais crénom de nom, laisse partir les réserves ! Surtout au niveau du ventre et des hanches, si je peux me permettre. On n’en a pas besoin, on ne fera plus de bébé, c’est promis, juré, craché. Non, on ne sait pas cracher, mais tu vois l’esprit du truc.

Ferme les yeux quelques semaines, lâche la bride au métabolisme, et je promets qu’après tout rentrera dans l’ordre. Et nous on rentrera enfin dans nos fringues. Steuplé.

Bon, je ne voulais pas en arriver là, mais je dois quand même te prévenir : si tu ne m’aides pas, si tu continues à faire de la résistance, il va falloir y arriver. Au sport. Oui oui, le sport. Pas le yoga qui nous fait plaisir. Le sport genre courir. Dehors. Alors qu’il gèle.

Pense bien à ça, visualise les poumons en feu et le nez qui coule et les chaussures moches.

Voilà.

Maintenant que tout est au clair je ne doute pas que nous arrivions, ensemble, à perdre les quelques kilos qui restent. Je te remercie par avance de toute l’aide que tu voudras bien m’apporter.

Bien à toi,

Amélie

PS : ce midi c’est courgettes, pense très fort aux baskets.

callipyge

10 idées de bouquins à mettre sous le sapin

Noël approche et vous n’avez pas encore trouvé de cadeau pour Tata Simone, votre grande soeur ou son fiston ?

Pas de panique, il y a un bouquin qui leur plaira à coup sur. Voici 10 de mes derniers coups de coeur, il est encore temps de commander ou d’aller les chercher chez votre libraire préféré !

200 conseils et astuces pour bien ranger et s’organiser chez soi *

Geralin Thomas, Editions Eyrolles, 19,50€

Oui bien sur, il y a Marie Kondo… mais on n’est pas obligé de parler à ses pulls pour arriver à mettre de l’ordre dans son intérieur. Moins ésotérique mais tout aussi efficace, ce chouette livre invite à désencombrer et prendre de bonnes habitudes, photos, conseils et astuces à l’appui.

Pour qui ?

Pour ta tata qui a conservé tous ses pulls à épaulettes des années 80 ; pour ton grand ado dont le bureau disparait totalement sous le bordel.

Les psy-trucs pour les enfants de 0 à 6 ans *

Suzanne Vallières, J’ai lu, 8,40€

Un livre bien dense, mais facile à  lire. Sous forme de questions-réponses, l’auteure répond à beaucoup d’interrogations que peuvent avoir les jeunes parents : dois-je laisser pleurer mon nouveau-né la nuit ( spoiler : la réponse est non), que faire si mon enfant se roule par terre en public, faut-il forcer un enfant à finir son assiette, etc. Je le trouve plein de bon sens, il enfonce parfois des portes ouvertes mais il a le mérite de rappeler des évidences qu’on perd parfois de vue quand on est épuisé ou énervé (quand on a des enfants en bas âge, donc).

Pour qui ?

Pour ta meilleure amie primipare qui se demande si elle va s’en sortir, pour tous les parents qui s’interrogent !

Ateliers philo à la maison *

Michel Tozzi – Marie Gilbert, Eyrolles, 19,90€

Un livre conçu pour éveiller les enfants à la réflexion, dès 7 ans. Des jeux, des histoires, des témoignages permettent d’aborder divers thèmes avec votre gnome afin de développer son sens critique et l’aider à élaborer ses points de vue. Plutôt intéressant de se poser avec les enfants sur des thématiques telles que la peur, l’école, l’amour !

Pour qui ?

Pour ton neveu qui aime discuter. Pour sa soeur timide qui n’ose pas trop s’exprimer. Pour leurs parents qui ont envie d’un support pour amorcer le dialogue sur les grands sujets de la viiiiiie.

Sagesse de Confucius *

Cyrille J.-D. Javary, Eyrolles, 10€

Lire Confucius c’est bien, comprendre qui il était, à qui il a causé, comment ça se passait à son époque en Chine, comment le confucianisme a évolué et quelle place il peut avoir dans nos vies quotidiennes… ben c’est mieux. Un bouquin intéressant, savant mais pas chiant, une vraie ouverture sur un mode de pensée particulier.

Pour qui ?

Pour tonton Roland, qui partage tous les jours sur ton mur facebook des aphorismes et des citations philosophiques ; pour ta copine Juliette qui galère un peu dans sa quête du bonheur.

Manger végétarien, un peu, beaucoup, passionnément ! **

Alexandra Chopard, Leduc, 15€

Qu’il s’agisse de manger moins de viande ou de l’arrêter complètement, ce petit livre pratique apporte plein de pistes et d’astuces pour « switcher » vers le végétal, présente les aliments, comment bien les choisir, et répond aussi à toutes les questions qu’on peut se poser sur la santé (vais-je être carencé, si oui en quoi, comment je résous le problème…). Un bon guide pour s’y mettre sans flipper, listes de courses et recettes testées à l’appui.

Pour qui ?

Pour belle-maman qui boycotte le foie gras à Noël, mais se force à manger des steacks « pour ne pas manquer de fer »

Super cahier n°2, jouer avec l’architecture *

Editions deux-cent-cinq, 14,50€

Il y avait eu le premier Super Cahier, qui proposait l’alphabet comme on ne l’a jamais vu… voici le deuxième volume, qui s’attache à l’architecture. Un album grand format à colorier, découper, pour ensuite classer, construire et reconstruire. Chaque page présente une maison, un immeuble, un monument ou des plans (de l’immeuble haussmanien au gratte-ciel, en passant par l’igloo ou la cabane sur pilotis), avec au dos des détails dans des vignettes. On peut colorier, même peindre (le papier est épais), puis découper pour en faire des puzzles, ou tout mélanger pour construire son propre bâtiment, ou classer par formes.

Pour qui ?

Pour Jules, qui adore colorier ; pour son papa qui se balade en ville le nez en l’air ; pour la petite soeur qui aime trier les images.

Gâteaux et douceurs à IG bas *

Marie Chioca, Terre Vivante, 12€

Si vous connaissez le blog de Marie Chioca, Saines gourmandises, vous savez certainement à quel point on peut saliver devant ses gâteaux… Alors si en plus ils sont à index glycémique bas, y’a pas de raison de s’en priver, hein ! Un chouette livre, qui demandera de faire les courses un peu différemment (à moins que vous ayez de la farine de petite épeautre chez vous ?) mais qui vaut le coup d’oeil.

Pour qui ?

Pour Papi, qui doit faire attention au sucre mais ne peut pas s’empêcher de craquer pour un dessert ; pour la sister qui veut manger plus sain mais est vraiment très gourmande

Guide du langage de l’enfant *

Sylvie Desmarais, Dangles, 20€

Ça apparait comment, le langage ? Et c’est normal si mon fiston ne cause pas à 2 ans ? Comment favoriser la parole chez les enfants ? Ce livre conçu par une orthophoniste est une mine d’information sur la façon dont le langage se développe de 0 à 6 ans. Pratique et clair, il contient un tableau récap, des outils simples, des activités à intégrer au quotidien pour aider les enfants à acquérir la parole.

Pour qui ?

La belle-soeur éducatrice de jeunes enfants qui a toujours envie d’en savoir plus ; ton copain instit en maternelle ; ta cousine qui s’inquiète un peu parce que son dernier zozotte.

50 activités nature avec les enfants *

Marie Lyne Mangili Doucé, Terre vivante, 14€

Au fil des saisons, ce livre propose 50 idées d’activité à faire avec les enfants, à partir d’éléments naturels. Un mobile aux couleurs de l’automne, à créer en rentrant d’une balade au parc, des galets glacés pour décorer le jardin l’hiver, un kazoo en branche de sureau… C’est joli, souvent poétique, mais aussi très pratique pour occuper les gnomes et les inviter à apprécier ce que la nature nous offre.

Pour qui ?

Les neveux qui aiment patouiller et bidouiller ; ta Maman qui cherche des idées de bricolages à faire avec ses petits-enfants

Inde, toutes les bases de la cuisine indienne

Sandra Salmandjee, Mango editions, 15€

Vous connaissez Bollywood Kitchen ? Si ce n’est pas le cas et que vous aimez la cuisine indienne, je vous conseille ce blog et sa chaine Youtube, une vraie mine de recettes et d’idées. Ce livre est celui de l’auteure du blog, et il est vraiment canon. C’est clair, les photos sont jolies, et ça donne vraiment faim !

Pour qui ?

Pour papa, qui frémit dès qu’il sent l’odeur des papadams qui chauffent…

Voilà pour cette sélection de livres lus et approuvés, j’espère que vous y trouverez des idées pour vous ou vos proches, et je vous souhaite un très JOYEUX NOEL !!!!

  • Les livres avec * m’ont été envoyés gracieusement par les maisons d’édition, merci à eux de me permettre de dévorer autant !
  • Le livre avec ** a été écrit par une amie géniale, végétarienne, journaliste et pharmacienne (que de qualités pour une seule femme…)

8 pics a week #64 (petits bonheurs de décembre)

Aaaaaaah enfin les vacances !! Une pause, pour arrêter de courir et rester bien tranquilles à la maison ! Finis les trajets appart-école (et vice-versa) au pas de course, on vit à un petit rythme bien tranquille, les garçons trainent en pyj’ un max, c’est aussi un peu plus calme du côté de la Mini (qui est vraiment cool en ce moment), et en plus le Papa est en congés cette semaine, donc on est au top !

Et puis… ça sent Noël bien sur. Les fêtes se préparent, sa clignote et ça brille et ça scintille un peu partout, j’adore cette période ❤

Alors on a fait quoi de cool en décembre ? Pour le moment il y a eu…

Des tas de Playmobil, de Lego, et beaucoup de jeux en tous genres

Les anniversaires du Chéri et le mien, avec des bougies sur de délicieux gâteaux

Des tas de fleurs, l’odeur des jacinthes et des freesias… Pas de sapin odorant cette année, mais le salon sent quand même bon !

Un cupcake effervescent pour un bain de luxe : presque aucun enfant n’est venu barboter avec moi 🙂

Derniers devoirs avant les vacances, le début des dictées tout en tricotant

De l’aquarelle : cette année, je fais moi-même les cartes de voeux !

img_2669

Le retour de la patinoire éphémère dans notre ville, on n’a pas fini d’aller glisser (et de choper des Pokemon au passage)

Notre sapin de cette année, il est chouette, il est fait maison et il ne prend pas de place !

Un projet qui se concrétise : je vais commencer à donner des cours de yoga enfant dès la rentrée, et ça c’est un bout de mon trop chouette flyer !

Et puis pour bien commencer les vacances, on est allés à la Galerie des Enfants au Jardin des Plantes, et on s’est vraiment bien amusés !

Allez, c’est pas tout ça mais on a des sablés en forme de sapins à faire ! Je vous souhaite de belles et douces vacances si vous en prenez, et surtout de merveilleuses fêtes en famille ou entre amis ❤

A très vite !